Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 06:36

L'un dure 42 mois, le cycle Kitchin, l'autre 48, le cycle électoral, comme le Soleil qui a rendez-vous avec la Lune ses deux là sont forcément fait pour se rencontrer..ou se manquer..

L'ennui est que plus il se manque et plus la prévisions devient difficile, puisqu'il y a dissonance entre ces deux cycles, plus il coïncide, et plus la prévision devient aisée...

Qu'on s'en réjouisse, après 7 dernières années difficiles ( 2009-2016), puis une situation juste correcte (2016-2019) nous allons vers 7 années assez faciles à prévoir ou cycles électoraux et de kitchin seront à peu prés en phase...

Concordance et déphasages des cycles de 42 et 48 mois

Rappelons enfin les formes du cycle électoral ( 48 mois) et du cycle Kitchin ( 42 mois ).

Concordance et déphasages des cycles de 42 et 48 mois
Concordance et déphasages des cycles de 42 et 48 mois
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2019 3 10 /07 /juillet /2019 06:33

Les 24  août et  13 novembre 2018, nous avons souligné l'intérêt d'associer les cycles de kitcin et électoraux.

Chaque fois , nous avions "contextualisé les variables politiques, en régressant le cycle de 42 mois sur les seules 1 ere , ou 2 éme , ou 3 éme, ou 4 éme année.

A présent, nous allons lus simplement faire deux régressions, une du cycle de 42 mois, l'autre du mandat présidentiel neutre, avec seulement la distinctions des 4 années de mandat. 

Un modèle beaucoup plus simple à construire, en déclin de seulement 0.04 dans ses capacités explicatives pour la période 1869/2018, 0.37 au lieu de 0.41...cela alors que nous avons appris à nous méfier des modèles trop précis pour expliquer les évolutions passées..ils ne sont pas toujours les meilleurs pour prévoir le futur....

Additionnons cycles électoraux et cycle de Kitchin !
Additionnons cycles électoraux et cycle de Kitchin !
Additionnons cycles électoraux et cycle de Kitchin !

Pour ceux qui seraient intéressé par les capacités prédictives de ce modèle, nous pouvons faire un petit focus sur les années directement prochaines.

Additionnons cycles électoraux et cycle de Kitchin !
Partager cet article
Repost0
16 juin 2019 7 16 /06 /juin /2019 10:36
De 1848 à 2008..les crises expliquées par les cycles de 28 ans

Nous avons évoquer l'existence de cycle de 42 mois, qui tous les 28 ans reviennent en phase avec un calendrier électorale similaire, ce qui fait que ce cycle débute à nouveau par une seconde année de mandat présidentielle américain par exemple.

Nous avons ici choisi de faire débuter ce cycles en 1876, car alors le découpage nous semble plus pertinent : 1876/1904 avec un point haut en 1890, 1904/1932 avec un point haut en 1918, 1932/1960 avec un point haut en 1946, 1960/88 avec un point haut en 1974, 1988/2016 avec un point haut en 2002. L'intérêt est que les points haut apparaissent alors comme proche de forte crise de réajustement ; 2001, 1974, 1921-22,1907, 1873. De plus si on remonte le temps, on parvient au cycle 1848/1876 avec un point haut en 1860, on identifie alors la crise de 1848, voire aussi 1820-1848, avec un point haut en 1834, soit à 3 ans de la panique de 1837.

Au delà des points hauts, la séparation de ces cycles, coïncide aussi avec des points de retournement comme 1946. Le cycle actuelle serait à son point haut en 2030...une à prévoir donc crise sans doute un peu avant ou après....

De 1848 à 2008..les crises expliquées par les cycles de 28 ans
De 1848 à 2008..les crises expliquées par les cycles de 28 ans
De 1848 à 2008..les crises expliquées par les cycles de 28 ans
De 1848 à 2008..les crises expliquées par les cycles de 28 ans
De 1848 à 2008..les crises expliquées par les cycles de 28 ans
Partager cet article
Repost0
19 mai 2019 7 19 /05 /mai /2019 12:08

Nous avons précédemment posé l'hypothèse de l'existence de cycle de 28 ans, liés à la double chronologie du cycle électoral de 4 années et ces cycles de 42 mois, 28 ans étant le temps nécessaires pour que ces deux cycles reviennent à une phase similaire, par exemple un cycle de 42 mois débutant par une première année d'un mandat électoral.

Ces cycles de 28 ans  présentent l'intérêt de leur régularité, nous sommes actuellement dans la seconde moitié d'un cycle, celui entamé en mars 2002.

Mais comme tout cycle, décomposable en une partie de hausse et une partie de baisse, il peut-être intéressant d'examiner si des logiques différentes ne sont pas à l'oeuvre lors de ces différentes périodes, une économie en situation de "boom" ne présente forcément pas les mêmes dynamiques que celle en phase déclinante.

Le comportement de la bourse en phase  haussière et baissière des cycles de 28 ans

On observe une appréciable différence au niveau du cycle électoral. Celui des périodes baissières,  est  très marqué et présente les formes classiques du cycle, avec son creux de mi mandat. En retournement de cycle, l'économie est gagnée par l'inflation le chômage commence à émerger, il convient successivement de refroidir puis de relancer afin de préparer les élections. Inversement, en période de hausse ( mars 2002-mars 2016 pour la dernière), la croissance file d'elle même, est forte et saine, la manipulation des politique économiques à des fins électorales n'est point nécessaire. L'ajustement se fait souvent en fin de mandat, comme ce fût le cas en 2011 et 2015, avec de mauvaise troisième années de mandature contrairement à la règle.

Le comportement de la bourse en phase  haussière et baissière des cycles de 28 ans

Nous trouvons les mêmes opposition pour le cycle de 42 mois. Des fluctuations fortes  pour les périodes de baisse, des mouvements atténués pour la période de hausse. 

 

Conclusion,

Au total, les constats sont positifs pour la prévisions boursières d'ici 2030, puisque nous sommes entré depuis mars 2016 dans la période baissières du cycle de 28 ans,  le cycle électoral a les formes convenues....voila qui devrait nous changer..des déconvenues des années 2011 ou 2015....et comme un bonheur ne vient jamais seul, le différentiel boursier 76-58 est également plus efficace en ces périodes de baisse.

Sur le plan politique, la distinction phase haussière ou baissière de ces cycles de 28 ans n'est également pas sans intérêt, puisque sur la période 1890-2002, la droite a été au pouvoir 68% du temps durant les périodes haussières, mais seulement 38 % lors des périodes baissières. Voila qui conforte l'image d'une gauche appelée au pouvoir en période de difficulté, même si sur la période entamée en mars 2002 nous sommes peut-être parti pour une exception, les démocrates avec Obama ayant déjà été au pouvoir pendant 58% de la période haussière...mais qui vivra verra...

Partager cet article
Repost0
5 mai 2019 7 05 /05 /mai /2019 07:49

Il n'existe certainement pas un cycle économique, ou ici boursier mais plusieurs en interaction, dont la régularité est perturbée par des accidents conjoncturelles.

Nous avons dernièrement distingué des cycles de 20 à 30 ans, sur des bases technologiques ou macro économique.

A prèsent, nous allons réutiliser la combinaison des cycles de 42 mois et du cycle électoral. La combinaison des deux entraîne l'émergence de cycle de 28 ans, c'est à dire que tous les 28 ans le cycle de 3.5 ans et politique de 4 ans sont à nouveau en phase, ce qui fait par exemple que la seconde année d'un mandat électoral se repositionne exactement au même endroit qu début du cycle de 42 mois.

On peut ainsi depuis mars 1862 distinguer plusieurs cycle de 28 ans, débutant  en mars 1890, mars 1918,mars 1946,mars 1974,enfin mars 2002 pour l'actuelle.

Nous en présentons ici une synthèse , en excluant celui de 1862, très irrégulier dans sa première moitié, et celui entamé en 2002, dont les données jusqu'en mars 2030 sont par nature inconnue. 

Les cycles de 28 ans

Deux choses sont à noter:

On observe une phase ascensionnelle, puis au summum une phase très accidentée, avant d'entamer une phase de descente. Notons que les krash sont ainsi souvent dans cette phase de milieu, ou les boursicoteurs commence à se poser des questions sur la pérénité de ce cycle de croissance de 28 ans. Ainsi la panique de 1907, les krash de 1929, 1927 sont situé ici, mais il existe des exceptions, car celui de 2007-2008 est plutôt en début de cycle, tout comme celui de 1893, ou encore le point bas de 1974. Cependant, on peut bien parler au centre de ce cycle, d'une "zone de fragilité".

Le cycle électoral ne semble pas avoir d'incidence lors de la phase ascensionnelle, puisque la traditionnelle mauvaise seconde année n'empêche pas les débuts haussiers de cycles de 42 mois. Par contre, en fin de cycle de 28 ans, alors que la croissance se fragilise, la moindre chiquenaude semble dévastatrice, ou plus exactement le cycle électoral reprend de sa vigueur.

C'est ce que nous avions suggéré dans une étude précédente montrant que la 3 éme année n'était plus ce qu'elle était depuis 2007, à présent que nous nous inscrivons dans une fin de cycle, on devrait retrouver un cycle électoral plus conforme à la tradition. Ainsi faudrait-il opposé cycle électoral de début de cycle de 28 ans, assez inexistant, et cycle électoral de fin de cycle de 28 ans, beaucoup plus fort et de forme conforme aux attentes.

Les cycles de 28 ans

Nous pouvons ainsi établir des prévisions pour les années à venir en cette seconde  moitié de  cycle de 28 ans, tout en indiquant que nos différents test montre que les prévisions obtenus par la reproduction d'un simple cycle de 3.5 ans sont de bien meilleur qualité que par celle d'un cycle de 28 ans. Cela suggère à quel point le cycle de 3.5 ans est plus fort que le cycle électoral, même combiné au premier, le cycle politique ne parvient pas à constituer un réel apport, il dégrade même les résultats des projections établies à partir du cycle de 3.5 ans.

Nous présentons par la suite les différents cycles de 28 ans à l'oeuvre depuis mars 1862.

Les cycles de 28 ans
Les cycles de 28 ans
Les cycles de 28 ans
Les cycles de 28 ans
Les cycles de 28 ans
Partager cet article
Repost0
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 07:28

Nous avons beaucoup étudiés les cycles de 3.5 ans, proches des cycles kitchin, électoraux de 4 ans, il nous reste à voir les cycles long, kondratev.

Comme toujours lorsqu'il s'agit de cycle de longue période, le problème est le découpage chronologique, qui risque vite d'être arbitraire, pour être pertinent il  doit reposer sur une explication.

Pour notre part , depuis 1863 nous distinguons deux cycles de 20 ans (1893-1914 et 1974-1995) et quatre cycles de 30 ans ( 1863-1893,1914-1946,1946-1974,1995-2023 peut-être). Les découpages précis sont définis en fonction des cycles de 3.5 ans.

Des Cycles boursiers longs de 20 à 30 ans
Des Cycles boursiers longs de 20 à 30 ans

Qu'il s'agisse des cycles de 20 ou 30 ans, chaque fois ils apparaissent au grès d'une impulsion initiale, marquée en orange, qui marque la fin du marasme lié à l'ancien cycle déclinant. Un peu comme shumpeter parlait d'une innovation majeure, nous pouvons évoquer la troisième révolution industrielle et la fin de la guerre de civile en 1863, l'avènement du taylorisme dans les années 1910, la mondialisation et internet en 1995..

La tendance est donc haussière, comme le marque les flèches vertes. En son centre, souvent encadré de mouvements très fort à la baisse, le summum de la hausse, avec les hausses records de 1959, 2009-2010 ou 1933-34. La situation est cependant en train de se retourner, on comprend qu'on est arrivé à un summum..et que l'avenir de ce cycle est...derrière lui, d'ou les valses hésitations.

On entre dans la phase déclinante comme le montre la seconde flèche verte, en général de même durée que la face haussière, les fluctuations deviennent de mois en mois haussières sans être forcément très déclinantes, on 'la vu les fortes fluctuations peuvent être plutôt au milieu du cycles lorsque naissent les hésitations, mais il peut arriver qu'elles fussent à la fin tel en 1974-75 ou en 1893.

On constatera que tous cela dessine une forme de losange car nous avons signalé d'une flèche orange les tendances baissières, dont généralement on constate-donc le caractère prononcé plutôt au centre du cycle.

Des Cycles boursiers longs de 20 à 30 ans

La crise de 2009 avec ces fluctuations violentes à la hausse comme à la baisse ne serait donc que le centre du cycle né au milieu des années 90 avec la mondialisation et internet. Nous serions en train d'en vivre la fin, qu'on peut peut-être fixé à septembre 2013, qui est la date de fin du cycle de 3.5 ans entamé en mars 2016.

 

Présentons également les cycles plus anciens.

Des Cycles boursiers longs de 20 à 30 ans
Des Cycles boursiers longs de 20 à 30 ans
Des Cycles boursiers longs de 20 à 30 ans
Des Cycles boursiers longs de 20 à 30 ans
Des Cycles boursiers longs de 20 à 30 ans

Quels enseignements tirer pour la prévisions économiques et singulièrement boursières ?

 Il est évident que ce ne sont pas avec des cycles pluri décénaux  que l'on va faire des arbitrages quotidien, mais on peut entrevoir un intérêt à savoir que lorsqu'on est en milieu de cycle, et qu'apparaissent les intérogations sur la pérénité de ce cycle, les mouvements violents baissiers seront assez vite compensés par des haussiers, alors qu'n fin de cycle, les évolutions sont moins marquées, mais plus lentes..

Partager cet article
Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 15:37

Nous avons cet automne souligné qu'il existait une tendance du cycle électoral à commencer très rapidement par une hausse, dès la première année, alors que notamment durant les années 70, il fallait attendre le milieu de la seconde année pour qu'elle se profile.

Il en est de même pour le cycle de 3.5 ans.

La comparaison des graphiques est sans appel, et plus encore en progression annuelle, les cycles de la phase 1960 - 1988, débutaient plus lentement que ceux postérieurs...à l'accélération de l'histoire camarade.....

Cycles de 3.5 ans : des débuts plus fracassant..
Partager cet article
Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 07:15
Et le cycle éléctoral se transforma..

Dés 3 éme année décevante (2011, 2015) des 1 ère en fanfare ( 209,2013,2017)...le cycle électoral ressemble de moins en moins a ce qu'il était...il faut donc expliquer ces évolutions...pour mieux prévoir la suite ...

Et le cycle éléctoral se transforma..

Nous observons donc que les deuxièmes années en rouge orangé très négatives dans les années 70 sous l'impulsion de la lutte cotre l'inflation, sont depuis 20 ans plutôt positives.

Inversement en vert, la 3 ème année...apparait de moins en moins dans le vert.

Et le cycle éléctoral se transforma..

C'est traditionnellement la 1 ère année qui supporte le poids des ajustements de début de mandat, sauf lorsque les démocrates sont au pouvoir ( 1961 et 1965), ils préfèrent commencer par une relance comme souvent la gauche. C'est à partir de la fin des années 80, une fois l'inflation disparue que les 1 ère années commencent ) être expansionnistes. Il y aura l'exception de 2001 avec l'explosion de la bulle internet, le 11 septembre....mais ensuite cela repart de plus belle.  Précisons que l'évolution relative consiste à déduire le la performance annuelle boursière de la 1 ère année celle enregistrée durant les 3 autres années du mandat concerné.

Et le cycle éléctoral se transforma..

Epargnée des efforts d'ajustements quand l'inflation était modérée durant les années 50, la seconde année commence à être sollicité dans les années 70 avec la montée de l'inflation et sous les démocrates des années 60 et 90. Les démocrates doivent bien faire une pose après leur relance de  1 ére année ( 1962,1966,1994,1998) et l'inflation des années 70 étant forte, mettre à contribution la seconde année ne suffit plus dans les années 70. Encore de façon relative en 2010 et 2014 elle seront l'occasion d'une pose. La tradition d'une seconde année difficile, surtout en fait en milieu de mandat ainsi que vue dans un article précédent , reste donc respectée.

Et le cycle éléctoral se transforma..

Sans doute le changement le plus important, celui affectant la 3 ème année. Longtemps le chouchou du cycle électoral, surtout lorsque la purge de 1 ère année atteint aussi la deuxième dans les années 70 ou lorsque les démocrates peuvent relancer après leur purge de seconde année, c'est à présent l'année des déceptions. Ce phénomène croissant avait commencé à se faire jour en 2007, au performance en retrait par rapport à 2003, depuis cela ne fait qu'empirer.

Et le cycle éléctoral se transforma..

La quatrième année a toujours été une année difficile, en dent de scie, sujet à surprise, y compris très mauvaise comme 2008. En gros, elle termine le travail qui n'a pas été fait la 3 ème année, d'ou de bonne surprise en 2012 et 2016, cela est souvent le cas lorsque la deuxième année était désastreuse, comme le montre le graphique suivant.

Et le cycle éléctoral se transforma..

De même, comme la 4 ème année est en balancement avec la seconde, la 3 éme l'est avec la 1 ère, et là même de façon absolue. 

Et le cycle éléctoral se transforma..

Une première année de plus en plus bonne à mesure que recule l'inflation, une deuxième qui n'a plus a tre vraiment sollicité pour la même raison, cela donne des redémarrage de 3 éme et 4 eme année de plus en plus poussif, en 2011 et 2015 c'était la 3 ème année qui en avait payé le prix, en 2008 la quatrième.

Ainsi, c'est tout l'équilibre interne du cycle électoral qui a évolué, quand les débuts de mandat était inférieur au fin, à prèsent c'est le contraire. 

Et le cycle éléctoral se transforma..
Partager cet article
Repost0
10 mars 2019 7 10 /03 /mars /2019 07:49
Cycle électoral et cycle Kitchin, le quel est le meilleur pour les prévisions boursières

Nous présentons ici les formes moyennes épousées par le cycle électoral de 1880 à 2018, et de même pour le cycle kitchin. On sait que le premier , ici en bleu,d'une durée de 4 ans se caractérise par un point bas en fin de seconde année, ici fin 2018, et une reprise la 3 éme année en 2019, alors que le cycle Kitchin en rouge ici estun peu plus bref de 6 mois et épouse une forme moins contrasté en cloche.

Le quel a été le plus performant pour expliquer les évolutions de la bourse depuis 1880 ?

Clairement, il s'agit du cycle de 42 mois, mais on verra que cela dépend des périodes.

Cycle électoral et cycle Kitchin, le quel est le meilleur pour les prévisions boursières

La fin du 19 éme et le début du 20 éme, est une période d'or pour l'observation du cycle kitchin, ce n'est pas un hasard si c'est économiste les a théorisé à la fin de ces 30 années au début des années 1920. Des niveaux d'inflation et de chômage faibles, globalement une faible progression boursière, donc sous tous les points un période de stabilité, aides à leur formation régulière. Le cycle électoral avec un coefficient de corrélation trois fois plus faibles, 0.23 au lieu de 0.65 est beaucoup moins probant.

Cycle électoral et cycle Kitchin, le quel est le meilleur pour les prévisions boursières

Vient une période très accidentées pour tous, l'entre deux guerres et la seconde guerre mondiale, période qui voit aussi la crise de 1929, des périodes aussi instables compromettent la pertinence des régularité prévues par ces cycles, dont les performances tombent à des niveaux également piètre de 0.2.

Cycle électoral et cycle Kitchin, le quel est le meilleur pour les prévisions boursières

La périodes des trente glorieuses est plus clémente pour le cycle électoral, car on s'y livre au charme des politiques de "stop and go" dans le cadre de l'arbitrage inflation chômage se qui contrarie fortement les tendances naturelles de la bourse représenté par le cycle kitchin. Le coeffecient de corrélation du cycle électoral ( 0.18) est ainsi meilleur que celui du cycle kitchin (0.11) avec les évolutions réelles. 

Cycle électoral et cycle Kitchin, le quel est le meilleur pour les prévisions boursières

Vient enfin la période d'or des cycles, avec un arbitrage inflation/chômage à son zénith avec les années 70 et une bourse qui commence à se manifester avec toutes son exubérance irrationnelle...les coefficients montent respectivement à 0.41 et 0.28.

Cycle électoral et cycle Kitchin, le quel est le meilleur pour les prévisions boursières

Enfin la période présente, depuis 1995 , est très semblables à la période 1895/1920, il y a donc un sciècle tout juste, avec une forte prééminence du cycle kitchin. Cependant, si selon les périodes un cycle peut avoir une capacité explicative et donc prédictives meilleur, il ne faut pas oublier que lorsqu'il y a dissonance entre les deux, ou au contraire concordance, cela n'est pas sans conséquence, le premier cas provoquant des fluctuations hiératiques, le second renforçant la forte probabilités des l'évolution prévues. De tout cela, nous reparlerons cet automne.

Partager cet article
Repost0
22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 06:45

Individualisme, politique et religion

 

Les champs du politique et du religieux vivent les mêmes transformations liées à l’individualisation des sociétés.

On avait une relation à la fois assez constante tout au long de sa vie, allant régulièrement aux offices, tout comme on se rendait avec une régularité de métronome à la réunion de la cellule du PC ou de la section d’une autre formation. A présent, on y va au coup par coup, de façon plus intense, et plus fragmenté à l’image de notre société. On fera une retraite dans une communauté, mais dès le dimanche suivant on ne se rendra pas à l’office, tout comme on ira à la fête de l’huma. ou à un meeting crier des slogans et faire corps avec le reste du publique…sans lendemain.

Au-delà de la pratique, aspect quantitatif, c’est également notre proximité à la chose, aspect qualitatif, qui peut se montrer beaucoup plus sinueux qu’avant durant nos vies. A l’occasion d’un accident de la vie, perte de la santé, de l’emploi, du conjoint, ou d’une étape importante comme la retraite, on va ressentir le besoin de se rapprocher de la religion, de remettre sa vie en perspective, de trouver une transcendance. De même, ceux-la même qui se sont beaucoup investis durant une campagne électorale, telle celle de 2017, prenant fait et cause pour leurs poulains, vont ensuite adopter quelques distances…on est loin de la linéarité des vies d’avant, de ceux qui recevaient la médaille d’or de la CGT après 50 ans de militantisme, qui était gaulliste durant toute leur vie…ou socialiste comme leur père.

Enfin et surtout, on assiste à une recomposition personnelle des croyances religieuses comme des opinions politiques. C’est de moins en moins « au menu », de plus en plus  « à la carte ». On fait son supermarché religieux, prenant ici, rejetant là. Ainsi près de 20% des catholiques disent croire à la réincarnation. De même en politique, il est de plus en plus difficile à nos concitoyens de se placer de façon univoque sur l’échiquier politique, on sera de droite sur tel aspect de gauche sur tel autre…ce qui a bien aidé Macron, à droite sur les aspects économiques et à gauche sur les problèmes sociétaux.

Religion et politique étaient au centre de cette société ou dominait le collectif, que Durkheim aurait appelé « la conscience collective ». Des dogmes définis pour tous et à prendre d‘un seul bloc et sans réserves, qu’ils soient définis par le pape et les conciles pour les uns, par le centralisme démocratique ou un sauveur bien terrestre comme De gaulle pour les autres. Des pratiques collectives de la grand-messe  à la réunion locale ou aux meetings, une foi et un dévouement attendus comme indéfectibles quand nos identités multiples ou successives rendent cela compliqués. Surtout, une vérité seule et unique pour tous, universelle, qu’elle soit révélée par un messie ; ou fruit des mécanismes du marché ou du plan… à présent on est plutôt développement personnel que projet universel…plutôt que l’avenir radieux terrestre des uns et le bonheur pour l’au-delà des autres, on préfère la recherche de l’équilibre quotidien…

De la politique ou de la religion on aurait pensé il y a trente ans que c’était la première qui était dans la situation la plus compromise face au choc de l’individualisation des sociétés. Gagnée par la fragmentation de la société, elle profite d’un besoin identitaire et en devient le véhicule. La politique à l’heure de la mondialisation et des transferts de souveraineté, sans parler des échecs successifs de tous la discréditant, est, elle en bien piteuse situation.

 La relative renaissance de la religion, avec ses dérives et ses limites, et forcement avec des contours nouveaux montre que rien n’est jamais perdu et peut-être que confronté à des défis majeurs et mobilisateurs, on ne le souhaite presque pas pour notre pays, la politique se réveillera à nouveau…en espérant éviter les excès ou une foi extrême en elle a pu conduire aux deux bords de l’échiquier politique dans la première moitié du XX émet siècle….

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages