Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 17:11

Elections et bourse en Suisse   

 

 

 

         Tous les 4 ans se tiennent les élections législatives en Suisse. Il est donc intéressant d’étudier les évolutions présentes sur les dernières mandatures pour analyser dans quelle mesure existent des opportunités boursières pour cet automne.

       La phase électorale de la Suisse est assez proche du modèle standard.

       Une hausse de la bourse dans les mois précédents les élections cède progressivement le pas à un ralentissement : on anticipe la fin de la relance préélectorale. Ce qui est plus particulier à la suisse est qu’après un premier pic vers février de l’année de l’élection (première flèche jaune), on observe après un tassement une seconde reprise de moindre ampleur vers août (signalée en mauve). Les élections et les mois qui suivent sont l’occasion d’un tassement fort des cours (deuxième flèche jaune) : on anticipe la mise en place de mesures restrictives les élections passées. Il faudra attendre le printemps suivant (troisième flèches jaunes) pour que les cours montent à nouveau.

      Exceptionnellement le second pic (août) est plus élevé que celui de février : c’est alors de bonne augure, après la chute liée aux élections, on pourra observe une reprise des cours. C’est pourquoi nous marquons d’une barre hachurée jaune l’évolution future que décrit les 2 pics de février et d’août, celle-ci étant généralement supérieure même. 

 

 

           Que prévoir pour les mois à venir ?

 

 

  SN 11 vrai

 

 

        Rappelons que nos prévisions portent sur le différentiel par rapport au cours européens, nous faisons donc abstraction dans nos projections 2011 -2012 de la tempête boursière actuelle.

Le graphique montre les évolutions que l’on peut prévoir à l’aune de l’expérience des 12 élections survenues depuis 1963 et reproduites en annexe.

Globalement après, un maximum en août ou septembre, on peut redouter un fléchissement des cours relatifs d’ici cet automne 2011, fléchissement qui peut survenir dés à présent. Ce ne serait qu’au printemps 2012 que l’achat de trackers suisse redeviendrait intéressant.

 

 

  

 

            Annexe : les élections législatives en Suisse

depuis 1963.

 

 

suis 63

 

 suis 67

 

 suis 71

 

  suis 75

 

 

 

suis 79

 

  

suiss 83

 

   SN 87

 

 

   SN 91

 

 

SN 95 

  SN99

 

 

 SN 03

 

 

 

SN 07 

 

 

                             Christian Guy – Août 2011.

Repost 0
Published by Christian Guy - dans Suisse
commenter cet article
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 06:11

 

Présidence annuelle de la confédération suisse :

Droite en début de mandat législatif, Gauche à la fin…..une répartition qui ne doit rien au hasard.

 

 

 

 

      Nous avons dans nos précédentes études établies des prévisions économiques en fonction du calendrier électoral helvétique. Nous leur donnons à présent une portée plus générale et politique.

 

 

 

 

      1) Récession la troisième année de mandat, relance la quatrième: un cycle plus tardif que la moyenne.

 

 

          Le cycle électoral suisse, établi en fonction du mandat législatif, témoigne d’un certain retard. En général, la mise en place des politiques restrictives est assez précoce, dés la fin de la première année, alors qu’ici la hausse des taux d’intérêt n’apparaît qu’en seconde année, année ou le PIB est au plus haut. On observe ensuite la troisième année une profonde dégradation des résultats, tant en terme de croissance que d’emploi. Il faut attendre la quatrième année pour que les baisses des taux de change et d’intérêt exercent leurs effets expansionnistes, permettant à la croissance et à l’emploi de se redresser pour les élections. L’inflation n’ayant pas eu encore vraiment le temps de se redresser, le parlement se présente au suffrage des électeurs presque dans les meilleures conditions.

        Cependant, le retard du cycle électoral helvète fait que les résultats les meilleurs relativement aux évolutions internationales seraient plutôt dans les mois suivants les élections  que dans les  mois précédents. Comment expliquer ce léger retard, d’un an par rapport aux autres cycles, tant dans la mise en place des politiques restrictives que dans la présentation des meilleurs résultats ? Peut être par ce qu’au pays du consensus et du pouvoir partagé, la mise en place de politique restrictive est plus lente à mettre en place.

 

 

Suisse pib mai 2011 

 suisse cycle u

 

 

 

suisse inf mai 11

    

 

suisse tx inter mai 2011

 

 

 

Suisse tx ch mai 2011

 

 

 

 

 

       2) La présidence  de la confédération.

 

 

       On sait que la confédération helvétique possède un système assez particulier de présidence tournante : les présidents sont élus pour une année civile. Dans les 4 années que dure un mandat législatif, il y aura 4 présidents successifs, actuellement en 2011 Micheline Calmy Rey.

 

       Il est intéressant de noter que des régularités reviennent dans l’attribution de la présidence. Nos graphiques établissent la synthèse des présidences entre 1975 et 2007. On observe que les deux formations de Droite dominent en début de législature : lorsqu’une assemblé vient d’être élue on observe les deux années civiles suivantes des présidences assurées par l’Union démocratique du centre (droite) ou le Parti radical démocratique de Suisse (centre droit) .

 

 

suise conf les 4 partis

 

 

 

suisse conf dg

 

 

         Nos graphiques économiques nous ont montré que les débuts de mandat sont caractérisés par l’expansion économique et par des tensions inflationnistes croissantes. En début de mandat législatif l’expansion éloigne la nécessité d’une Gauche à la présidence, les tensions inflationnistes croissantes légitiment au contraire l’accession d’une Droite réputée plus rigoureuse en la matière.

Ce climat plus favorable à la Droite et à ses préoccupations conduit à  la mise en place de politiques restrictives, notamment par l’élévation des taux d’intérêt. La conséquence en est, au delà de la deuxième année, une dégradation de l’économie, dégradation qui appelle à son tour la mise ne place de politiques expansionnistes  et donc de la Gauche. Ainsi les formations du centre (le Parti démocrate chrétien suisse)  et du centre gauche (Parti socialiste suisse), accèdent plus fréquemment au pouvoir en fin de mandature législative. Rappelons que ces changements sont avant tout symboliques, le président de la confédération n’ayant guère plus de pouvoir que les 6 autres membres du conseil fédéral.

 

 

 

      3) 3 Paradoxes

 

 

        On peut être surpris d’observer des manipulations électorales dans un pays qui se signale par l’excellence de ses résultats économiques et la stabilité de son pouvoir. On pourrait croire que seuls les gouvernements aux résultats médiocres craignent d’être rejetés dans l’opposition et se livrent à des manipulations économiques en fonction du calendrier électoral. On voit qu’il n’en n’est rien.

        De même, alors qu’on pourrait croire que seul les pays ayant un Etat intervenant beaucoup possède un cycle électoral. Or la Suisse, où le degré d’indépendance de la banque centrale est grand et les dépenses sociales publiques sont relativement faibles, possède tout de même un cycle électoral.

       On pourrait constater un troisième paradoxe quand au fort degré d’ouverture économique (exportations et importations rapportées au PIB) ou à la faible importance relative du PIB dans l’économie mondiale. Ces deux éléments devraient retreindre l’autonomie de la Suisse et la conduire à posséder un faible cycle électoral. Or là encore il n’en n’est rien, du reste l’exemple du Luxembourg nous avait déjà montré que des pays possédant apparemment un faible degré d’autonomie présentent tout de même un cycle électoral marqué.

 

 

 

       4) les facteurs institutionnels, clés du cycle électoral.

 

 

       C’est l’occasion pour nous d’affirmer à nouveau que si les caractéristiques économiques ont leur importance, les caractéristiques institutionnelles importent presque davantage. Or en la matière, la faiblesse que constitue pour le Luxembourg ou la Suisse des gouvernements de coalition , est largement compensé par la régularité du calendrier électoral, exempt de toute dissolution.

       On peut opposer les pays ou le calendrier électoral est manipulé en fonction des évolutions de l’économie (le japon en étant la quintessence, on dissout l’assemblée à la faveur d’une reprise économique) de ceux qui  manipulent l’économie en fonction d’échéances électorales fixes.

 

 

 

 

                                            Christian Guy – Mai  2011

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans Suisse
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 13:57

Suisse :

 poursuite de la baisse du chômage dans les mois à venir

 

 

 

 

 

            Nous présentons l’évolution du taux de chômage de la Suisse depuis 1975, y compris en différentiel par rapport à l’Europe des 27 grâce au second graphique. 

 

SUSSE U différentiel 

suisse U

 

 

          On observe assez régulièrement une baisse du chômage avant les élections législative. Ainsi même dans un pays en quasi situation de plein emploi,  le chômage reste une variable importante, ou tout au moins la manipulation des revenus et donc de la croissance,  impacte l’évolution de l’emploi.  

         L’effort pour réduire le chômage est d’autant plus important que sa poussée a été conséquente : ainsi les baisses préélectorales de 1983, 1995 ou 1999 sont longues ou prononcées.

         En matière d’emploi on le sait, les capacités de contrôle des autorités publiques ne sont pas élevées, on ne peut inverser une conjoncture internationales dégradées. Ainsi dans les périodes de difficultés de 1991 ou 2003 on observera seulement une stabilisation temporaire. En 1975 les autorités helvétiques, incapables je juguler un problème qui n’était il est vrai que naissant et encore faible,  ont du compter avec un taux de chômage au plus haut lors des élections au troisième trimestre.

        Le graphique suivant nous présente le cycle électoral du chômage suisse sur les 16 trimestres d'une mandature, donc calculé par des moyennes établies sur 8 mandatures entre 1975 et 2007. On observe la baisse régulière, surtout en différentiel à partir du deuxième trimestre de la 3 éme année (3-2), c'est à dire 7 trimestres avant les élections. La remontée du différentiel, les élections passées, survient assez rapidement.

 

suisse cycle u

 

 

           Que peut-on prévoir pour les trimestres à venir ?

 

         Le taux de chômage de la Suisse est bien orienté en différentiel depuis 4 années. En valeur absolue, il baisse depuis plus dune année.

         On peut prévoir une poursuite de ces baisses dans les mois à venir. Passées les élections de 2011 on pourrait craindre une remonté en tous cas en différentiel par rapport à l’Europe des 27. Mais par le passé, les cas de poursuite de la baisse après les élections sont nombreux, d’avantage en valeur absolue que relativement aux évolutions internationales, il est vrai…

 

.

                  Christian Guy – Mai 2011

                 Docteur   en   sciences   économiques

                                   Agrégé de sciences sociales

 

 

 

                  Ces prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs)

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

-  la précision visée est semestrielle

 

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans Suisse
commenter cet article
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 10:45

Prévisions pour le PIB de la Suisse :

hausse relative pour la fin 2011, début 2012, chute jusqu’à fin 2013 puis reprise en 2014.

 

 

 Suisse PIB

 

           Nous présentons ici les prévisions pour la Suisse pour les années 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Le graphique souligne la grande régularité du cycle électoral helvète. Nous l’avions déjà mis en lumière pour nos prévisions boursières. Ce cycle se caractérise par deux poussées par mandat.

        La première, assez classique, mais plus tardive qu’ailleurs, est la reprise préélectorale. Apparaissant en cours de 4 éme année, elle déborde assez souvent sur le début du mandat suivant.

        La seconde, plus spécifique au modèle suisse, se réalise en cours de mandat. Elle vient souvent corriger les insuffisances (elle sera alors forte et précoce) ou les excès (au contraire faible et tardive) de la première.

       Nous les avons notés respectivement 1 et 2 sur le graphique. Nous  avons matérialisé les mouvements électoraux par rapport au différentiel européen par des flèches jaunes, mais on observera qu’elles sont presque tout autant vérifiées en évolutions brutes.

 

        

               Que prévoir pour les trimestres à venir ?

 

          Chaque mandat a ses spécificités, d’où un travail d’interprétation à faire par rapport au modèle épuré.

      La régularité du cycle suisse nous permet de prédire une première hausse du à partir de l’été 2011 (le PIB serait en son maximum mi 2012).  Une seconde se réaliserait au cours du second semestre 2014.

      L’ampleur de ces fluctuations de PIB  est plus difficile à anticiper à plusieurs années. Des effets de rattrapages risquent de se produire car dopée par la croissance allemande, le PIB suisse est en différentiel positif par rapport à l’Euroland depuis plus de 3 années. On peut donc penser que la reprise préélectorale du PIB de la mi 2011 à la mi 2012 sera assez symbolique, sauf si une chute prononcée à lieu en ce début 2011.

         Ces années de surrégime peuvent provoquer une forte chute du PIB suisse par effet de rattrapage de l’été 2012 à l’été 2013. La reprise de mi mandat risque d’en être repoussée à la mi 2014, voire pour son point maximum au de début 2015. 

 

 

 

                                                  Christian Guy - Décembre 2010

 

  

 

Toutes les prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs)

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

-  la précision visée est semestrielle.

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans Suisse
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 02:08

Le franc suisse : hausse jusqu’en 2011, déclin en 2012, reprise en 2013-2014, prochain summum en 2015.

 

 

 

franc suisse

 

 

         En cette période où le G20 réuni à Séoul a tenté sans grand succès de régler les désordres monétaires, évoquons une monnaie dont la régularité fait les délices du conjoncturiste, en tous cas de celui qui recours à la théorie du cycle électoral : le Franc suisse.

        Nous avions déjà établi des prospectives politico-économiques pour la Suisse, afin de prévoir les cours de la bourse pour 2011,  2012 et 2013. Mais il faut ajouter aux prévisions boursières celles des parités monétaires car pour un non résident, le taux de change a son importance. La hausse actuelle du franc suisse n’a fait que renforcer l’intérêt d’un placement financier dans la patrie de Guillaume tell.

         Nous étudierons la valeur de la monnaie helvète vis-à-vis du dollar, et plus globalement à travers un panier de monnaie, c'est-à-dire ce que l’OCDE nomme le taux de change effectif (valeur de la monnaie vis-à-vis des autres monnaies pondérées par leurs parts relatives dans le commerce extérieur suisse).

          Il est rare de rencontrer un cycle électoral d’une telle qualité, c'est-à-dire d’une telle régularité, donc d’un tel niveau de prévisibilité. Après un déclin post électoral accentué qui se déroule sur la première année du mandat, on observe une appréciation presque continue de la monnaie sur 28 mois.

          Nous avons indiqué au bas des courbes à quels trimestres postérieurs aux élections se situent les points bas de la parité franc suisse / dollar. Plus ce point apparaît  tardivement, plus le point haut sera lui-même tardif. Parfois même, tel en 2008, il sera reporté après la consultation électorale.

Inversement, l’apparition d’un point bas précoce entraîne une pause dans la hausse, figurée par les flèches blanches sur notre graphique.

 

 

          Que prévoir pour les trimestres à venir ?

 

 

        Le caractère tarif du point bas actuel, apparu seulement au septième trimestre après les élections, laisse augurer d’un point haut lui-même tardif. Il interviendra soit juste pour les élections suisses de l’automne 2011, soit au début de 2012.  C’est à cette seconde hypothèse que nous pensons avant tout car il est probable que la devise américaine n’augmentera qu’une fois bien arrimée la reprise préélectorale du PIB américain.  Le franc suisse après une hausse jusqu’à fin 2011, connaîtra probablement une subite chute au second semestre 2012, puis une lente reprise en 2013-2014.

 

 

                                                                                                     Christian Guy - Novembre 2010

 

 

Toutes les prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs) , 

-  toutes choses égales par ailleurs  (évenements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte),

-  la précision visée est semestrielle.

 

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans Suisse
commenter cet article

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages