Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 07:35

Tout au long du cycle de 3.5 ans, on observe une tendance à l'allongement et à l'intensification des fluctuations.

Alors que la première moitié est essentiellement consacré à une hausse d'une grande continuité, à part une pause à mi parcours marquée d'une flèche rouge, la seconde partie connait des fluctuations plus marquées, comme toute phase de stagnation ou de baisse, dessinant ds cycles qui peuvent atteindre 5 mois, quant ils étaient à peine d'un mois dans la première phase haussière. Cette période est cerclée en bleu, en rouge une flèche nous souligne les périodes de décrochage observées souvent en cette  seconde partie.

On ajoutera que les cycles débutant en mars débutent commencent avec 6 mois de retard,ce  premier cycle  est rarement baissier en sa seconde moitié, seulement stagnant. Ceux commençant en septembre, qui sont à la suite des premiers dessinant des cycles de 7 ans ( 2*3.5), sont souvent précoces dans leur début haussier...mais très baissier en leur fin ( 1984, 1998, 2005).

 

A cela s'ajoutent les intéractions avec le cycle électoral. Celui ci connait en sa première année ( rouge) des évolutions assez continues, baissières longtemps, plutôt haussières à présent. La 3 éme année ( mauve ) est elle dans ses deux premiers tiers assez continue dans la hausse. Ce sont surtout les deuxièmes années ( vert) coupées en deux , baisse jusqu'en août - octobre, hausse par la suite, et plus encore les quatrième année qui connaissent des cycles longs de 4 mois et plus. alors quand une 4 éme année coïncide avec une fin de cycle de 3.5 ans...l'heure est aux montagnes russes ( 1952,1956,1980,1984,2008,2012) ...

De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
De fluctuations courtes à des fluctuations longues
Partager cet article
Repost0
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 06:27

Tous les 28 ans, les cycles de électoraux de 4 années , soit 48 mois; et les cycles Kitchin de 42 mois redeviennent en concordance, c'est à dire que par exemple le début d'un cycle kitchin coïncide avec celui d'un cycle électoral.

Cela nous permet de faire des prévisions assez affinées en intégrant les deux cycles.

Pour la période 2002-2018 on obtiendrai ainsi un coefficient de corrélation de 0.23, ce qui peut ) la fois sembler comme décevant, et en même temps comme encourageant s'agissant de prévisions établies..des années voir des décennies à l'avance... 

2019-2030 à l'aide des quatre séquence cycliques de 28 ans

Nous pouvons en utilisant les séquences de 28 ans rassemblant 8 cycles, débutant en 1890,1946,1974 établir des prévisions pour la fin de la séquence actuelle débutant en 2002.

2019-2030 à l'aide des quatre séquence cycliques de 28 ans

Ce qui est intéressant d'observer sur le plan théorique , c'est la plus grande force des cycles kitchin par rapport aux cycles électoraux, car la force de la 3 éme année de mandature présidentielle américaine, année de reprise vigoureuse, dépend très fortement de sa position dans le cycle Kitchin. Nous sommes pour 2019 dans quasiment la pire des conjectures, celle ou la 3 éme année, plus exactement la période août de la 2 éme, août de la 3 éme est rejetée en fin de cycle kitchin...

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2019 7 27 /01 /janvier /2019 09:45

Nous avons souvent ici cherché à percevoir l'existence de cycle boursiers. Dernièrement nous nous sommes intéressé à des cycles de 42 mois, couper en une partie montante et une partie déclinante...de sorte que la déclinante doit être me négatif de la précedante. 

42 mois divisé en deux parties... cela nous fait 21 mois, on verra ici qu'en prenant le négatif des évolutions des 21 derniers mois on arrive selon les périodes à des prévisions assez pertinents.

 

Les cycles de 21 mois

C'est la dernière partie qui nous donne le plus de fil à retordre, comme souvent la période 1990 2008 est à l'inverse de ce qui est attendu. Dans le graphique du haut nous avons donc pris le positif de ces évolutions retardée de 21 mois en cette période.

Voici à présent, les prévisions, forcément moins bonnes , si on ne fait exception pour la période 1990  - 2008.

Les cycles de 21 mois

Les périodes antérieures sont plus aisée à prévoir, surtout le début du XX ème siècle ou avant que ne sévisse la crise de 1929, les cycles de 42 mois était particulièrement forts, on point que Kitchin les mettent en lumière ou début des années 1920.

Les cycles de 21 mois
Les cycles de 21 mois
Les cycles de 21 mois
Partager cet article
Repost0
27 janvier 2019 7 27 /01 /janvier /2019 06:51

En combinant le cycle électoral de 4 années et le cycle kitchin de 3.5 ans, il faut 28 années pour que ceux-ci reviennent  leur concordance d'origine. 

Ces périodes de 28 ans seront appelées "séquence". On peut en distinguer 3, entamées en 1890,1946,1974.  La dernière débuté en 2002, prendra fin en  2030.

On ne peut prendre en compte le cycle débutant au milieu des années 1920, car la crise de 1929 lui donne un aspect très particulier et car...il n'atteindra pas 28 ans, l'après guerre faisant débuter une nouvelle chronologie en 1946, tout comme il était né d'un réajustement chronologique en 1923, la précédante après-guerre.

On peut ajouter à ces cycles de 42 mois, des cycles de 21 mois, puisque leur seconde moitié ...ne sont souvent que l'inverse de la première...voila qui réduit le champ chronologique à 21 mois, mais nous fait gagner en précision, en atteste le R de 0.30 obtenu pour la période 2002-2017.

Séquence de 28 ans et cycle de 21 mois
Partager cet article
Repost0
13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 07:29

On sait que les cycles de 42 mois sont caractériser tout d'abord par une période de hausse, assez régulière sauf un palier souvent à mi course, le démarrage de la hausse débutant plus ou mois tardivement , et une phase de baisse, beaucoup plus accidentée et surtout disparates dans ses formes possibles : il peut s'agir d'une baisse prononcée ( 2000-2002, 2007-2009) ou d'un simple plateau voire du maintien d'une hausse plus modérée que dans la première phase.

 

Ce que nous soulignerons ici, c'est que ces deux phases réagissent à des évolutions différentes, plutôt de court terme pour la première moitié, celle de la hausse, qui s'explique par le différentiel l'inflation chômage retardé de 36 mois, donc en réponse au cycles précédent, plutôt de long terme pour la fin, qui s'explique par l'inflation retardé de 84 mois, soit la durée de deux cycles.

Diviser les cycles de 42 mois en deux moitiés.
Diviser les cycles de 42 mois en deux moitiés.
Diviser les cycles de 42 mois en deux moitiés.
Partager cet article
Repost0
12 décembre 2018 3 12 /12 /décembre /2018 04:56

Nous avons dernièrement souligné la régularité de cycles de 42 mois, que 'on peut nommer Kitchin, ce dernier ayant souligné leur existence, à l'époque pour une durée de 40 mois , en 1923.

Mais, si la survenue de ceux-ci est assez régulière, par contre leur forme et surtout les dates de leurs creux et sommets peuvent présenter selon les cas quelques particularités...qu'il est bon de pouvoir anticiper.

 

Anticipation des formes.

On peut en distinguer 3: celles en pic, positionné juste au milieu de la période de 42 mois, ceux en plateaux ascendants ou descendants, les cotation boursières ne cessant de monter ou de baisser tout au long des 42 mois, à l'exception des 3 derniers mois ou s'inverse la situation observer au cours des 39 premiers mois généralement..

Prévoir les pics et creux des cycles kitchin boursiers

La prévisions des formes conique est assez fiables, avec un coefficient de corrélation de 0.52 en les formes coniques observées et les prévues. Remarquons que les perturbations historiques et économiques de la période 1914-1946 ont empêché leur survenue, mais sinon nous sommes revenus depuis les années 90 notamment) des cycles kitchin de forme caractéristiques.

On obtient une bonne prévision en effectuant un différentiel boursier entre le premier mois du nouveau cycle et l'évolution retardée de 18 mois, chaque fois en glissement annuel.

Prévoir les pics et creux des cycles kitchin boursiers

Un coefficient négatif signifie que la tendance générale sera à la baisse sur les 42 mois, un positif à la hausse bien évidemment.

On observe une certaine tendance à l'alternance de ces orientations depuis 30 ans. Un simple différentiel entre l'évolution du premier mois de nouveau cycle de 42 mois et celle immédiatement précédante, suffit à avoir une projection assez fiable, cependant plus difficile que celle de la forme du cône, car le coefficient de corrélation tombe à 0.39.

 

Prévision des dates de pics et de creux.

 

Après avoir anticipés les formes générale que pourrait avoir le nouveau cycle de 42 mois, tentons de prévoir la date, à 6 mois près, de son pics et de son principale creux.

Pour ce faire, nous avons une échelle allant de 1 à 7, 1 correspondant au premier semestre de ces cycles de 7 semestre ( 7x6=42 mois), 7 au dernier, le résultats le plus répandu étant 4 pour le pic, ceux-ci étant en général pour le milieu du cycle. Par contre il y a plus incertitude pour le creux, car pour les cycles qui sont plus proche du plateau haussier ou baissier que du cône, selon la forme du plateau, le creux le plus marqué sera au début ou à la fin du cycle.

Prévoir les pics et creux des cycles kitchin boursiers

Nous obtenons donc assez facilement de bonnes prévisions pour les dates de pics. Le pics du prochain cycle ( septembre 2019-mars 2023) serait comme cela l'a été pour l'actuel entamé en mars 2016 positionné un peu en avance.

Prévoir les pics et creux des cycles kitchin boursiers

La prévisions des creux nous conduit au contraire à examiné les périodes de début ou de fins de cycle.

Tout comme pour les formes haussières et baissières, on observe depuis 30 ans une alternance dans le positionnement des creux, ce qui est logique, un plateau haussier a surtout un creux en début de cycle et inversement pour un baissier.

Pour le cycle,qui se termine ( mars 2016 - septembre 2019) ,comme pour le suivant ( septembre 2019-mars 2023), les creux les plus marqués seraient chaque fois en début.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 11:51

2019 , une troisième année à surprise ?

Typologie du cycles électoral en 4 formes basiques

Jadis au centre du cycle électoral, la troisième année de mandature est devenue assez décevante lors des 3 dernières mandatures. Faute au politique monétaire expansionniste qui font apparâitre une reprise dès la première année, rendue possible par l'absence d'inflation et nécessaire par la crainte de dépression sans doute. Faute aussi au fait que les 3 derniers mandats ont des troisième années positionnés en fin de cycle, ce qui n'aide pas à leur éclat sans doute aussi.

Occasion pour nous de faire le point sur le cycle électoral, qui a connu plusieurs mue successive dans son histoire.

Typologie du cycles électoral en 4 formes basiques

Au commencement était donc le cycle en cloche. Image d'une période au risque inflationniste légers, mais présents, ces trente glorieuses où on peut se permettre un petit refroidissment en début de mandat, à l'économie très réactive qui voit la bourse reprendre dès la seconde année...le bon temps des politiques de stop and go des années 50 en sommes.

Typologie du cycles électoral en 4 formes basiques

Second type de cycle a apparaitre, ceux de relance : les Démocrates arrivent au pouvoir dans les années 60, il y reviendront dans les années 90. La gauche, plus sensible au problème du chômage, est appelée au pouvoir souvent en situation difficile. Elle commence ses mandats par une relance la première année, puis refroidit en vitesse la seconde, afin de pouvoir relancer la troisième et glisser légèrement la quatrième année, le moment de se rappeler au bon souvenir des électeurs, dans une conjoncture favorable. Les Républicains, une fois l'inflation maîtrisée en feront de même en 1985 et 1989.

Typologie du cycles électoral en 4 formes basiques

Un parenthèse s'ouvre dans les années 70, avec la montée de l'inflation qui oblige à entamer le mandat par un refroidissement, qui se poursuit au début de la seconde année. Par contre la fin de mandat ressemble au précédent, reprise la troisième année et glissade la dernière.

Chronologiquement le mandat 2001/04 est clairement hors de cette période des mandats de refroidissement allant de 1969 à 1981. Cependant, du fait d'une légère reprise de l'inflation en 2000, et surtout de l'explosion de la bulle internet, il épousera une forme proche des mandats de refroidissement. Si nous avons dans se découpage simple voulu respecter la chronologie, intégrant la mandature 2001/04 avec les relances, nous donnons en annexe les profils obtenus en l'intégrant au mandat de refroidissement.

 

Typologie du cycles électoral en 4 formes basiques

Nous sommes donc clairement entrer dans une nouvelles périodes à partir de 2005.

Certes elle n'est pas totalement nouvelle, depuis 1985 renouant avec les années 60, les premières années étaient à nouveau haussières mais elles le sont à présent de façon très forte, donnant même le point haut en progression annuelle du mandat. On peut voir dans ce point haut présent à présent au terme de la première année et non plus à l'été de la 3 éme une rupture historique.

Ce qui est nouveau , c'est aussi l'extrème faiblesse de la pose de seconde année laissant peu de carburant pour la fin de mandat, en berne .La  3 éme année haussière est tout de même présente au rendez vous du moins d'octobre de la seconde année à mars de la 3 éme mais  elle est victime d'un krash violent (été 2007,2011) ou larvée (2015).

Par contre , on observera que la fin de mandat, c'est à dire la 4 éme année reste assez similaire à ce qu'elle à toujours été en moyenne.

Typologie du cycles électoral en 4 formes basiques

En avançant de 2.5 mois la moyenne obtenue de 1949 à 2001, on obtient des fins de mandat assez proche à ce qu'elle furent les dernières années. C'est vraiment en début de mandature que le changement est présent, là ou un creux se dessinait dés l'été de la première année, survient une forte hausse.

Cette déformation peut en partie s'expliquer par la présence de cycle de 3.5 ans ou les 3 éme années sont positionnées en seconde partie déclinante, cependant l'explication partiellement valable n'est pas suffisante, car lorsque que l'on compare les mandats actuelles

Typologie du cycles électoral en 4 formes basiques

Nous donnons enfin en annexe les mandats de relance sans la mandature 2001/04, et les mandats de refroidissement avec cette mandature.

Typologie du cycles électoral en 4 formes basiques
Typologie du cycles électoral en 4 formes basiques
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 06:10

Nous avons en aôut 2018 politisé les cycles de 42 mois en étudiant l'évolutions des cycles Kitchin en fonctions des 4 années de mandat présidentiel américains.

Cela nous donnait des projections intéressantes, mais qu'il fallait réajuster, les niveaux n'étant pas toujours trés raccord, le mois de janvier de chaque nouvelle année étant réajuster en fonction du mois de décembre de l'année suivante..

Ici, nous nous contentons d'additionner ces résultats à ceux du cycle de 42 mois non politisé, espérant que l'addition du second très stable dans ses évolution, stabilisera le premier aux sauts d'humeur, ou niveau, très sautillant...les résultats, testés, est assez convaincant.

 

Stabilisons les cycles de 42 mois politisés !
Stabilisons les cycles de 42 mois politisés !
Stabilisons les cycles de 42 mois politisés !

On constate donc que les coefficient de corrélation entre les cours de la bourse américaine et nos prévisions rétrospectives sont assez intéressant.

Présentons un focus sur la période présente.

Stabilisons les cycles de 42 mois politisés !

On le voit la bourse pourrait avoir un sursaut ..un peu sans lendemain cet hiver, la véritable reprise pourrait n'être que pour le mois de mars 2019 ; par contre ensuite, avec bien sur quelques soubressauts, la période serait assez faste jusqu'à l'été 2021.

Nous avons voulu tester les capacités prédictives de notre modèle. Pour cela nous l'avons construit pour lé périodes 1890/1984, et avons projeté les prévisions ainsi obtenues pour la période 1984 2018...des résultats assez flatteurs...

Stabilisons les cycles de 42 mois politisés !
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 07:13

Nous souhaitons tout d'abord souligner l'influence des cycles conjoncturel de 42 mois sur les prix de l'immobilier, ici aux Etats-unis.

Prévoir l'immobilier
Prévoir l'immobilier

On observera que contrairement à la bourse, l'immobilier n'accompli pas un cycle complet en ces 42 mois noté par les barres grisées, mais en général, variable évoluant plus longtemps; il le faut sur 2 cycles de 42 mois, voire 3, ce sont donc les cycles majeurs  en barres noires et non les mineurs qui l'affecte contrairement à la bourse.

Prévoir l'immobilier
Prévoir l'immobilier

Ainsi , à l'intérieur d'un cycle majeur noté par les barres noires, la bourse connait un chute alors que l'immobilier poursuit sa hausse, commencé avec retard. On comprend l'anomalie de la période 2000-2004, l'immobilier n'avait pas vraiment connu de hausse en 1991-1998, il y a donc effet de rattrapage.

Le différentiel d'intérêt est également un moyen pour prévoir l'immobilier, mais là ou il faut le retarder de 8 mois pour prévoir la bourse, il est nécessaire de le faire de 18, ce qui nous donne avec bonheur un prévision à plus long terme, là encore du fait des réactions plus retardé de l'immobilier sur la conjoncture quand au contraire la bourse est en avance conjoncturelle.

Prévoir l'immobilier
Prévoir l'immobilier

Là encore , on comprends l'anomalie du début des années 2000, l'immobilier concurrencé dans son attrait par la nouvelle économie de la fin des années 90 qui profitait à la bourse, n'a pas eu la hausse prévue, il y a donc eu effet de rattrapage au début des années 2000. 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2018 2 23 /10 /octobre /2018 07:37

Statut et contrat.

 

Résumé :

Nous avons été jusqu’aux années 1980 dans une société de statut, hérité de l’histoire. Nous passons à une société du contrat et de l’instantané. Front national et front de gauche sont dans la nostalgie de l’héritage des racines pour l’un, des droits des salariés pour l’autre.

Le macronisme consacre le rapprochement entre une droite favorisée, dont les intérêts sont défendus par l’équilibre instantané du marché sans entrave étatique, et d’une gauche sociétale qui se retrouve dans l’hédonisme personnel du désir du moment le « jouir sans entrave » de 68 et dans le contrat qui se font et se défont la défense des libertés.

La souplesse d’adaptation à de nouvelles règles y gagne, mais on entre ainsi dans une société où il existe plus de liberté…mais aussi de risque…

Les deux fronts incarnent ceux qui sont nostalgiques des ces statuts hérités, le macronisme dans cet apologie d'une flexibilité fonctionnelle d'adaptation ne méconnaît-il pas cependant que le désordre ne profite que que rarement au plus faible ?

 

 

 

 

A droite, le statut hérité, la lignée, les racines, la transmission du patrimoine. Tout un héritage des générations, matériel mais également immatériel à travers le respect des traditions, de la religion hérité, des valeurs traditionnel.

A gauche, une vision également historique, mais progressiste, le fameux « il existe un sens et une fin de l’histoire », marxiste, mais également plus concrètement la défense de statuts obtenus à travers les luttes sociales. Une société bien ordonnée, non par le respect de la tradition et de la hiérarchie (respect dû aux anciens, au « pater familias », aux patrons, au responsable religieux) mais par la structuration en classes et le conflit entre prolétaire et capitaliste.

C’est peu de dire que cette société du statut et de l’histoire a volé en éclat, sous les coûts de butoirs économiques de la modalisation qui passe à la moulinette la protection sociale héritée par la mise en concurrence des salariés et des fiscalités, mais aussi des évolution technique qui permettent et sont la conséquence de nouvelles aspiration des modes de vies socio-économiques. On observe une individualisation des consommations avec la tablette personnelle plutôt que la télé des soirées familiales, une fragmentation d’un temps devenu chaotique (le micro-onde qui personnalise consommation et horaire en lieu et place du soupée collectif de 18 heures). A ces évolutions économiques, techniques, s’ajoutent les revendications hédonistes et nihilistes de 1968. S’impose ainsi, progrès indiscutable de la liberté personnelle, l’envie du moment, sans contrainte, tout comme le marché recherche l’optimum walrassien débarrassé des pesanteurs des réglementations étatiques. Nihiliste, cet état peut le devenir, car le marché instantané a-t-il un sens autre que lui-même….les projets gaulliens ou de la société sans classe sont bien morts !

Foin des racines et du sens de l’histoire, place à l’équilibre instantané du marché, mouvant et plastique à l’adaptation, flexibilité nécessaire mais transférée de la finance à la sphère réelle. Foin des pesanteurs, des traditions et des intérêts collectifs, fussent de la classe ou de la patrie, place à l’hédonisme, le fameux jouir sans entrave de 1968, place aux aspirations personnel du moment  en lieu et place des mouvements collectifs de l’histoire. Le Vide d’une part des églises et de l’autre des manifs du 1 er Mai en sont la consécration.

Si droite et gauche voient perdues leurs visions traditionnelles, centre droit et centre gauche peuvent se reconvertir, c’est ça le macronisme : synthèse du libéralisme économique de la droite et du libéralisme sociétal de la gauche, l’individu et l’instant l’emporte sur le groupe et l’histoire, la liberté et l’adaptation y gagne, le risque également.

Nous sommes dans une société où nous sommes plus libres choisir, on choisit son métier, qui ‘n’est plus directement hérité des parents, son conjoint dans un cadre autrement plus large que le village, son lieu de vie en cessant de vivre dans les villages de ces ancêtres. Mais fruit de ces adaptations permanentes, métier, mariage et lieu d’habitation en sont plus garante…plus de choix, mais plus de risque, telle est notre société.

Ces société héritées de l’histoire sont justement présentées comme des « carcans » rendant impossible des adaptations…leurs idéologies et règlements ont été  définis par et pour une période.  Le macronisme c’est aussi le chant de la flexibilité économique et sociétale, sans l’aptitude à l’adaptation une société dépérie et meurt. C’est souvent du chaos que naissent de nouvelles régulations, économiques sociales. Ensuite apparaissent des périodes de stabilité.

La société doit s’adapter aux changements dictés par les technologies. Mais de cette plongée dans la dérèglementation pour gagner en souplesse d’adaptation, un marxiste verra la capacité des puissants à dicter les nouvelles règles de leur choix, fût-ce leur absence qui leur profita tant au milieu du 19 éme et aida à la transition économique. Dans la droite traditionnelle, on considéra comme le disait Lacordaire, que « l’ordre protégé les faibles ».

S’il existe donc « une casse sociale » comme le disait le PC, un « Munich social » comme le disait Philippe Seguin, cependant  les droits des minorités progressent, l’intérêt d’ « En Marche » pour la situation des femmes, des réfugiés, n’a d’égal que son ignorance des plus pauvres. Dédain assez général, car c’est  même jusqu’au  terme de  « nouveaux pauvres » qui a fini par disparaitre de notre vocabulaire.

Les tenants de l’intérêt général regrettent cette fragmentation de la société qui risque d’entrainer la prééminence des forces centripètes sur les centrifuges. Mais c’est ainsi que marché et individu sont libres de s’adapter sans forces capables d’imposer un cadre.

 A droite, on ne peut que regretter cette société qui coupe l’homme de ses racines, lui fait perdre sa dimension spirituelle pour le transformer en consommateur et producteur vagabond. Mais son électorat le plus favorisé est heureux de voir consacrées, pour ne pas dire imposées comme horizon indépassable, les politiques libérales.

Ainsi le macronisme consacre ce passage d’une société du statut à celle du contrat, contrat de travail, de pacs…qui se lie et se délie, « la santé est précaire, l’amour est précaire, pourquoi le travail ne le serait-il pas » disait finement Laurence Parisot, responsable alors du MEDEF.

Une Droite libérale et favorisée, une gauche hédoniste défenseuse  des minorités, les bobos comme on les a trop souvent brocardés,  peuvent s’y retrouver. Un mouvement politique pour s’enraciner à besoin de reposer sur un socle sociologique certes  (la France qui gagne contre la France qui perd, des villes métropoles contre la France périphérique),  mais doit aussi reposer sur des valeurs. A cet égard avec sa recherche de l’équilibre instantané du marché et de l’individu, cadre flexible qui rend possible les adaptations, le macronisme peut durer, tant en tous cas que les composantes plus traditionnelles se réfugient dans l’abstention et que le vote protestataire par lesquelles elles peuvent être tentées ne franchisse pas certains seuils…le second tour de la présidentielle à cet égard a trop éclipsé le premier tour chez les éditorialistes... la leçon pourrait revenir en 2022, ou deux trois points de plus pour les uns, de moins pour les autres pourraient changer du tout au tout les résultats des présidentielles…tout mouvement de fond socioéconomique entraine forcément son contre poids…

Le Front national et de Gauche sont les survivances de cette France des statuts, hérités de l’histoire, avec les valeurs traditionnelles et les racines aux FN, les droits des salariés à gauche. Là encore ce passage du statut au contrat, de l’histoire à l’instantané, peuvent fournir des socles durables.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages