Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 09:36

 

       

 

Existe-t-il un cycle électoral de l'arbitrage pétrole / dollar ? 

 

 

        Nous présentons des prévisions pour un arbitrage entre le pétrole et le dollar.

 

 

 prétro dol hsito V

 

 

       Cet historique depuis 1982 est réalisé à l’aide de données en glissement annuelle, celle du dollar est cœfficientée par un facteur 10.

       Nous observons une divergence régulière à mi mandat.

    - Le dollar est orienté à la baisse depuis la seconde année afin d’aider la croissance américaine à repartir. Les autorités poursuivent cette pratique sur plusieurs trimestres (flèches jaunes) afin de s’assurer de la pérennité de la reprise, en vue de la relance préélectorale de fin de mandat.

    - Par contre le pétrole est une variable très sensible à la conjoncture, les simples perspectives d’une fin de récession suffisent à entraîner de nouvelles hausses (flèches verstes).

     Notre arbitrage repose sur ce déphasage, cette différence de délai de réaction à la fin de la récession de deuxième année.

      Le déphasage est maximum au deuxième trimestre de la troisième année de mandat ainsi que nous le montre ce graphique.

 

 

pétro dollar mandat

 

 

    Que peut-on prévoir pour les trimestres à venir ?

 

 pétro dollar prev

 

 

       Si nous comparons le début de mandat en 2009 et 2010 par rapports aux statistiques moyennes depuis 1982 , nous observons des évolutions plus marquées, ce qui est logique comparativement à des moyennes, procédure qui lissent forcément les évolutions.

    Cependant, le contexte récessif marqué de 2009 à  rendu plus précoce la chute du dollar et a au contraire reporté la hausse de fin de première du pétrole. Celle-ci déplacée sur la deuxième année a été plus marquée qu’à l’habitude compte tenu du contexte spéculatif de ces dernières années.

     En cette année 2011, nous sommes dans la troisième année de mandat, c’est précisément au deuxième trimestre de cette année, donc d’avril à juin, que le différentiel entre dollar bas et pétrole élevé devrait être à son apogée.

      Par la suite, la reprise du dollar devrait voire réduire le différentiel…il reste cependant une inconnue sur les évolution pétrolière consécutivement aux révolutions dans le monde arabe.  

 

 

 

                                    Christian Guy -  Mars 2011

 

 

                 

            Ces prévisions sont exprimées :

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

-  la précision visée est semestrielle

 

 

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans or - pétrole....
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 00:00

 L'arbitrage ressouces naturelles contre actions  

 

 

 

 

         Nous présentons un arbitrage opposant le pétrole, l’or et les produits de base d’une part aux actions, ici les valeurs américaine.

 

pétrobase action

 

         L’intérêt est d’opposer les valeurs boursières qui sont en avance sur la   croissance avec d’autres regroupées qui ont un positionnement différent par rapport au cycle de la croissance.

 

            1) Des comportements différents par rapport à la croissance.

 

 

         Les cours de la bourse anticipent d’un trimestre les valeurs du PIB sur la période 1982 – 2010, la corrélation étant de 0.57.

        Les produits de base suivent au contraire les fluctuations de la croissance avec un retard d’un trimestre, la corrélation étant alors de 0.29 pour la période 1982 - 2010.

        L’or à des fluctuations peu régulières par rapport à la croissance. Sur notre période 1982 /2010, le métal précieux apparaît avant tout comme une valeur refuge avec un coefficient de corrélation négatif de -0.44 par rapport à la valeur retardé de la croissance de 3 trimestres. En quelque sorte, l’or est au plus haut trois trimestres avant que la croissance s’installe.

       Le pétrole est corrélé avec la croissance retardée d’un trimestre, ou instantanée, les deux valeurs étant proche (0.149 chaque fois).

 

             2) Les résultats de cet arbitrage.

 

      Notre graphique nous montre l’évolution de l’arbitrage d’un panier qui serait constitué d’une part de pétrole d’or et de produits de bases et d’autre part de valeur du dow jones au cours des 16 trimestres d'un mandat américain. 

 

 

petrorbase mandat

 

      Globalement l’arbitrage est favorable à la bourse dans l’année suivant les élections américaine.

      Mais c’est surtout le décalage qui apparaît en fin de troisième, début de quatrième année de mandat qui est intéressant à exploiter.  A la fin de la troisième année, on observe le retournement rapide de la bourse car elle anticipe un retournement de croissance en fin de mandat. Or cette croissance stimule encore le pétrole, les produits de bases. L’or, en tant que rempart contre une croissance qui devient inflationniste est également haussier. Avant les élections, l’arbitrage devient clairement favorable au pétrole, à l’or et au produit de bases contre le dow-jones.

 

 

     3)  Que peut-on prévoir pour les trimestres à venir ?

 

 

                                             Evolution des 3 ressouces naturelles.

petrorbase actio mandat 2008

 

       Pour 2011, l’évolution en cours de mandat est difficile à prévoir, même si à la fin 2010 des évolutions conformes aux moyennes historique laissait augurer d'un léger rebond en faveur de nos trois réserves naturelles. On peut plus sûrement parié sur un arbitrage favorable au pétrole, or et produits de base en 2012.

 

 

 

                             Christian Guy -  Mars 2011

                                

 

                     Ces prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs)

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

-  la précision visée est semestrielle

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans or - pétrole....
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 09:04

Pétrole contre or :

les leçons des dernières décennies 

 

             Notre graphique souligne la régularité du cycle électoral dans l’arbitrage pétrole – or.  

 

 

pétrole or

 

       On observe deux périodes ou il est préférable de posséder du pétrole : en fin de deuxième année alors que la reprise de milieu de mandat se précise, et en fin de mandat lorsque le ‘boom’ préélectorale est à son summum.    

        Soulignons qu’il arrive que le premier mouvement de hausse soit effacé comme en 1998-99 ou en 2005-06. Par contre le second est beaucoup plus systématique. Ajoutons que le premier mouvement en 91 doit beaucoup à la première guerre du golfe, celle-ci ayant entraîné en septembre octobre 1990 une forte hausse du pétrole.

         Effectuer un arbitrage entre pétrole et or peut être intéressant car alors que le pétrole se renchérit en période de prospérité, la hausse de l’or vient en fin de cycle : tensions inflationnistes (qui peuvent aller de pair avec des cours pétrolier élevés comme en  1979 et 2008) en fin de mandat et peur d’un retournement (début de mandat suivant ) orientent l’or à la hausse.

         Le graphique suivant souligne les convergences et divergences dans le cycle électoral du pétrole, de l’or ainsi que de leur différentiel.

 

 

pétrole - or mandat

 

          Que peut-on prévoir pour les trimestres à venir ?

 

        Fin 2009, début 2010 est apparue la première période de hausse du différentiel au bénéficie du pétrole. Le second semestre de 2010 a été une période de forte rétractation. Il est probable qu’a mesure que la reprise se confirme (soyons optimiste) outre atlantique le pétrole se renchérira alors que l’or sera un peu délaissé. Ce scénario devrait être valable pour l’année 2011.   

         Une forte reprise faisant craindre des tensions inflationnistes et des cours du pétrole parvenant peut-être à un niveau plafond (les spéculateur ont tout de même en mémoire le puissant retournement de juillet 2008 où certains ont laissé des plumes) nous inciterait pour le second semestre 2012 et l’année 2013 à jouer l’or contre le pétrole.

         Cela ne signifie pas que le métal jaune ne serait pas lui-même orienté à la baisse, notamment en 2013, mais il le serait de façon peut-être moins marqué que le pétrole…. si les régularités observées dans nos cycles se confirment.

 

 

 

                                                               Christian Guy -  Février 2011

                                                                   Docteur en Sciences économiques

                                                                                              Agrégé de sciences sociales

 

 

 

 

                                                          

 

 

 

 

       Ces prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs)

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

-  la précision visée est semestrielle.

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans or - pétrole....
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 08:12

 

Arbitrage pétrole – action :

préférer l’investissement pétrolier courrant 2011, la bourse à partir de fin 2012 et en 2013

 

**

 

 

 

 

 

 

          Notre graphique nous présente un arbitrage Pétrole – Bourse depuis 1982.

 

pétrol- bo histo

 

              Nous détaillons suivons cet arbitrage vis-à-vis de la bourse des États-Unis (courbe bleue) et vis-à-vis des places européennes (pointillés rouge), mais on constatera que les différences sont ténues.     

       L’arbitrage repose sur la flexibilité plus forte des cours du pétrole qui surpétrole et bo réagissent plus fortement aux fluctuations de la croissance que ne le font les cours de la bourse, et à un décalage, certes de moins en moins vérifié, entre une bourse qui anticipe les fluctuations de la croissance alors que les tensions sur les cours du pétrole ont longtemps caractérisés les fins de cycle de croissance.

       Sur 8 mandats suivis, on observe 6 fois un scénario identique : une baisse du rapport la première année (flèches blanches), et en cours de troisième (flèches noires), inversement une hausse à mi mandat (flèches vertes) et en fin de mandat (flèches jaunes).

       Ce graphique nous montre les évolutions observés sur les 16 trimesres d'un mandat présidentiel américain.

 

 

pétro bo mandat

 

 

       Les fluctuations originales de la croissance peuvent perturber ce cycle. La récession de 1993 fit perdre au pétrole sont premier mouvement de reprise, inversement la forte croissance et la pression croissante de la chine firent disparaître le mouvement baissier attendu en 2005.

 

           

               Que peut-on prévoir pour les trimestres à venir ?

 

        Les cours du pétrole apparaissent à présent bien synchronisés sur les fluctuations de la croissance, restent leur suractivité par rapport aux cours boursier.

        Si la reprise américaine et mondiale se confirme en 2011, le rapport devrait être à nouveau favorable au pétrole à partir au moins du second semestre 2011. Le second semestre 2012 ou l’année 2013 serait des périodes plus favorables à la détention d’actions. 

 

                                            Christian Guy -  Février 2011

                                                Docteur en Sciences économiques

                                                                            Agrégé de sciences sociales

 

                                          contact : previsions.bourse@orange.fr

                  

 

 

                  Annexe  : cours du pétrole et de la bourse aux Etats-unis en glissement annuel.

 

 

 

 

 

            Ces prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs)

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

-  la précision visée est semestrielle.

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans or - pétrole....
commenter cet article
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 08:02

   

 Passé le premier semestre 2013, l'or sera-t-il plus intéressant que la bourse ?  

 

 

             Nos graphiques nous présentent l’arbitrage OR – CAC 40 (indice industriel avant 1988) depuis 1969.

        Un hausse de la courbe souligne une meilleur performance, en glissement annuel, de l’or, et inversement pour une baisse.

 

 

  F or - cac histo vrai

 

 

 

F OR CAC histo

 

        1) Or ou CAC 40 ?

 

 

 

       Nous observons que la synchronisation des cours boursiers mondiaux sur le dow-jones fait que ce sont avant tout les élections américaines qui expliquent les variations.

       Nous retrouvons les deux poussées notées dans notre précédente étude , celle de mi mandat présidentiel américain notée d’une flèche verte et celle de fin de mandat soulignée d’une flèche jaune. De même la chute post électorale de début de mandat est assez régulièrement présente.

 

 

         2 ) CA 40 ou autres places européennes ?

 

 

 

       Nous portons aux côtés du solde cours de l’or – CAC 40 (courbe bleue)  le solde cours de l’or – place de l’euroland (courbe rouge).

La différence montre la plus ou moins bonne performance de la place financière de Paris.

      On observera que durant les années 70 surtout, et dans une moindremesure 80, les élections ne sont pas sans impact sur les performances relatives de la bourse de Paris.

      Jusqu’en 1973 la Droite est solidement arrimée au pouvoir, donc aucune inquiétude marquée avant les élections. Par contre, Lorsque la peur de l’arrivée de la gauche devient importante on observe comme en 1978 une contre performance boursière de la France, avant les élections,  puis après la victoire surprise de la droite un soulagement, sous forme de sur performance. En 1981, on sait que les cambistes avaient anticipés une réélection de V. Giscard d’Estaing, la panique (-20% le 11 mai 1981) sera pour après le scrutin.

      L’expérience d’une gauche convertie au marché fera progressivement disparaître ce phénomène d’inquiétude puis de soulagement, à peine décelable en 1995 et 2002, un peu plus marqué  après la victoire de la gauche en 1997.

 

 

         3) Que peut-on prévoir pour les trimestres à venir ?

 

 

 

       Il est clair que l’harmonisation des cours est à présent assez forte, et le différentiel de la  bourse française par rapport aux places européennes ne sera que très légèrement négatif dans l’année précédant les élections de 2012, la bourse n’aimant pas l’incertitude.

       Par contre s’agissant de l’arbitrage or / CAC 40, qui dépend avant tout des évolutions internationales, ce ne serait qu'un redressement de la conconcture à partir du second semestre 2012 qui pourrait rendre à nouveau les actions plus intéressantes 

 

                                                                                                                    Christian Guy -  Décembre 2011

                                                                   

 

           Ces prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs)

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

-  la précision visée est semestrielle.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans or - pétrole....
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 08:31

   

 Existe-t-il un cycle électoral

de l'arbitrage or / action ?

       

 

 

       Nous présentons des prévisions pour les cours de l’or, plus précisément dans le cadre d’un arbitrage placement en or ou placement sur les bourses.

 

 

  or import histo 2

 

 

 

1) L’évolution de l’or en fonction du cycle électoral des Etats-unis.

 

 

         Nous avons soulignés dans une précédente étude que les prévisions sur l’or étaient difficiles, le métal précieux évoluant principalement en fonction des tensions inflationnistes, et des peurs (crises économiques ou financières, tensions internationales), c'est-à-dire de données difficilement prévisibles.

Si donc les ampleurs marquées peuvent être difficilement prévues, par contre au gré du cycle électoral américain ( un cycle de 4 ans entre deux élections présidentielles), il est possible de repérer des régularités de moindre ampleur mais assez régulières.

        La valeur de l’or monte en début de mandat alors que l’économie se dégrade (peur) et que l’inflation est encore haute. Après une baisse liée au redressement de l’économie la troisième année et aux premiers effets de la désinflation, une seconde hausse se manifeste, lors de la quatrième et dernière année du mandat, car la reprise commence à dégénérer en surchauffe : l’inflation apparaît alors que les premiers signes d’un essoufflement possible de la croissance (peur) se font jour.

       A défaut de pouvoir anticiper des mouvements majeurs et irréguliers de l’or, on peut donc tenter d’en prévoir les évolutions mineurs et régulières.

Le cycle boursier américain est lui plus facile à prévoir. Il est surtout dominé par une chute en deuxième année de mandat et une reprise la troisième année, nous avons soulignés par ailleurs que des différence sont à introduire selon l’ordre du mandat (alternance ou reconduction) et la couleur politique ( Républicains ou Démocrates) .

 

             1) L’arbitrage or/ bourse.

 

 

        Nous effectuons un arbitrage cours de l’or – cours de la bourse. La courbe bleu en continue nous montre que régulièrement en fin de seconde année (flèches vertes) , en cours de 4 éme année (flèches jaunes) le placement en or est plus intéressant que celui sur la place financière américaine. Inversement en début de troisième année et surtout en début de mandat (flèches blanches pour ces derniers) , il faut préférer un placement boursier.

        La courbe bleue discontinue montre un arbitrage or – bourse européenne évoluant de façon assez semblable.

 

 

 

3 ) Que peut-on prévoir pour les trimestres à venir ?

 

  or ompor obama

 

 

       Notre graphique nous montre que la mandature de Barack Obama a bien connu fin 2010 le point haut de l’arbitrage or – place financière. On peut donc s’attendre jusqu’au troisième trimestre 2011 à un déclin relatif de la performance d’un placement en or par rapport à l’investissement boursier. Cependant le métal jaune devrait redevenir intéressant au cours de l’année 2012, il faudrait à nouveau privilégier la bourse à partir du  quatrième trimestre 2012 et en 2013….ceteris paribus….

 

 

                                                              Christian Guy -  Février 2011

                                                                           Docteur en Sciences économiques

                                                                                                      Agrégé de sciences sociales

 

 

                                            Synthèse

 

  or important 2

 

             Ces prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs)

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

-  la précision visée est semestrielle.

 

                                      Christian Guy -  Février 2011

 

 

 

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans or - pétrole....
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 01:50

Cours des produits de base : tension en 2011,

hausse en 2012 - 2013, rechute possible en 2014.

 

 

 base histo 3

 

 

 

base prev 3

 

 

 

      L'actuelle prise de conscience de l'importance  des produits stratégiques ( yttrium, dysprosium...) , qui fait suite aux manipulations de la Chine pour en prendre le contrôle, nous montre qu'après l'arme pétrolière ou l'arme alimentaire des années 70 et 80, les cours et le contrôle des  terres rares seront peut-être parmi les enjeux des années 2010.

    Quels seront les cours du platine ou du chrome, ou plus généralement des matières premières à 1 mois, 2 mois ou 3 mois (décembre 2010, janvier 2011, février 2011)?, quelle sera l'évolution des cours au premier trimetre 2011?. Notre méthode peut malheureusement difficilement répondre à des questions aussi précises, par contre on peut tenter de dégager des perspectives à moyen terme, considérer si on est à un correct point d'entrée pour vendre dans une ou deux années, si on est dans une période de surévaluation qui pourrait fare craindre un crash (ou chute des cours)  en 2011.

     Pour l’étude du marché des produits de bases  nous utiliserons les statistiques des prix pour les industriels américains établis par la réserve fédéral de st Louis. Les prévisions faîtes à l’aide de cet indice pour 2011, 2012, 2013 intègrent  des matières premières aussi différentes que le minerai de fer, la bauxite, le phosphate, le tungstène, le cobalt le cuivre, le nickel ou le manganèse, liste non limitative….

     Le premier graphique nous montre une corrélation évidente entre le calendrier électoral américain et les cours des matières premières . En effet, à l’approche des élections, une reprise de la croissance des Etats-unis, et dans leurs sillages des autres puissances, ne peut qu’exercer un effet inflationniste sur les prix des produits de base notamment pour les métaux ferreux et non ferreux. Les cours agricoles sont eux davantage influencés par les conditions climatiques.

      Les alternances républicaines (flèches  bleues) entraînent une chute des cours, car elles sont l’occasion de politiques de refroidissement. Parfois, il ne s’agit que d’une stabilisation dans une période haussière (1969), alors qu’à d’autres reprises on observe une importante chute (1953, 1982, 2002). Le point bas est en général atteint la seconde année du mandat, le temps que les autres pays entrant en récession, les marchés s’ajustent. Inversement, les alternances démocrates (flèches rouges) étant entamées par des politiques expansionnistes, on observe en leurs débuts une hausse des cours (1962, 1977, 1994) qui durant longtemps se confondent parfois avec la reprise préélectorale.

       Les reprises préélectorales (flèches jaunes) sont particulièrement intenses en fin d’alternances républicaines (56,72-73, 84, 2004,) mais elles s’observent pour toutes les fins de mandats. Elle peuvent être très réduites en cas de hausses déjà fortes en cours de mandat (1976 et le premier choc pétrolier) ou démarrer prématurément en cas de mouvements spéculatifs : en 2007/2008 la chute des bourses incitèrent les spéculateurs à se reporter sur les produits primaires.

 

 

     Que prévoir pour les trimestres à venir ?

 

     Autant nous avons été assez circonspects pour les prévisions des cours de l’or, autant l’évidente corrélation entre fluctuation de la croissance américaine et cours des produits de base peut nous inciter à établir avec moins de risque des projections pour 2011 et 2012. Soulignons cependant que le rôle de locomotive de l’économie américaine en matière de croissance et donc son impact sur les prix des produits primaires, est altéré par  la pression croissante de la demande chinoise.

 

      Les fins de mandats d’alternances démocrates sont normalement marqués par une certaine pause dans la croissance la 3 éme année, avant que ne redémarre l’activité la 4 éme, reprise entraînant les différents pays et cours dans ce mouvement. Cela nous incite à prévoir des années 2012 et 2013 en hausse, si les Etats-Unis réussissent par leur politique monétaire accommodante à relancer leur croissance. Les cours des produits de base en 2014 pourraient être orientés à la baisse, soit en cas de victoire républicaine (traditionnelles politiques de refroidissement des débuts de mandat), soit dans une moindre proportion en cas de reconduction démocrate (possible pause de début de second mandat). On doit être sur cette seconde hypothèse plus prudent. Si on observa une pause en 1997/98 lors du second mandat de Bill Clinton, cela ne fût pas le pas en 65/66 pour celui Lyndon Johnson du fait de l’impact expansionniste du programme militaire de la guerre du Viêtnam.

        On peut introduire un second scénario. En l’absence de redémarrage de la croissance en 2011-2012, la reprise pourrait n’intervenir qu’en 2013-2014. Même un refroidissement républicain n’aurait alors comme en 69-70 qu’un impact mineur sur les cours.

         Plus sûrement, quelque soit la conjoncture politique, les cours des produits de base seront probablement à nouveau orientés à la hausse en 2015 - 2016 à l’approche des élections de 2016.

         Il faut faire preuve de prudence, et ces hypothèses demanderaient à être en permanence actualisées pour prendre en compte les effets de reports et autres accidents conjoncturels. Cependant, pour particulièrement hasardeuses qu’elles soient, ces prévisions des matières premières au delà de 2010 , c'est à dire à 2 , 3 ou 4 ans (ou  de long terme )  sont nécessaires dans un secteur qui a besoin que ses investissements programmés soient mis en route en période prévisible de haute conjoncture afin d’être le plus rapidement rentabilisés . Savoir que la période allant de la fin 2013 au début 2015 risque d’être plus difficile que celle allant de début 2015 à fin 2016 n’est donc pas sans intérêt.

          Pour se résumer, on peut donc considérer que l’on va vers une hausse des matières premières de la fin 2011 à  l’essentiel de l’année 2013, hausse qui prendrait fin en 2014.  

 

 

                                                                Christian Guy – Novembre 2010

 

 

Toutes les prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs) , 

-  toutes choses égales par ailleurs  (évenements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte),

-  la précision visée est semestrielle.

 

 

  
Repost 0
Published by Christian Guy - dans or - pétrole....
commenter cet article
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:28

Prévision des cours de l’or : Seule une baisse début 2013 est politiquement prévisible

 

 

Gold bon 

 

 

     Lorsque l’on demande à un conjoncturiste d’établir des prévisions, il n’y a qu’un seul domaine ou il  refuse généralement de se risquer : la prédiction des cours de l’or.

       Quels seront les cours du lingot, du Napoléon ou plus généralement de l'once d'or à 2 mois ou 3 mois ?. Notre méthode peut malheureusement difficilement répondre à des questions aussi précises, par contre on peut tenter de dégager des perspectives à moyen terme, considérer si on est à un correct point d'entrée pour vendre dans une ou deux années, dans quelle mesure on est dans une période de surévaluation qui pourrait fare craindre un crash (ou chute des cours)  en 2011.

 

1) De nombreux facteurs d’évolutions.

 

       Ce n’est pas le fait qu’on en connaisse mal les ressorts, mais cela tient au fait que ceux-ci échappent à toutes prévisions de long terme.

       L’or est tout d’abord une valeur refuge lorsque l’économie devient incertaine (effondrement de la bourse en 1987,  en 2007),  ou en cas d’inflation (période des chocs pétroliers).

       Mais c’est historiquement  face à des risques politiques que le métal jaune est connu pour son caractère refuge (invasion de l’afganisthan en 1980, guerre contre l’Irak en 2003).

       A cela s’ajoute des facteurs structurels, qui peuvent agir dans le sens de la hausse telle la pression de la demande depuis 15 ans (usage industriel et essor des classes fortunées dans les pays intermédiaires). Ces évolutions structurelles peuvent aussi avoir fait pression dans le sens de la baisse (vente par les banques centrales de leurs stocks d’or dans les années 90).

       Rappelons enfin que le marché de l’or est rendu instable par son caractère oligopolistique car il existe seulement deux grands pays producteurs : l’Afrique du sud et la Russie. Ceux-ci sont de plus assez incertains sur le plan politique, voire économique. La Russie exposée durant les années 90 aux difficultés de la transition et à la  baisse de l’or noir, se livra à d’importantes ventes de métal jaune, en déprimant ainsi les cours.

       Enfin, comme toute ressource naturelle, il faut prendre en compte la découverte de nouveaux gisements, ce qui est  quasiment  impossible à prévoir.

       On le voit, cela fait beaucoup d’éléments rationnels imprévisibles à long terme, le tout se complexifiant par le caractère en partie irrationnel du recours à une valeur refuge. 

        C’est pourquoi nous ne nous risquerons pas à prévoir les cours des années à venir, mais seulement à exposer certaines corrélations qui ont été observées dans le passé entre la chronologie électorale américaine et les cours de l’or.

 

 

2) l’impact des élections américaines sur les cours de l’or.

 

 

 

       Le graphique nous permet d’observer que les débuts des mandats sont l’occasion d’une baisse des cours, les anticipations en matière d’inflation étant baissières. Cela est particulièrement vrai lorsque la droite américaine accède au pouvoir, car on sait son intérêt pour la lutte contre l’inflation. La seconde partie du mandat connaît au contraire une progression des cours de l’or lorsque les Républicains sont aux affaires, les tensions inflationnistes risquant d’être ravivées par leurs fins de mandats assez  prospères (cycle électoral opportuniste défini par Nordhaus en 1975). Ces faits sont également vérifiés pour les reconductions démocrates. Cependant,  nous devons sur ce dernier point être prudent car nous ne disposons que d’un seul exemple de reconduction démocrate dans notre étude (Clinton, 1997/2001). Dans l’hypothèse actuellement douteuse ou Obama serait parvenu à réduire fortement le chômage en 2012, il se livrerait au début de son second mandat (2013-2014) à une politique moins expansionniste, donc stimulant moins par l’entremise de l’inflation les cours de l’or.

       L’arrivée des démocrates au pouvoir entraîne une poussée de l’or, valeur refuge en face  d’une inflation que la gauche américaine dans son arbitrage de la courbe de Phillips risque d’accepter. Elle est en effet appelée au pouvoir en période de difficulté et privilégie idéologiquement la lutte contre le chômage (cycle partisan de Hibbs, 1977). On observe bien cette hausse au début du mandat de Barack Obama en 2009.

        Il nous est par contre plus malaisé de prévoir la suite. Habituellement, les fins de mandats d’alternances démocrates connaissent, en tous cas  la 3 ème année, une pause dans la croissance. Il y a alors reflux du métal jaune. On l’observe en 95 pour le premier mandat de Bill Clinton. Par contre la fin du mandat de Jimmy Carter fût le théâtre du second choc pétrolier avec une poussée inflationniste. A cela s’ajoutèrent des incertitudes diplomatiques (Iran, Afghanistan) propulsant le métal jaune à ses premiers records.

        Une reprise économique aux Etats-unis en 2011-2012, pourrait favoriser une hausse de l’or, si elle était inflationniste. Mais  cette reprise peut ne pas s’accompagner d’inflation, du fait  du niveau massif de chômage. De plus, une reprise alimenterait le retour de l’optimisme ce qui pourrait inciter les capitaux qui sont allés sur l’or au cours du premier semestre 2010 (Buffet,  Sorros,  Paulson) à revenir en bourse, ces deux éléments joueraient alors dans le sens de la baisse du métal précieux.

 

        Nous sommes donc dans le cas assez surprenant ou il nous est plus facile de prévoir les cours de l’or en en 2013 (en baisse du fait de débuts soit d’un mandat d’alternance républicaine ou soit d’une reconduction démocrate) que de prévoir les cours de l’or en 2011 et 2012.

 

 

 

                                                                                              Christian Guy – Novembre 2010

 

                                         

 

 

Toutes les prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs) , 

-  toutes choses égales par ailleurs  (évenements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte),

-  la précision visée est semestrielle.

Repost 0
Published by Christian Guy - dans or - pétrole....
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 07:27

 

 

Pétrole et élections 

 

 

 

 

pétrole

 

 

 

1) les fondements électoraux des chocs pétroliers.

 

 

          Les cours du pétrole ( ou du gaz ) sont gouvernés par nombre d’éléments, loin de nous l’idée de considérer que cycle électoral américain suffirait à lui seul à en comprendre les évolutions.

Cependant, pour qu’un choc pétrolier apparaisse, il faut qu’en existent les fondements économiques, ce qui suppose une tension préalable entre offre et demande. Cela requiert que  le ‘political business cycle ‘ américain soit au plus haut, ou plus exactement qu’il l’ait  été 6 ou 12 mois auparavant entraînant l’Europe, le Japon, et à présent la Chine  dans son sillage.

         Ce n’est donc pas le fait du hasard si le premier choc pétrolier s’est produit lors du début d’un mandat de reconduction. Il l’aurait pu l’être un an avant, en fin de premier mandat, par contre l’occurrence qu’il se produisit en début de mandat d’alternance républicaine, période traditionnelle de récession était bien faible…donc 72 au lieu de 73 oui, 69 ou 70 ….bien   peu probable.

         Il en est de même pour le second choc de 1979. La gauche entamant ses mandats par des politiques de relance, deux années de relance démocrate pouvait générer la tension nécessaire sur les prix pour rendre possible des nouvelles hausses.

         En 73 ou en 79, des arguments politiques (guerre du kippour), des déséquilibres structurels (disparition d’un grand producteur comme l’Iran) sont venus se greffer sur des évolutions politiquement en germe depuis plusieurs années  (Fondement de l’OPEP en 1960, de l’OPAEP en 1961, conférence d’Alger de 1973) et rendus conjoncturellement possibles par le cycle électoral américain. A présent d’autres facteurs structurels (pression de la demande chinoise), ou conjoncturel (report de la spéculation sur le pétrole après le déclin des bourses entre 2007 et 2008) sont apparus, réduisant peut-être l’impact du cycle américain, mais ne le faisant sans doute pas disparaître

 

 

 2) Forme du cycle du cycle politico pétrolier

 

         Nos flèches blanches nous montrent que les débuts de mandats américains, sont contemporains d’une baisse des prix du baril, celle-ci se produisant souvent en seconde année de mandat, le temps que la décélération américaine ‘contamine’ la demande mondiale et que les marchés s’ajustent.

On peut cependant différencier les mandats d’alternance de ceux de reconduction.

         -  La baisse des cours du pétrole est particulièrement prononcée en cas d’alternance républicaine, (1970, 1982, 2002). Les Démocrates étant  au pouvoir en période de difficulté, donc de PIB faible, le contexte n’est guère plus haussier. Par contre, les fins de mandats démocrates, ou plusieurs années de stimulation s’additionnent, les fins de mandats républicains aux reprises vigoureuses ; voient les cours du ‘crude oil’ ou du ‘brent ’ puissamment orientés à la hausse comme le montre nos flèches jaunes

        -  Les débuts de second mandat, leurs obtentions étant conditionnés par de bonnes performances économiques, sont des périodes de forte demande, donc sujetes à des tensions sur les prix.

        - Le seul troisième mandat consécutif de notre période 1970-2010, celui des Républicains de 1989 à 93  (G. Bush senior), est semblable à un mandat d’alternance, les cycles de croissance étant de 8 ans, la reprise de novembre 1982 cède la place à la récession de juillet 1990. Ce troisième mandat est donc marqué en son milieu par une chute des prix des hydrocarbures. 

            Il faut prendre en compte les inévitables effets de report, nous en observons deux notables:

 - le premier choc pétrolier, qui reportera la chute à la quatrième année en 1976 en lieu et place du milieu de mandat.

- la hausse de la demande chinoise, la tornade katrina qui reporteront à la 3ème année (2007) la baisse prévisible pour 2006.

 

3) Que prévoir pour les trimestres à venir ?

 

           Il est probable qu’en s’acheminant vers la seconde partie de son mandat, Barack Obama finira peut-être par obtenir la reprise tant espérée…  On peut donc prévoir une augmentation du pétrole en 2011-2012. En première analyse, ce serait une perspective économique peu encourageante pour l’OCDE…sauf si on vent bien considérer qu’elle serait la conséquence d’une reprise pour 2011-2012. Sur les marchés spots, on pourrait encore assister à des hausses  de l’or noir en 2013, que les Démocrates soient reconduits ou que les Républicains sortent victorieux des élections présidentielles de Novembre 2012.

            Par contre, les perspectives du marché pétrolier seraient sensiblement différentes pour 2014, selon que se produise une alternance républicaine qui pourrait précipiter un an après le pays dans la récession ou qu’on assiste à une reconduction des Démocrates, ce qui limiterait pour 2014 la chute du pétrole….l’échéance n’en serait très probablement que reportée d’un an.

           Rappelons cependant qu’il faut faire preuve de prudence en matière de prévision des cours pétroliers, car les évolutions géopolitiques sont importantes et l’impact du cycle américain est de plus en plus  altéré par la force de la demande chinoise.

               On sait que les cours du gaz étaient globalement indexés sur ceux du pétrole, jusqu'à ces dernières années car l'exploitation de shiste aux etats-unis àa dégagé de tel potentialité que les cours du gaz en sont déprimé.  Peut-on pour autant prévoir une différenciation dans l'évolution des cours des hydrocarbures à 2, 3 ou 4 ans? ....cela semble présomptueux.

 

 

                                                                                           Christian Guy - Novembre 2010.

                                                                               Docteur en sciences économiques

                                                                                                                                         Agrégé de Siences sociales

 

 

Toutes les prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs) , 

-  toutes choses égales par ailleurs  (évenements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte),

-  la précision visée est semestrielle.

Repost 0
Published by Christian Guy - dans or - pétrole....
commenter cet article

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages