Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 07:51

                                

           

 

 

 

 

          Dans le cadre des formations, deux séances peuvent être proposées.

          La première assez générale intitulé 'le cycle électoral' , est accompagnée de graphiques et d'éxemples historiques,  on en livre ici la trame, elle est  d'une durée de 2 heures.

      Nous pouvons également proposer des séances plus spécifiques  , consacré notamment à la prévision bousière .

 

                                                      contact : previsions.bourse@orange.fr

 

 

 

 

                                                                                  Le cycle électoral

 

 

 

INTRODUCTION

 

Appelé également cycle politico économique. Il consiste :

-          à évaluer l’évolution de la conjoncture économique en fonction des échéances électorales (cf I)

-          à caractériser les résultats, l’inflation, le chômage, la déflation…etc en fonction du gouvernement au pouvoir.

-          en repérant les régularités, on peut tenter de prévoir l’évolution économique d’un pays et internationale au travers du poids de l’économie internationale.

 

I / Les évolutions conjoncturelles

 

A / L’opposition gauche droite

 

1)       Mandat de droite

 

 

 

 

On observe une baisse de croissance au début du mandat car la droite lutte contre l’inflation, le chômage, le déficit budgétaire / de consommation pour limiter les importations. Parvenue au milieu de mandat, on dispose de marge pour opérer une relance électorale.

 

2)       La gauche

 

 

  

La gauche en France est appelée au pouvoir en situation de crise. Elue sur des promesses de relance pour lutter contre le chômage ou les inégalités.

Pour relancer, elle augmente alors les allocations ce qui entraîne une reprise mais creuse encore le déficit extérieur et l’inflation. Au milieu de mandat, elle doit diminuer sa croissance pour rétablir les comptes.

 

Remarque :

-          la gauche se présente au pouvoir dans la pire situation d’où un taux d’échec très élevé aux élections

-          pour atténuer ce problème, la gauche concentre souvent la purge sur la 3ème année afin d’avoir des possibilités de relances pour la 4ème année. Les électeurs ont la mémoire courte. Ils n’évaluent que sur les dernières années. Souvent la gauche adopte le cycle de droite lorsque les facteurs d’atténuation apparaissent.

 

B / Les facteurs amplificateurs

               

1)       La durée des mandats

 

à Plus le mandat législatif est court, plus le cycle sera intense. Ex : Australie, Nouvelle Zélande n’ont que des mandats de trois ans.

à Inversement, les pays ayant des mandats de 5ans sont atténués ou en dent de scie. Ex : France, Luxembourg, Italie…

àDans les pays Anglo-Saxons, (surtout le Royaume Unis, Canada, Irlande etc…) on n’hésite pas à dissoudre les assemblées des la 4ème année si la conjoncture est bonne.

 

2)       Les alternances

 

Lorsque la droite ou la gauche arrivent au pouvoir, les cycles sont très marqués pour 2 raisons :

-          rationnelle : lorsque la droite arrive au pouvoir, elle trouve un environnement très dégradé. Inversement, si la gauche arrive au pouvoir, il y aura du chômage, de la pauvreté, des inégalités etc…

-          irrationnelle : désir de toute nouvelle majorité de faire le contraire de la majorité précédente.

 

3)       Mandats pairs et impairs

 

      Alors que la droite utilise ses mandats d'alternances à des politiques de refroidissment, les seconds mandat en cas de reconduction sont l'occasion de politiques de relance, le troisème mandat voit au contraire un retour aux politiques de refoidissement.

      La gauche suit un enchâinement inverse : le premier mandat est celui de politique de relance , le second de refridissment...                                    

  En quelque sorte, lorsque qu'une  majorité est reconduite, elle corrige d’elle-même les excès de son premier mandat.

 

C / Les facteurs atténuateurs

 

1)       Les coalitions

 

Belgique, Pays bas, … Dans certains pays, les partis gouvernent ensembles. Dans d’autre, un parti domine. Les cycles sont très faibles.

 

2)       Les crises

 

En période de crise, la prévisibilité est difficile. On est tenté de relancer (l’économie entre autre). La droite commencera exceptionnellement par un lancement.

 

3)       L’absence d’alternance

 

Il existe des pays ou la droite est sans cesse au pouvoir. (depuis 1999 en Suisse et 1955 au Japon)

La droite alterne alors elle-même cycle de droite ou de gauche en fonction des vagues idéologiques.

 

II / Les évolutions structurelles

 

A / Selon les pays

 

Il existe des pays de droite : la droite est normalement au pouvoir (Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume Uni…) en moyenne.

La gauche n’a été au pouvoir qu’en période de crise.

Ex :          1981 gauche au pouvoir car crise pétrolière. 
                1992 US Clinton au pouvoir.

Lorsque la gauche réussit, elle est remerciée en n’étant pas reconduite. Ex : aux Etats-Unis en 2000

Il existe à l’inverse des pays de gauche (moins nombreux) ex : pays nordiques de l’Europe (Suède, Finlande, Norvège), Canada, Chine…

Remarque : le mot « libéral » n’est synonyme de « droite » qu’en France. En général, plutôt centre gauche.

La droite n’est alors appelée au pouvoir qu’en période de crise.

 

B / Selon les périodes

 

Sur les 25 pays de l’OCDE, le pourcentage de ceux gouvernés par la droite ou la gauche fluctue dans des cycles d’une quinzaine d’années :

 

  La Gauche est au plus haut en  1945  et   1975 , la Droite en 1960     et    1990 .

 

C / Les électorats

 

La droite et la gauche conduisent des politiques partiellement différentes en fonction des intérêts de leurs électorats.

La droite possède un électorat d’indépendants âgés, riches…

La religion (facteur structurant et influant sur le vote), statut (un indépendant vote plus à droite qu’un fonctionnaire), patrimoine sont des facteurs à considérer pour plaire à son électorat.

Vivant de leur épargne, les gens de droite ont plus d’intérêt à lutter contre l’inflation. Hostiles à l’intervention de l’Etat (impôts, tracasseries…)

La gauche possède un électorat de fonctionnaires, de pauvres, de jeunes… Ils sont demandeurs de protection, de droit du travail et favorables à l’intervention de l’Etat (pas d’argent pour payer). Endettés, ils on intérêt à l’inflation.

Ils craignent au contraire le chômage. Entrée dans la vie active. Peu de diplômes.

 

D / Les résultats

 

On retrouve ces différences :

-          faible inflation à droite

-          faible chômage à droite

 

La gauche étant en général appelée en période de crise, elle a une moins bonne croissance.

Très souvent, droite et gauche obtiennent les même résultats mais ont des raisons différentes :

-          Le déficit budgétaire. La droite creuse le déficit. Ex : Bush baisse les impôts ; et la gauche augmente les allocations

-          Le déficit extérieur (le plus grand déficit mondial est détenu par les Etats-Unis). La droite dégrade la compétitivité extérieure en faisant monter la monnaie. La gauche en augmentant les salaires (ou en dévaluant la monnaie par l’inflation)

-          L’investissement : la droite pénalise l’investissement par dégradation de la demande, la gauche par la dégradation des profits.

 

E / Perspectives internationales

 

1)       Les autres élections

 

Ces cycles sont construits en fonction des élections législatives (sauf aux Etats-Unis, en fonction des présidentielles).

Dans les pays assez décentralisés (Allemagne et Espagne), on peut également prendre en compte les élections régionales.

En France, les élections présidentielles et parlementaires influent.

 

2)       Le cycle américain

 

C’est un cycle très régulier qui aide donc à la prévision économique.

L’arrivée au pouvoir de la droite aux Etats-Unis entraîne une récession l’année suivante aux Etats-Unis et dans le reste du monde les deux années qui suivent.

 

3)       Le cycle Européen

 

Il existe un cycle électoral Européen en fonction des élections au parlement Européen. Les élections sans importance politique majeure ont cependant la valeur de test. Chaque pays fait attention, isolement, de ne pas l’aborder en trop faible position. Les cycles Européens s’additionnent d’où un très fort cycle Européen par effet d’aggravation.

 

4)       Le cas de la France

 

La France est à la croisée de plusieurs cycles.

Les années où aucunes élections majeures (2003 ou 2005) n’existent, risquent d’être mauvaises tandis que les années où il y en a beaucoup ( état-unis, Allemgne...) seront meilleures.

On peut également apprécier le poids des élections locales, notamment le cycle municipal, et européennes .

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans SERVICE FORMATION
commenter cet article

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages