Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2020 7 07 /06 /juin /2020 13:33
Réélection ou échec de D. Trump

Va-t-on vers une réélection ou un échec électoral de D. Trump ? Avant le covid19, la réélection semblait presque assurée, même si une élection n'est jamais gagnée d'avance.

Suite à la la mortalité et la dépression économique engendrée par le covid19 , cette réélection semble beaucoup moins assurée. Il nous faut donc introduire 2 conjectures différentes pour la période 2021/2024, celle d'une reconduction républicaine que serai la réélection de D. Trump, ou au contraire d'une alternance démocrate qu'entraînerai au contraire son échec.

Il s'agit de scénarii assez différentes, avec un redémarrage économique plus fort en 2021 ( courbe bleue) s'il y a alternance démocrate, alors que les Républicains plus sensibles à l'inflation sont plus réticents à débuter leurs mandats par des relances ( courbe rouge, couleur de la droite aux Etats-unis soit un code inverse au notre). Cependant, D. Trump a surpris tout le monde en procédant à une relance fiscale en début de mandat, bien étrange pour un républicain, alors même en plus que les Etats-unis était en plein emploi.

Il se pose aussi un autre problème, à coté du cycle électoral, nous aimons dans nos prévisions boursières introduire les cycles kitchin. Alors que le premier mandat de D. Trump (2017/20) s'est réalisé dans le cadre d'un fort phasage entre cycle kitchin et cycle électoraux avec distinction politique et de rang, le mandat suivant ( 2021/24) est au contraire plus nuancé : phasage des cycles kitchin et électoraux en cas d'alternance démocrate, déphasage, très fort en 2022, en cas de réélection de D. Trump.

Réélection ou échec de D. Trump

Cependant lorsqu'on cumule cycle kitchin AB et cycle électoraux avec distinction politiques et de rang, on obtient une atténuation des différences, même s'il reste qu'un redémarrage économique plus fort s'observe en 2021-22 avec une alternance démocrate....au prix d'un creux plus prononcé en 20222-23. 

Si nous avons souvent la stabilité du cycle kitchin pour les prévisions boursières, ici le sp500 en glissement annuel, rappelons qu'au contraire le cycle électoral est de moins bonne qualité. Il est globalement avec sa distinction politique, plus efficace pour la gauche que pour la droite, aux formes plus banales, plus efficace pour le cycle A que B, et enfin la distinction politique importante pour les 2 éme et 3 éme année de mandat, n'a aucun intérêt pour la première année, quand la 4 éme gagne surtout à se voir appliqué un effet de rang (alternance ou reconduction) opposant la bonne 4 éme année d'alternance aux mauvaise de reconduction alors que la croissance s'essouffle ( 2000,2008,2016...)

Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 15:39

Nous avons beaucoup étudier la prévision boursière, à l'aide des cycles électoraux et kitchin, plus des variables économiques retardées.

Appliquons les mêmes principes pour une production industrielle, par exemple l'automobile. 

On observe alors quelques modifications. Tout comme pour le bâtiment, ce cycle est plutôt de 7 ans que de 3.5 ans, c'est à dire qu'il faut coupler les cycles A et B, le summum du cycle étant atteint au début de B. Par rapport à la finance, l'industrie se rétablit plus lentement en début de cycle A, et ressent donc moins la nécessité d'établir une pose en fin de cycle A.

Le Marché de l'automobile aux Etats-unis 1960/2020

Nous obtenons un R de 0.42 assez satisfaisant pour ces près de 60 années étudiées de 1960 à 2019. Pour stabiliser les données, les immatriculations sont données en statistiques  moyennes sur les 6 derniers mois en glissement.

Le Marché de l'automobile aux Etats-unis 1960/2020

Le cycle électoral est près de 2 fois moins moins explicatif, en fait seul est vraiment apparent un mouvement de bascule entre une bonne 4 éme année et une mauvaise première.

Le Marché de l'automobile aux Etats-unis 1960/2020

On parvient donc déjà à un assez bon r de 0.48 en étudiant avec ces deux seuls cycles, le tout avec 42 mois d'avance. On peut gagner en précisions, en fiabilité, mais c'est alors en perdant en temps d'avance.

L'automobile est un marché assez cyclique où existe un puissant "effet de stock", à savoir que si le marché a été en expansion trois années durant, il va se retourner les trois années suivantes, car la durée moyenne de détention d'une voiture neuve est de 3/4 ans. On est donc très proche d'un cycle kitchin, on va donc en plus de cet effet de stock, tout simplement retarder la donnée de 42 mois. On obtient ainsi un R de 0.34.

Le Marché de l'automobile aux Etats-unis 1960/2020

Après une très forte expansion de 2009 à 2012 sans doute du fait de mesure de relance, le marché est particulièrement déprimé depuis 2015. On a un effet "post expansion", un peu comme en France après les "balladurettes" en 1993/94 et les "jupettes" en 1995/96...ce qui fait que les constructeurs sont à présent assez réservé sur ces mesures ponctuelles aux lendemains difficiles.

Le Marché de l'automobile aux Etats-unis 1960/2020

On peut enfin ajouter des variables économiques, le différentiel inflation chômage retardé de 14 mois et le taux de chômage retardé de 14 mois, deux grands classiques des prévisions d'expansion, auquel on peut ajouter le différentiel de taux d'intérêt retardé aussi de 14 mois, ce qui n'a pas été fait ici. On le constate, la dépression du marché américain, au delà du covid 19, était largement prévisible, il existe un puissant effet de rattrapage après la trop forte expansion des années 2009/2013, même si le covid à "gâché" la 4 éme année qui est en général bonne tout comme le début d'un cycle B.

Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 11:06
La bourse de 1815 à 1890

On sait que l'on s'est toujours attaché ici à adopter une perspective historique, certes par intérêt, mais aussi pour vérifier la stabilité de nos modèles de prévisions. Il est toujours aisé de faire des modèles particulièrement adapté pour une période, où on flirtera avec les 0.90 de coefficient de corrélation entre les prévisions et les résultats effectifs, qui s'effondreront pour d'autres périodes.

Ici , nous avons régressé nos variables les plus fondamentales, à savoir l'alternance de cycles Kitchin A et B, , un cycle kitchin durant 3.5 ans , et la répétition se répétant donc tous les 7 ans, avec démarrage en septembre 1816.

On obtient certes un coefficient de corrélation assez modestes de 0.10, mais pour une période historique assez reculé, et instables, l'économie américaine n'en n'est qu'à ses balbutiements, cela est déjà pas si mal.

Au delà de nos cycles kitchin A et B, ce modèle a également été fondé sur la régression inversée des évolutions retardées de 21 et 63 mois, représentant l'inflexion que suivent les cycles Kitchin en leur milieu.

Présentée pour plus de clarté en deux périodes (1890/1963, 1963/2019) cette simulation historique présente un coefficient de corrélation de 0.43 entre le modèle explicatif et les évolutions du SP500 en glissement annuel.

La bourse de 1815 à 1890
La bourse de 1815 à 1890
Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
12 avril 2020 7 12 /04 /avril /2020 06:55

Nous avons évoqué le fait que les cycles boursiers kitchin de 3.5 ans pouvaient être regroupés en 4 formes principales, en fonction des phasages successifs avec le cycle électoral. Ainsi tous les 4x3.5 ans , soit 14 ans on revient à la situation initiale.

Cela a donné naissance dans notre article de décembre 2019 à une typologie de 4 cycles différents, nommés A,B,C et D.

Etudiés à l'époque en évolution mensuelle sur un an, nous souhaitons à présent être plus prècis en étudiant les évolutions quotidienne en indice. Certes en rentrant dans les détails, les formes caractéristiques apparaissent moins évidentes, il faut une vision globale pour bien les apprécier, "prendre de la hauteur", mais cela est tout de même riche d'enseignement.

Cycle de 14 ans en évolution quotidienne

Examinons tout d'abord l'allure générale de nos cycles Kitchin en indice.

Première information importante, en moyenne il n'existe pas en moyenne véritablement de phases baissières, simplement une période de stabilisation. A long terme, il peut donc être intéressant d'être présent en bourse, en la jouant haussière les 24 premiers mois d'un cycle Kitchin, et la quitter pour les 18 derniers, un peu avant pour un cycle A.

Deuxième information, on peut découper le cycle en 4 périodes.

- Tout d'abord l'amorce, sur les 8 premiers mois qui oppose les cycles A, où la bourse est baissières, aux autres ou elle est déjà haussières, ou au moins stable. Durant cette période, le cycle électoral (mandat neutre) possède quelque portée explicative.

- Puis vient la phase d'expansion qui souffre vraiment peu d'exception. Elle dure 16 mois, et nous conduit donc au second anniversaire du cycle kitchin. Là encore, elle est moins bonne en cycle a, qui fait suite souvent à une période de crise, marquée qu'elle est par une pause assez marqué, pause présente ne son milieu ailleurs, mais de façon beaucoup mois marquée, vers les 15/16 éme mois du cycle. elle peu être assez bien prévue par un différentiel inflation moins chômage retardé de 6 mois, période d'expansion, elle ne peut en effet être contrainte 

- Vient ensuite la difficile période d'ajustement. C'est là que les mauvaises surprises arrivent rapidement pour les cycles A, tardivement et de façon peu marquée pour les cycles C. Cette période de 13 mois est en général marqué en son milieu vers son 7 éme mois donc d'une profonde parfois récession, puis d'une reprise, avant que l'extréme fin de la période, surtout en cycle B et D , ne soit à nouveau marquée négativement. Pour la prévoir, on peut ajouter au différentiel inflation chômage évoqué précédemment le négatif l'évolution de la production industrielle retardé de 11 mois, une variable  toujours efficace pour les période de retournement.

- La phase de stabilisation marque les 5 derniers mois du cycle Kitchin qui e compte 42. Îl y règne en général un calme plat, sauf si marqué  d'une profonde récession en son début, s'en suit une période de rattrapage. 

Cycle de 14 ans en évolution quotidienne

Evoquons tout d'abord les cycles A.

On constatera qu'ils s'opposent aux autres cycles Kitchin par le fait qu'ils débutent par une baisse dans leurs 8 premiers mois, la phase d'amorce. Ils se caractérisent également par une rechute assez prononcée dans la première moitié de la phase d'ajustement, lorsqu'est franchie le cap de la deuxième année. Rappelons qu'ils sont contemporains d'une période de crise ou de l'émergence d'un nouveau cycle, en 1946,1960,1974,1988,2002,2016, leurs évolutions générales est donc assez heurté.

Cycle de 14 ans en évolution quotidienne

Les cycles B sont peut-être ceux qui sont les plus proches du profil général du cycle Kitchin boursier....les peuples heureux, ou ici les marchés heureux n'ont as d'histoire pourrait-on dire, avec une certaine réserve sur la seocnde partie. Rappelons en effet que les cycles B voient la concomitance de la baisse du cycle Kitchin, dans leur seconde partie, avec une des deux phases baissières du cycle électoral, soit la seconde, soit la quatrième année de mandature. On perçoit en effet sur ce graphique l'ampleur du dérochage qui survient au delà de la seconde année du cycle Kitchin, cela peut même prendre l'allure de krash, tel en 2008, ou de façon plus lointaine la panique de 1907 ou la crise de 1921-22.

Cycle de 14 ans en évolution quotidienne

Le cycle C est le plus original puisque sa phase haussière est brisée dans son élan, par la présence d'une des deux phases baissières dite "l'expansion" du cycle électoral comme en rend compte la flèche rouge. Parfois tel en 1981-82 cela peut occasionner une véritable crise, mais globalement les cycles C sont ceux qui ont les meilleurs résultats, nous sommes au summum du cycle de 14 ans. Ils se caractérise constate-ton en effet sur le graphique par l'absence de véritable baisse dans ce qui devrait constituée la phase baissières du cycle kitchin passé sa seconde année dans la période "d'ajustement".

Cycle de 14 ans en évolution quotidienne

Le cycle D ferme le bal...y compris boursier car souvent il est contemporain d'une crise boursière, 1929 et 1987 sont des fins de cycle D. Le cycle est venu, son épuisement, et surtout la concomitance d'une phase haussière de cycle Kitchin et électoral au début fait qu'arrivé en milieu de cycle Kitchin, toutes les potentialités de hausse ont été utilisées...la fin n'en n'est qu plus redoutable, survenant biensur durant la période d'ajustement...plus c'est de façon tardive...et plus l'addition est salée...

Annexe :  Les cycles Kitchin en évolution quotidienne depuis 1946.

Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Cycle de 14 ans en évolution quotidienne
Partager cet article
Repost0
15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 07:16

Reprenons notre étude des cycles kitchin, cycles de 42 mois , que nous divisons en 3 périodes de 14 mois..

Si on considère qu'on peut les regrouper 2 à 2, donc tous les 84 mois (7 ans ) on obtient nos cycles AB, ou au cycle A de 42 mois lui succède le cycle B aussi de 42 mois. Nous faisons démarrer ces successions en mars 1890.

Les 3 premières phases de 14 mois du cycle A s'appelle successivement KA1, KA2, et KA3, et celle du cycle B , KB1, KB2 et KB3.

Cycles de 14 mois les 6 variantes possibles

En fait, ces 6 phases présentent des risques divers, car autant les phases B1 ou A2 reviennent assez systématiquement comme le montre leur coefficient de corrélation, autant parier sur le cycle A3...peut être assez téméraire, nous avons évoqué auparavant à quel point la 3 éme phase des cycles est un pari audacieux, tant celle-ci est une phase de correction  par rapport aux deux premières phases d'un cycle Kitchin.

Cycles de 14 mois les 6 variantes possibles
Cycles de 14 mois les 6 variantes possibles
Cycles de 14 mois les 6 variantes possibles
Cycles de 14 mois les 6 variantes possibles
Cycles de 14 mois les 6 variantes possibles
Cycles de 14 mois les 6 variantes possibles
Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
16 février 2020 7 16 /02 /février /2020 07:30
La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction

Nous avons indiqué précédemment que l'étude su SP500 en glissement sur 7 mois permettait à la fois de gagner en précision tout en mettant en relief des mouvements interne du cycle Kitchin, moi apparent en donnée annuelle.

En données annuelles pour la période 1890/2019  (moyennes des 37 cycles) , celui-ci  se présente simplement comme haussier puis baissier, en cycle progression sur 7 mois, on voit se succéder 3 phases, décrivant 3 dômes successifs pour chacune des périodes de 14 mois . Les deux premiers sont haussiers, le premier ayant un démarrage très progressif, alors que le troisième est en dôme inversé.

La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction

On gagne encore en précisions en reprenant notre traditionnelle opposition entre cycles A et cycles B, la succession de ces deux cycles de 42 mois se répétant tous les 7 ans, avec démarrage en mars 1890.

La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction

On observe alors que c'est la première phase du cycle A qui se différencie du cycle kitchin standard, les fins de cycle B, début de cycle A étant souvent une période de difficulté, alors que les passages de cycle A aux cycles B est normalement l'occasion d'un ralentissement moins marqués, et surtout rapidement corrigé comme ce fût le cas en 2019 après la chute de fin 2018.

On peut pousser plus loin les distinctions en caractérisant la formes de ces cycles selon que la droite ou la gauche soit au pouvoir, qu'il s'agisse d'une mandature d'alternance ou de reconduction: chaque fois le verdict est clair, chaque fois c'est sur le  cycle A que porte les différences. Les périodes d'alternance, celle ou la gauche procède à des relances, sont plus expansionnistes..car justement ces cycles A en leur début font suite à des difficultés intervenus à la fin des cycles B.

La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction
La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction

On peut également comparer les évolutions des cycles AB, sur 7 ans avec leur doubles développes sur 14 ans. C'est alors surtout la chute en milieu de cycle c, à la différence de ce qui se produit dans un cycle A, qui apparait comme étant le changement, nous sommes en effet alors en seconde ou quatrième année de mandature présidentielle, période de refroidissement.

 

La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction
La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction

Cependant, par la suite, nous abandonnerons ces distinctions: instructives pour étudier le passé, elles sont trop instables pour établir des prévisions. 

Contentons nous d'étudier les évolutions sur 7 mois en simple cycles AB, ou Kitchin sans distinction. Il apparait alors que les deux premiers cônes sont assez bien respectés, toutes l'incertitude vient alors sur la 3 éme phase c'est à dire les 14 derniers mois, qui vont rattraper à la hausse ou à la baisse les excès des deux premiers temps du cycle Kitchin.

La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction
La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction

Nous observons que les évolutions prévues par les cycles A B   pour les deux premières phases, soit les 28 premiers mois sont en général assez bien respectées, toute l'incertitude vient de la troisième phase. Celle-ci est en général une phase de rattrapage, on peut donc lever une partie de cette incertitude en observant où on en est exactement par rapport à ce que les simulations prévoient. C'est ce qu'indiquent nos flèches rouges.

De même le cycle B est un rattrapage du cycle A, ce qui pour la période 2019/2023 risque d'altérer les capacités de hausse, le cycle 2016/19 ayant sur-performé par rapport aux prévisions.

Une autre solution est de recourir à des prévisions économiques à partir de variables retardées.

C'est ce que nous faisons pour les documents suivants, ou en vert sont données les prévisions économiques à un an. Elles permettent assez généralement de lever de façon correct l'incertitude de cette troisième phase.

Nous communiquons également les coefficient de corrélation obtenus par nos modèles, d'abord à l'aide des variables économiques, ensuite avec le cycle AB, et enfin avec les deux. Soulignons qu'à partir de 1963 la qualité des prévisions économiques est améliorées par l'introduction du négatif de l'indicateur composite avancé de l'OCDE.

La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction
La 3 éme phase du cycle Kitchin, moment de correction
Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
16 février 2020 7 16 /02 /février /2020 06:28

Qu'est--ce qu'un KB1 ?...tout simplement le premier cycle de 14 mois d'un cycle B kitchin.

Prenons connaissances de ces cycles de façon précises (1956/2020) et de façon plus imprécise mais plus longue depuis 1877.

Nous sommes en KB1
Nous sommes en KB1

Nous avons de la chance, le KB1 est parmi ce qui se fait de plus régulier sur le plan des cycles de 14 mois.  Il peut prendre 4 formes différents selon ses intèrractions avec le cycle électoral. Actuellement nous avons une forme moyenne pas aussi parfaite que le K8, lié à un parfait phasage entre le pic de cycle de 14 mois et la reprise de 3 éme année, mais meilleur que le K2 très contraint par la concomitance d'un creux de 2 éme année avec son pic. 

Positionné au début d'un cycle B ils sont assez en réaction aux évolutions qui étaient à l'oeuvre au début du cycle A précédent, ce qui rend leurs prévisions à long terme assez aisées en prenant le différentielle d'inflation et de chômage retardé de 36 mois, ou de même pour le différentiel d'intérêt à moins que l'on prenne la rentabilité réelle retardée de 46 mois. Son paradoxe est ainsi que sa prévision est plus facile à long terme qu'à court terme tend cela semble être un cycle de réaction...et de grande régularité...

 

 

Nous sommes en KB1
Nous sommes en KB1
Nous sommes en KB1
Nous sommes en KB1
Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
2 février 2020 7 02 /02 /février /2020 04:25

Une tradition est bien établie en bourse : il faudrait entrer en bourse pour l'hiver, à la fin octobre, une fois les traditionnels coups de tabac de cette date historique du 24 octobre 1929 passés, et en sortir début mai...qu'en est-il vraiment ?.....nous verrons que cette stratégie repose en effet sur quelques fondements...mais on peut se permettre quelques fructueux écarts....

Progression des hivers, stagnation des été

Nous présentons tout d'abord les cycles moyens observés de 1960 à 2016 en reprenant notre traditionnelle opposition entre les cycles A et B, cet enchaînement de 7 ans de deux cycles de 3.5 ans, démarrant en mars 1960 pour terminer en février 2016.

Le premier été du cycle A est appelé été 1, le premier hiver, hiver 1 et ainsi de suite, les 3 et 4 sont l'occasion de passage des cycles A vers les B et en 6 et 7 on termine le cycle de 7 ans. E signifie été, on démarre au 1 er mai pour terminer au 31 octobre, H signifie hiver, on démarre au 1 er novembre pour terminer au 30 avril...le tout pour prendre en compte les évolutions du SP 500 en progression annuelle. 

On le constate, si les été 1, 3, 7, méritent leur mauvaise réputation, passer à coté des opportunités de l'été 2 en plein croissance du cycle A est assez dommage...les été 5 et 6 peuvent également dans une moindre mesure l'occasion de quelques belles opportunités.

Inversement, si le pari sur les hivers est souvent en effet à conseiller, l'hiver 7 qui fait la jonction des cycles de 7 ans est assez dangereux, souvenons nous de l'hiver 2008/2009 ou 2015/2016 plus près de nous.

Présentons de façon plus précise la forme de chacun de ces hivers ou étés par rapport à la moyenne des performances hivernales et estivales.

Examinons tout d'abords les étés.

Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été

Evoquons à présent les formes moyennes observé lors des différents hivers pour le sp 500 en progression annuelles de 1960 à 2016.

Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été

Vérifions pour l'année écoulée, soit l'hiver 2018/2019 l'intérêt de nos prévisions.

Progression des hivers, stagnation des été

Nous constatons que ces prévisions 2018/2019 établies sur la base des évolutions constaté pour les hiver 3 de 1960 à 2016 auraient été assez malheureuses en débuts de périodes, la crise étant plus soudaine, plus marquées ainsi que le redémarrage, par contre une fois ce redémarrage opéré, les prévisions sont de meilleurs qualités.

Etablissons à présent des prévisions pour l'été 2020, ou plus éxactement pour la période allant du 1 er mai au 31 octobre, sur la base des été 5, puisque nous sommes dans un hiver 4 et allons entrer dans un été 5, non sans vérifier ce qu'auraient donnés ces projections pour les été 5 précédants.

Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Progression des hivers, stagnation des été
Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 06:29
Phasage et déphasage

La mandature 2017 /2021 est particulière, en sa première moitié , jusqu'en octobre 2018, il y avait un parfait phasage des cycles Kitchin et électoraux : tous deux en hausse jusqu'en juillet 2018, puis en baisse jusqu'en octobre. Par contre, depuis cette date ,nous sommes en situation d'extrème déphasage, avec l'été 2019 en pivot : hausse puis baisse du cycle électoral baisse puis hausse du cycle kitchin.

En ce premier semestre 2020, nous sommes donc dans ce déphasage entre un cycle kitchin haussier , et même puissamment normalement en KB1, et un cycle électoral baissier en début de 4 éme année de mandature. Un certain phasage devrait se présenter à l'automne, les deux étant orienté à la hausse, sans doute l'incertitude des présidentielles passée.

Comment la bourse vie ces déphasages, c'est ce que nous avons voulu étudier en examinant d'autres situations de déphasage strictement similaires, lors des mandatures de 1933/36, 1961/64, 1989/92.

Il semble qu'en situation de phasage, les fluctuations soient exacerbées, alors qu'en situation de déphasage, elles soient beaucoup moins fortes, les cycles se neutralisant, d'ou des écarts type généralement plus faibles que dans la première partie du mandat....à ce jour le mandat 2014/20 fait exception....

Phasage et déphasage
Phasage et déphasage
Phasage et déphasage
Partager cet article
Repost0
Published by Christian Guy
19 janvier 2020 7 19 /01 /janvier /2020 06:23

Il est évident, que plus on recherche des prévisions boursières à long terme, et plus on perd en précisions...quel est le degré de cette perte, c'est ce que nous allons observer.

Réaliser des prévisions à 12,21 et 42 mois.
Réaliser des prévisions à 12,21 et 42 mois.
Réaliser des prévisions à 12,21 et 42 mois.

Nous avons régresser pour la période 1963/2019 plusieurs variable retardées: 

cours de la bourse en progression annuelle retardée de 84,76,63,58,21,ou 17 mois,  la valeur absolue de la progression annuelle du chômage retardée de deux ans.différentiel inflation chômage , production industrielle retardée de 12 mois, rendement boursier et indicateur composte avancé, respectivement en inverse et négatif, retardé de 14 mois, différentiel d'intérêt retardé de 30 mois.

Nous observons que la prise en compte de ces éléments vont permettre d'expliquer dans des proportions croissantes les fluctuations boursières.

Nous pouvons également y ajouter nos cycles Kitchin A/B, deux cycles de 3.5 ans, se répétant en boucle tous les 7 ans, avec démarrage en septembre 1963. 

Nous améliorons alors considérablement la qualité du modèle.

Réaliser des prévisions à 12,21 et 42 mois.

Nous avons voulu vérifier la qualité de ce modèle, en faisant à l'aide de la régression sur la période 1963/2019, des prévisions pour la période 1890/1963. Les résultats pour les prévisions à 42 mois (R de 0.12), 21 (R de 0.20) sont décevants. Ils sont déjà plus satisfaisants pour celles à 12 mois, alors que pour l'époque on ne dispose pas de l'indicateur composite avancé de l'OCDE, (R de 0.33) et ils deviennent même tout à fait satisfaisants (0.42) s'y on y ajoute les cycles AB....il n'y a guère que la crise de 1929 et bien sur la seconde guerre mondiale qui ne sont bien sur pas prévues...

Réaliser des prévisions à 12,21 et 42 mois.

On l'aura compris, les cycles AB constituent un apport important. Nous avons évoqué par ailleurs que dédoublés avec répétition tous les 14 et non 7 ans (Cycle ABCD) , ils sont plus précis encore......mais comme toujours plus risqués...jouons donc la sécurité !

Réaliser des prévisions à 12,21 et 42 mois.
Réaliser des prévisions à 12,21 et 42 mois.

On le constate, notre cycles AB n'est pas pour rien dans les performances de notre modèle avec un coefficient de corrélation de 0.29 pour la prévision historique 1890/1963, et de 0.49 pour la simulation 1963/2019.

Au total sans surprises, la qualité des prévisions est bonne à un an avec de simples variables retardées, pour celles à 21 ou 42 mois il est vraiment nécessaire d'y ajouter l'apport des cycles Kitchin.

Partager cet article
Repost0

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages