Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2019 3 25 /12 /décembre /2019 14:55

 

Les économistes ont étudié le cycle électoral, de quarante huit mois pour le cycle présidentiel des Etats-Unis ; ainsi que le cycle Kitchin, évalué par son auteur à une périodicité de 3 à 4 ans, que nous fixerons ici à quarante deux mois.

Ces deux cycles, surtout le second, peuvent être assez efficaces pour expliquer et prévoir les cours boursiers. Notre objectif ici est de souligner que la prise en compte de l’interaction de ces deux types de cycles  peut être féconde pour la prévision boursière.

Un cycle de quarante mois d'une part et un autre de quarante deux mois d'autre part, nécessitent vingt huit années pour revenir à la concomitance des même phases. Mais si on considère que le cycle électoral possède deux points de haute conjoncture, le milieu de la première année et celui de la troisième année, alors que le cycle Kitchin n'en possède qu'un seul, alors il ne faut plus que quatorze années pour que le summum d'un cycle Kitchin coïncide à nouveau avec un des deux pics du cycle électoral.

Donnons à présent une représentation respectives de chacun de ces deux cycles, basées sur les moyennes observées la bourse de New-York en progression annuelle de mars 1876 à février 2016 pour le Kitchin, de janvier 1873 à décembre 2016 pour l'électoral.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.
Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

Nous définissons donc des cycles de 14 ans constitués chacun de 4 cycles Kitchin de 42 mois, dont la forme va varier, selon qu'il coïncide avec un creux, une pente haussière, un pic ou encore  une pente baissière  du cycle électoral.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

 

De mars 1876 à février 2016, on a observé 10 cycles de 14 ans, nous en avons donc établi la moyenne pour la progression annuelle de la bourse de New-York.

On observe 4 phases successives, que nous avons projetées pour prévoir  la période 2016/2030.

Le cycle A représente un cône parfait, car il y a synchronisation entre le pic du cycle Kitchin, et un des deux du cycle électoral. Le cycle B, voit le cycle Kitchin renforcé en sa fin du fait de la concomitance entre sa phase baissière et un des deux points bas du cycle électoral (en deuxième ou quatrième année). Le cycle C, appelé en opposition voit au contraire le pic du cycle kitchin, coïncider avec un point bas du cycle électoral. Enfin le cycle D connait des débuts très haussiers  car il y a concomitance des phases haussières des deux cycles....mais cela se termine souvent mal...toutes les potentialités de hausse ont été  réalisées en début de cycle.

Au-delà des formes différentes de ces quatre cycles kitchin, on peut observer des résultats moyens différents entre les cycles A, B, C et D.

 

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

Le cycle A est le plus régulier, puisque le coefficient de corrélation entre sa moyenne observée depuis 1876 et ses 10 cycles observés est de 0.45.  Par contre sa performance moyenne est assez médiocre, 15.06% de hausse boursière au total entre le premier mois du cycle et la situation 42 mois plus tard. Cette performance s'explique par le fait qu'il est souvent contemporain d'une crise (1890/93,1904/1907, 1974/77, 2002/2005),  ou y fait suite (1876/79,1932/351988/91),

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

Le cycle B signale souvent le retour d'une certaine prospérité, après la reprise hésitante de la phase A, on entre dans une période de consolidation. Sa performance moyenne est ainsi meilleure que celle du A, avec une progression de 23.09 % entre le mois débutant et celui terminant le cycle. Sa forme est également assez régulière, même s'il se caractérise par la pente asse forte de sa fin, lié une fois encore à la concomitance entre un point bas du cycle électoral et la phase baissière du cycle Kitchin.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

Le cycle C est le plus intéressant à observer, car le pic du cycle kitchin est fortement contraint par un creux du cycle électoral....et pourtant cela ne l'empêche pas de connaitre la meilleure performance qui soit, avec une hausse de 36.72 de la bourse américaine entre le premier et de dernier mois. Le fait que les baisses de chacun des cycles soient contraintes par la hausse de l'autre explique peut-être ce bon résultat. Ainsi est-il souvent contemporain des meilleurs périodes boursières telles les années 1953/55, le boom internet de 1995/98, la disparition de la crise 'fin de siècle en 1897/1900..mais l'optimisme qu'il porte peut être l'occasion de la naissance d'une phase spéculative riche en lendemain qui déchante comme  en 1925/28.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

Le cycle D est justement l'occasion de retournements, d'ou la performance moyenne la plus faible avec 17.13 % de hausse de la bourse sur l'ensemble du cycle, soit une performance très proche de celle du cycle A. Sa forme est un peu moins régulière que celle des autres cycles, du fait des accidents auquel il peut être sujet. Ainsi est-il  le cycle de deux crises boursières célèbres de l'histoire en octobre 1929 et en octobre 1987, ou d'inversion de tendance telle celle née à l'été 2000.

 IV) Projections.

A présent que nous avons caractérisé ces cycles de quatorze ans, nous pouvons tenter d'établir des projections de la bourse pour une période de quatorze années à partir des performances moyennes constatées lors d'autres cycles e quatorze ans.

Ainsi mettons-nous à la place d'une personne qui au début de 1988, aurait voulu établir des prévisions boursières pour les trente années suivantes, en utilisant huit cycles de quatorze ans observés depuis mars 1876, débutant respectivement ensuite en mars 1890,mars 1904,mars 1918,mars 1932,mars 1946,mars 1960,et mars 1974.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

On constate qu'avec un coefficient de corrélation de 0.41 elle aurait été assez heureuse dans ses prévisions, même les mauvaises performances des années 2001-2003, voire de façon atténuée la crise de 2008-2009 aurait été signalé à sa vigilance.

 

De façons plus systématique, nous avons voulus expliquer  chacune des périodes de quatorze ans par les neuf autres, afin de testé si ses performances positives depuis 30 ans s'observent par ailleurs.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

Les premières périodes sont plutôt l'occasion de déceptions. Il est vrai que de graves crises, des guerres mondiales, sont venus impacter la régularité de ces cycles. Cependant, il peut être intéressant d'observer comment les "rattrapages" s'effectuent en moyenne sur un voir deux cycles suivants.

La période 1876/1904 connait ainsi de forte perturbation avec la crise de 1883.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

La période de 1904/1932 est perturbée par la guerre de 14/18. Par contre il est intéressant d'observer si que la phase spéculative qui précède la crise de 1929 se traduit à partir de 1924 par un phénomène d'accélération des cycles kitchin : les phases baissières sont quasi inexistantes, une nouvelle phase haussière succède à la précédente de façon anticipée. Ainsi l'étude de ces cycles, au-delà des prévisions, peut également consister un témoin d'alerte.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

Une autre performance prédictive décevante, avec un taux de corrélation entre prévisions et résultats effectif à peine supérieur à 0.10, est à enregistrer pour la période 1932/60. Cela s'explique par la seconde guerre mondiale, mais aussi après par le boom coréen et les politique de "stop and go" qui l'ont suivi, provoquant un retard dans l'avènement des cycles.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

Nous entrons enfin dans des périodes beaucoup plus heureuses, pour les populations, ce qui est le plus important, mais également pour les capacités prédictives de nos cycles de quatorze ans. On parvient à des résultats plus satisfaisants. Pour la période 1960/1988, il n'y aura que le premier choc pétrolier pour venir perturber nos prévisions, ainsi qu’à l'extrême fin la période spéculative qui déboucha sur la crise de 1987....en un cycle D....comme souvent.

Prévoir la bourse à l'aide de cycle de 14 ans.

La dernière période  permet d’obtenir un coefficient de corrélation de 0.42 entre prévisions, et résultats. Comme dans la période précédente  une période spéculative à l'occasion du boom internet, et une crise, celle de 2008/2009, n'entame qu'à peine la qualité des prévisions.

 

Conclusion.

L'intérêt de notre méthode basée sur des cycles de quatorze ans est qu'elle permet d'établir des prévisions avec plusieurs années d'avance. Nous avons observé qu'elle est bien sûr bien incapable, de prévoir les évènements dramatiques de l’histoire, d’où de moins bons résultats pour la période 1876/1960, mais elle peut prévoir par contre des zones de fragilité, propre à donner un profond retentissement à des difficultés. Une crise des "subprimes" dans une phase haussière et non baissière  aurait-elle eu le même retentissement?

Pour des travaux futurs, il serait intéressant d'approfondir comment les rattrapages s’effectuent lorsque les évolutions boursières ont temporairement divergées par rapport aux prévisions établies.

Sur le plan théorique, ce constat des bonnes capacités prédictives de cycles de quatorze ans combinant cycles électoraux et cycles Kitchin, permet d'attirer l'attention sur la pertinence de ces cycles soit tombés un peu dans l'oubli pour le kitchin, soit n'ayant jamais beaucoup intéressé les économistes pour les électoraux. 

 

Annexe : la constitution des cycles A, B, C, D

les 4 cycles possibles

les 4 cycles possibles

le cycle A née de la concomitence entre un pic de cycle kitchin et un des deux pics de cycle électoral

le cycle A née de la concomitence entre un pic de cycle kitchin et un des deux pics de cycle électoral

les deux concomitances générant des cycles A

les deux concomitances générant des cycles A

Le cycle B née de la coïncidence entre la baisse d'un cycle Kitchin et une baisse de 2 éme ou 4 éme année de cycle électoral

Le cycle B née de la coïncidence entre la baisse d'un cycle Kitchin et une baisse de 2 éme ou 4 éme année de cycle électoral

Les deux concomitences générant des cycles B

Les deux concomitences générant des cycles B

Les cycles C nées de l'opposition entre le pic du cycle kitchin et un des deux creux du cycle électoral

Les cycles C nées de l'opposition entre le pic du cycle kitchin et un des deux creux du cycle électoral

Les deux creux possibles de quatrième ou deuxième année du cycle électoral s'opposant au pic du cycle kitchin

Les deux creux possibles de quatrième ou deuxième année du cycle électoral s'opposant au pic du cycle kitchin

Le cycle D née de la coïncidence entre la hausse du cycle kitchin et une des deux hausses du cycle électoral

Le cycle D née de la coïncidence entre la hausse du cycle kitchin et une des deux hausses du cycle électoral

Les deux coïncidences possibles

Les deux coïncidences possibles

Bibliographie.

 

Kitchin joseph "Cycles and trend in economic factor " The review of economic statistics 1923.

Nordhauss William " the political business cycle" Review of economic studies 1975.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2019 7 08 /12 /décembre /2019 11:29

Nous avons soulignés que le cycle de 14 ans , qui revient  lorsque l'un des deux pics du cycle électoral ( juin 1 ére année ou octobre 3 éme année est en phase avec l'unique pic du cycle kitchin, avait une forte portée heuristique.

Ainsi les cycles C opposition entre ces deux cycles )sont en général assez prospère au niveau de la bourse, les phases négatives de chacun de ces deux cycles se neutralisant, alors que les cycles D ont souvent donné à leur fin ou dans leur sillage de forte crise ( 1907,1929,1987, 2001-02) un démarrage en trombe par la concomitance des deux cycles au début provoquant un épuisement en cours et une fin désastreuse.

Mais la portée heuristique coïncide-t-elle avec la portée prédictive ?

C'est ce que nous allons vérifier ici.

Cycle de 14 ans ou cycle universel ?
Cycle de 14 ans ou cycle universel ?

Nous avons cherché à expliquer les mouvements boursiers en croissance annuelle soit par le cycle kitchin, appelé ici cycle universel, soit par le cycle de 14 ans défini dans deux articles de mois précédents. Comme souvent, les performances prédictives sont différentes selon les périodes, même s'il existe globalement un avantage au cycle universel, c'est à dire à l'accomplissement du cycle kitchin, sans distinction de 4 sous type successif en fonction des intercations avec le cycle électoral....comme souvent la complexification n'est pas payante, l'art pour l'art pas toujours récompensé.

 Ce sont dans les périodes ou le cycle électoral a été assez probant, d'arbitrage inflation chômage ( année 60 à 80) que le cycle de 14 ans qui  le combine avec le cycle kitchin est le plus probant. Inversement dans les périodes de relative stabilité boursière, de faible inflation ( 1890-1925, ou depuis 1990) le cycle kitchin permet seule d'obtenir de très bonnes prévisions boursières.

Remarquons, ce qui est rassurant, que les prévisions qu'ils font ne sont de toutes façons pas très divergeantes, et que pour nous le cycle de 14 ans garde sont intérêt d'expliquer et prévoir des périodes de danger (cycle D) ou de prospérité (cycle C) accrues, même s'il n'est pas très précis dans ses prévisions...espérons qu'il ne termine pas comme celui qui appelait sans cesse au loup....

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2019 7 08 /12 /décembre /2019 07:31
Les cycles de 14 mois

Nous avons ici beaucoup évoqué les cycles de 42 mois, mis en relief dans les années par Kitchin.

Ceux-ci peuvent être divisés en 3 périodes de 14 mois. C'est ce que représente le graphique précédent pour la période 2016/2023, où les différents repères chronologiques ont été positionnés tous les 14 mois.

On observe au milieu de chacune des ces périodes des pics, alors que les extrémités voient plutôt l'évolutions de la bourse en glissement sur 7 mois au plus bas.  C'est ce que représentait le graphique précédent.

Un cycle Kitchin durant 3.5 ans, il comprend 3 cycles de 14 mois.

Nous avions évoqué le fait que les cycles Kitchin peuvent être assemblés par deux, tous les 7 ans, le premier appelé cycle A correspondant à une période de vive reprise après des difficultés, alors que le cycle B connait des débuts plus prospère avant que des difficultés parviennent en sont terme ,.

Ces séquence qui s'enchainent tous les 7 ans : mars  1988, mars 1995, mars 2002, mars 2009,mars 2016 en sont les derniers débuts.

Observons cela à l'aide du graphique suivant.

Les cycles de 14 mois

La courbe bleue permet de visualiser les évolutions lors des cycles A et B.  On donne chauqe fois les dates de début des cycles de 14 mois, mars 2016, mai 2017.....

Nous avons projetés les évolutions moyennes observées de 1876 à 2016 pour la période 22016/2019, on observe  que nous obtenons d'assez bonnes prévisions.....

En septembre 2019 nous avons terminés un cycle A, et avons entamé un cycle B...normalement son premier cycle appelé Q1B est assez prospère.

 

On peut également établir des distinctions selon que l'on soit dans un mandat d'alternance ou de reconduction  de droite ou de gauche, croisant ainsi des variables économiques et politiques.

Si les enseignements à en tirer sont intéressants, par contre , il existe une certaine instabilité, limitant à ces distinctions un caractère intéressant pour prévision. Seule une fois encore la distinction en terme de numéro d'ordre allant de Q1 A à Q3 B s'avère vraiment performante pour les prévisions.

Les cycles de 14 mois
Les cycles de 14 mois

On observe que ce sont surtout lors des cycles A que les distinctions sont importantes, les cycles B sont assez proches. Les cycles A faisant suite en général à des difficultés, la gauche relance plus vite que la droite, son Q1 A est assez prospère au contrarie de celui de la droite. Lors des alternances le cycle A est plus contrasté que lors des reconduction, période traditionnellement plus étale.

Les cycles de 14 mois

On peut biensûr prévoir les cours du SP 500 en glissement sur 7 mois plus traditionnellement à l'aide de variable retardées. 

Nous avons testé des variables traditionnellement utilisées pour les évolutions en glissement sur un an, et avons obtenu d'assez bons résultats.

 Ces variables sont les évolutions du sp 500 retardées de 96, 63 et 21 mois, rendant compte de cycles électoraux et kitchin en des dates clés, la rentabilité boursière retardée de 38 et 12 mois, les différentiel d'intérêt et chômage et inflation retardés respectivement de 30 et 32 mois, et enfin la traditionnelle variable de court terme que sont les taux de chômage, d'inflation et d'indice de la production industrielle retardés de 12 mois.

Au total nous obtenons un assez bon coefficient de corrélation de 0.48....mais il s'agit d'une simulation historique....et on sait qu'il est toujours plus facile d'expliquer le passé que de prévoir l'avenir....qui serait selon ces prévisions assez positif jusqu'à l'été 2020 sauf à prévoir une pose au printemps....

Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
10 novembre 2019 7 10 /11 /novembre /2019 11:17

Nous avons évoqué le fait que tous les 28 ans les cycles électoraux de 4 ans et les cycles Kitchin de 3.5 ans, reviennent à la même phase.

Or si on examine un cycle électoral on observe qu’il n’existe pas un sommet mais deux, il est vrai de forme et d’importance inégal : le premier en juin de la première année, avant qu’intervient ensuite une baisse jusqu’en septembre de la seconde année, et le second en octobre de la 3 éme année avant que débute une baisse jusqu’en juin de la quatrième.

pic des cycles électoraux et kitchin en phase tous les 14 ans

Si donc on n’exige que la réapparition tous les deux ans d’un pic, et non pas l’accomplissement d’un cycle entier, cela multiplie par deux les chances d’avoir un retour à une phase semblable entre pic du cycle électoral et pic du cycle de kitchin divisant par deux du même coup la durée nécessaire pour revenir à des cycles électoraux et kitchin en phase.

 

Cela aide à la prévision économique qui doit arbitrer entre la nécessité de disposer de cas différents mais prévisibles, mais gagne en  fidélité en généralisant au maximum.

pic des cycles électoraux et kitchin en phase tous les 14 ans
pic des cycles électoraux et kitchin en phase tous les 14 ans

On peut donc distinguer 4 cas types

  • Le Cycle A où cycle électoraux et kitchin sont en phase, dresse un cône parfait car un des deux pics du cycle électoral coïncide avec celui du cycle kitchin, c’était le cas du cycle 20163/2019-9, on observe alors une forme conique parfaite. Signalés dans les graphiques suivants, par une flèche noire haussière ce cycle connait des cas types (1974-3,2009-3,2016-3) pour les plus récent, et sont donc souvent l’occasion de fortes hausses bien centrées au milieu du cycle kitchin. Historiquement, on pourra aussi évoquer la forte reprise lors du cycle née en 1932-3, mais il existe également des échecs, relatifs  telle la très légère reprise lors du cycle de 19603, ou totaux telle la quasi-stagnation du cycle de 1646-3 impacté par la crise de reconversion d’immédiat après-guerre.
  • Le Cycle B dont le début est en septembre 2019 connait une baisse concomitante en sa fin des deux cycles puisque la fin du cycle kitchin coïncide avec une baisse de 2 éme ou 4 éme année selon les cas du cycle électoral. Matérialisé par des flèches rouges baissières, il a été dernièrement à l’œuvre lors de la crise de 2008, la baisse forte de 1966 ou historiquement lors de la rechute de 193738 ou de la crise de 1921-22. deux d’exceptions relatives existent avec de simple période de stagnation plutôt qu’une franche récession comme en 1991-92 ou 1948-49.
  • Le cycle C  est celui dont la forme est la plus remarquable et disons que pour nous il constitue la « pépite » » des résultats de cette recherche, car il explique la forme curieuse que prends souvent tous les 14 ans le cycle kitchin.  Il adopte une forme étalé, car son sommet est éclaté en deux parties ou viennent de part et d’autres prendre place les deux pics du cycle électoral. Ainsi parlet-on de cycle en opposition car le haut du cycle kitchin est contraint par le bas de cycle électoral. Cycle. On sait qu’historiquement c’est le cycle kitchin qui l’emporte à part les années 70/80 (période inflationniste d’arbitrage politique inflation/chômage), parfois très fortement comme dans la période 18971925 ou depuis 15 ans, périodes de faible croissance boursière. Ce cycle curieux explique la forme duale de la reprise de 2009-2011, on l’a également vu à l’œuvre en 1980-82, et historiquement en 1925-26. Il connait là encore des échecs explicatifs, tel en 1953, même là cependant il conserve la forme d’un cycle très étalé, bénéficiant des reprises électorales positionne aux deux extrémités. C’est avec le cycle A, conne parfait et ici en C au contraire totalement contrarié, le cycle qui possède globalement les meilleures performances boursières, 9.82 de hausse annuelle moyenne depuis 1890, contre 5.8 pour le D , 4.54 pour le a, et 6.68 pour le C.

                        . Le cycle D matérialisé par des flèche haussières vertes est peut –être le plus célèbre                              dans l’histoire, car malgré sa présentation haussière, ce démarrage en trombe du                                  cycle kitchin, entraine rapidement son épuisement et une crise redoutable : c’est le                              cycle qui conduisit à la crise de 1929, au krach de 1987 ou de façon plus éloignée                                   encore à la crise de 1907.Souvent le contrecoup se manifeste au cycle suivant tel en                                1973-74 ou 2000-2001.

pic des cycles électoraux et kitchin en phase tous les 14 ans
pic des cycles électoraux et kitchin en phase tous les 14 ans
pic des cycles électoraux et kitchin en phase tous les 14 ans

Conclusion

Notre division en 4 cas type permet une relecture intéressante de l’histoire, mais aussi de prévoir pour la 2022-23 des puissants facteurs baissiers puisqu’on sera à la fois en fin de cycle kitchin et en creux de deuxième année du cycle électoral.

Cependant, si comme souvent on peut prévoir des zones des forces ou au contraire de faiblesses, il ne faut donner aucun caractère exagérément explicatif, même si on peut observer que les cycles D au démarrage en trombe ont généré les krach de 1929,1987,  de 1973/74 ou de  2001-02, alors que le cycle C , ou les faiblesses des cycle kitchin sont compensé aux extrémités par les forces des cycles électoraux n’ont pas connus de crises marqués, et ont souvent de bons résultats globaux…  « ceteris paribus »….détail qui relativise tout !

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 05:34
les 3 éme années

Les 3 éme années de mandatures présidentielles américaines sont régulièrement marquée par un début assez positif, suite à la récession de seconde année qui en 2018 fût assez tardive.

Un pic est généralement atteint au début de l'été, puis le second semestre est assez incertains. C'est donc cette seconde phase de l'année dans laquelle nous sommes actuellement qui est plus incertaines à prévoir. 

Pour cela il faut utliser, les taux d'intérêt de long et court terme retardés de 16 mois, le différentiel chômage - inflation retardé de 36 mois ainsi que la variable traditionnelle de court terme consistant à retardé de 8 mois les évolutions de l'inflation du chômage et de l'indice de la production industrielle.

Une telle sensibilité aux taux d'intérêt s'explique que souvent la récession de seconde année est liée aux resserrement de la politique du crédit. plus la FED sera accommodante en 3 éme année et plus la reprise sera vive...qui sait comme l'année 2019 s'est tout à fait inscrite dans cette perspective, jusqu'à l'outrance avec un regain pour certains exagéré des indices boursiers.

Cependant notre indicateur, pourtant testé depuis 1887, montre que la fin d'année connaîtrait peut être un tassement , mais rien de sérieux....

Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 09:49

Nous avons il y a un mois suivis l'évolution de 4 variables économiques ( bourse, industrie, inflation et chômage) au cours du cycle Kitchin, cycle d'une durée de 3.5 ans ou 42 mois.

Mais nous avons également indiqué en son temps que tous les 28 ans le cycle électorale présidentiel américain de 4 ans revenait à la phase initiale avec ce cycle de 3.5 ans, de sorte que l'on peut observer quelques régularités tous les 28 ans.

Ainis peut-on distinguer le cycle 1890/1918, 1918/1946,1946/1974,1974/2002,l'actuelle entamé en 2002 prenant fin en mars 2030.

Cycles de 28 ans et 4 variables économiques.

Le cycle boursier ai tout d'abord orienté à la hausse, mais au pris d'oscillation de plus en plus forte, puis les tensions entre cycle électorale et cycle de 28 ans s'apaisent, car ces cycles reviennent plus en phase, notamment au redémarrage d'un cycle de 28 ans les deux creux coïncide, ainsi le nouveau cycle de 28 ans entamé en mars 2002 correspondait au traditionnel creux de milieu de seconde année, par contre 2019 avec une troisième année, période traditionnelle de reprise positionnée en fin de cycle, est l'occasion de tension entre ces deux cycles...dont celui de 42 mois est toujours le gagnant, à l'exception très relative des années 50-60, période d'intense arbitrage politico-économique inflation/chômage.

Cycles de 28 ans et 4 variables économiques.

Très intéressant de constater que le cycle de 28 ans de l'industrie épouse une forme presque inverse, les tensions les plus vives semble aux ectrémitées.

Cycles de 28 ans et 4 variables économiques.

C'est sans doute en matière d'inflation que l'évolution est la plus lisible. La concomitance des cycles électoraux et kitchin aux extrémités provoque des poussés inflationnistes venant de mouvement pro-cycliques, alors que la neutralisation de ces cycles l'un par l'autre, est l'occasion d'une meilleur maîtrise de l'inflation.

Cycles de 28 ans et 4 variables économiques.

Le chômage est la meilleur façon de voir si ces synchronisation revenant dans le même alignement tous les 28 ans, vont ou nom de pair avec des cycles économiques de longues périodes, un peu comme ils existe des cycles Kondratief de 50 ans. 

Globalement le chômage est au plus bas aux extrémités, au plus haut au milieu, il existe surtout une poussé lié à des crises qui boursières qui surviennent souvent dans la première moitié de ces cycles de 28 ans, tel 1929. Mais déduire des régularité à partir de 4 cycles entier ( 1890/1918, 1918/1946, 1946/1974, 1974/2002)  est un peu rapide, même s'il a été en général plus faible lors des premières moitié, que nous avions dans une étude précédante analysé comme la période plutôt prospére, de redémarage d'un cycle, mais aussi assez heurté alors que la seconde phase est plus régulière, mais le cycle finit progressivement.

A l'aide des cycles de l'inflation et de la bourse, les plus caractéristiques, ont peut se hasarder à une explication: aux extrémités cycles électoraux et kitchin sont en phase, ces mouvements pro-cycliques donnent de fortes tension inflationnistes, d'ou des politiques de stabilisation préjudiciable à la croissance te donc à la bourse. Inversement au milieu de ces 28 années, les deux cycles en opposition se neutralisent, d'ou une fiable inflation rendant possible des politiques expansives..favorable à la bourse...un peu trop d'où des à coups et des crises, sans parler du fait que le redémarrage de l'activité rendu possible par la baisse de l'inflation les 14 premières années commence à arriver à une certaine saturation...

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 07:43
L'influence électorale du cycle de 42 mois

Fort logiquement, le cycle Kitchin influence le résultats aux élections pour la majorité sortante.

Dans la première moitié du cycle, les élections se tenant lors des 3 éme, 9 éme 15 éme ou 21 éme mois, après le début du cycle, la phase de prospérité favorise un score élevé. Inversement, une élection qui se tient en seconde moitié de cycle, ce qui fût le cas en novembre 2008 en 39 éme mois du cycle entamé en septembre 2005, a des chances de conduire à l'échec. On remarque en terme de sciences politiques que cela montre que les perspectives à venir sont presque plus importantes que les réalités ressenties, car bien des situations économiques de la phase déclinante sont plus enviables que celle du nouveau début de cycle.

Tout cela n'a pas un caractère systématique, ainsi les élections de 2004 furent un succès pour le président sortant, il est vrai que le retard dans le cycle entamé en mars 2002 du fait de la seconde guerre du golfe permettait de profiter d'une conjoncture économique encore favorable. On sait de plus qu'autant que de cycles de 3.5 ans on pourrait parler de cycle de 7 ans, et que c'est surtout tous les 7 ans que la conjoncture et donc les élections sont difficiles . Les républicains ont la chance en 2020 d'être en situation de cycle ascensionnelle, les élections de novembre 2020 se tenant 15 mois après le début du cycle en septembre 2019. 

Notre étude porte sur 28 élections présidentielles américaines, entre 1900 et 2016, les élections pouvant se positionner en des endroits différents, multiples de 6 , du cycle kitchin présenté sur l'axe horizontal. Inversement l'axe vertical nous donne le niveau atteint par la majorité présidentiel sortante. On sait que de 1924 à 1946, un décalage est apparu dans les cycles de 42 mois, la courbe rouge prends en compte ce décalage alors que la bleue applique la même périodicité depuis le cycle entamé en mars 1897.

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2019 7 22 /09 /septembre /2019 09:23

Nous avons souvent souligné l'intérêt du cycle Kitchin, du non de l'économiste qui les mis en lumière au début des années 1920, pour l'étude de la bourse. Evoquons ici la forme que trois autres variables épouse alors.

Le cycle Kitchin des 4 principales variables économiques.

Soulignons tout d'abord à quel point la bourse n''est que l'anticipation de fluctuations économiques plus générales, bien synthètisées finalement dans l'évolution de la production industrielle en glissement annuelle.

Le cycle Kitchin des 4 principales variables économiques.

Mais chômage et inflation peuvent également bien en rendre compte.L'inflation suit avec un léger retard la conjoncture économique, d'ou le fait que le sommet de celle-ci soit décalé de quelques mois de l'évolution générale, quand à celle du chômage le décalage est encore plus fort , d'ou le fait que le sommet aprarait au début du cycle suivant, donc au début de notre graphique, la période de prospérité le faisant progressivement baisser.

Partager cet article
Repost0
18 août 2019 7 18 /08 /août /2019 09:13

Nous utilisons fréquemment notre cycle de 42 mois, le faisant démarrer à la crise de 1848, en mars de cette année. On observe son exactitude pour la période 1893/1924 et depuis 1946.

Par contre, il est vrai que pour la période antérieure à la crise de 1893, et celle comprise entre les deux crises de reconversion faisant suite aux guerre mondiales, en 1921-22 et 1946, il faudrait dans l'idéal introduire des décalages...c'est ce que nous faisons ici.

Cycle universel et Cycle adapté

Le premier décalage consiste à faire commencer les cycle en mars 1849, introduisant une avance d'un an à l'occasion de la crise de 1983, en septembre exactement. La profondeur de la crise de 1893, assez soudaine , provoque une vive reprise, et enclenche donc un nouveau cycle, interrompant et emportant le précédent.

Cycle universel et Cycle adapté

Un second décalage se fait jour, à l'occasion de la crise de 1921-22, introduisant une avance d'un an et demi, et à nouveau en 1946, même cause, même conséquence, cette fois le  cycle n'en était presque qu'à ses débuts, l'avance atteindra deux ans .

Ainsi avec une avance d'1.5 an en 1923, de 2 ans en 1946, on totalise 3.5 ans, ...donc la longueur de nos cylces de 3.5 ans, on revient par magie au cycles de la période 1893-1923. 

C'est pourquoi nous étudions généralement nos cycles Kitchin, sans introduire ces ruptures puisque la majeure partie de la période étudiée généralement, 1890-2019, est dominée à 85% par le même cycle, à l'exception de la parenthèse de 1923-1946. 

Au demeurant, si l'introduction d'un cycle adapté est assez intéressante pour la période antérieure à 1893, doublant le coefficient de corrélation, son utilisation pour la période 1923/1946 est d'un gain assez piètre, améliorant le coefficient de corrélation de 0.02 point seulement en le faisant passer en cette période perturbée par la crise de 1929 et la seconde guerre mondiale de 0.17 à 0.19.

Surtout sur le fond, l'introduction de décalage nous gêne pour nos prévisions, puisque si ces ruptures sont imprévisibles dans leur avènement, elles rendent caduque l'intérêt de nos anticipations.

Nous sommes certes aidés par leur caractère rare, 3 en 125 ans, par la hasard qui fait qu'après les deux décalages de 1923 d'1 an et 1946 de 2.5 ans ..on est "retombé sur nos pattes", revenant au timing de nos cycles de 3.5 ans présents de 1893 à 1923...cela indique que toutes méthodes, et qui sait comme celle de nos cycles de 3.5 ans nous semble assez probante, à ses limites...si un homme averti en vaut deux, un conjoncturiste averti en vaut peut-être trois...

Annexe

 

En annexe, nous redonnons pour les périodes bien prévues par le cycle universel les simulations historiques, ainsi que nos projections jusqu'en 2023.

Cycle universel et Cycle adapté
Cycle universel et Cycle adapté
Cycle universel et Cycle adapté
Partager cet article
Repost0
12 août 2019 1 12 /08 /août /2019 11:00

Nous pouvons adopter 3 types de distinctions.

La première est entre les cycles entamé en mars et ceux entamé en septembre. On aura compris que ce qui importe n'est pas tant le mois ou il débute, mais les cycles de 42 mois, ou de 3.5 ans, commence par exemple en mars 2009, le suivant en septembre 2012, soit 42.mois après, le suivant à nouveau en mars 2016 puis le suivant en mars 2019 et ainsi de suite. C'est pour cela que longtemps nous les avons nommé cycle de 7 ans, car il s'agit de 2 fois 3.5 ans, il reprennent position en mars tous les 7 ans.

En fait, on assiste à une crise boursière ou a un ralentissement marqué tous les 7 ans ( 1987,1994, 2001,2008,2015...) le cycle entamé en mars est donc celui qui suit une crise forte, il est un peu tardif, et de forme très conique liée à la vivacité d'une reprise après une crise. Celui qui le succède dans le même cycle de croissance juglar, n'intervient qu'après une légère pose, il est de forme plus étalé.

Distinguons les cycles de 42 mois.

On peut également établir des distinctions plus politiques en étudiant la couleur politique du président américain en exercice, ou le rang de son mandat.

Distinguons les cycles de 42 mois.

On observe logiquement que lorsque la gauche est au pouvoir, elle accélère par ses politiques de relance la phase de reprise, alors que la droite se préoccupe plus de l'inflation émoussant cette première partie de hausse. Mais la cigale de gauche ayant vite mangé son pain blanc, le pic est atteint plus tôt, alors que la fourmi de droite aura un pic plus tardif.

Distinguons les cycles de 42 mois.

La distinction Alternance / reconduction est mois probante que la droite gauche, car les différence apparaisse moins forte. On retrouve seulement le fait que les mandats d'alternance étant fait en général en période de crise, celle la même qui a provoqué une alternance politique, sont globalement moins prospère que ceux de reconduction.

 

Ces 3 types de distinctions dont nous avons étudiées les moyennes sur la période 1890/2018 sont intéressantes, mais malheureusement assez instables, de sorte que seule le cycle universel sans aucune distinction, indiqué en rouge sur le premier graphique, permet de réaliser les meilleures prévisions.

Partager cet article
Repost0

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages