Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 06:14

Hiatus

 

Ce soir nous en serons plus sur l’issus de ce premier tour, mais dès à présent, au vu des sondages qui avec une certaine régularité ont donné des intentions de votes élevées pour Emmanuel Macron nous pouvons observer un hiatus entre la popularité de la personne d‘Emmanuel Macron et l’intérêt qu’a suscité son mouvement 'en marche', et le rejet du label parti socialiste dont est l’objet Benoit Hamon , rejet qui n’a d’égal que l’impopularité qu’a enregistré François Hollande durant sa mandature…or Emmanuel Macron n’est-il pas le meilleur continuateur de sa politique économique et sociétal, qu’il pousse un cran plus loin dans le recentrage ?

Que reprochait ses anciens électeurs à François Hollande ?: d’avoir trahi ses promesses, d’avoir conduit en lieu et place un politique de l’offre, de s’être soumis à l’Europe libérale et à Madame Merkel….et pourtant c’est le fils spirituel de cette politique, même à la dérive libérale encore plus assumée, qui ramasse le pactole. Rarement le hiatus entre le rejet des personnes et des partis, et l’acceptation des idées n’a été aussi loin, même si on pourra objecter que les plus déçus de la dérive libérale d’Hollande s voteront Mélanchon plutôt que Macron.

Il reste que si Hollande aura échouer dans ses résultats, sa personne…il aura réussi à installer un nouveau courant qui en incarnant un renouveau réel ou supposé permettra peut-être à la gauche dans ce succédané, d’éviter le retour de la droite, un peu comme en 2007 la droite avait éviter l’alternance qui frappe inéluctablement depuis 1981 en laissant à penser qu’il existait un renouveau au sein même de l’UMP au travers de Nicolas Sarkozy et qu'après les déceptions nées de la seconde mandature de Jacques Chirac point n’était la peine de faire revenir les socialistes…

Quand Nicolas Sarkozy avait réussi à capter des voix de gauche avec les promesses de pouvoir d'achat du "travailler plus pour gagner plus", faisant tomber l'indice d'Alford, qui mesure le vote ouvrier de Gauche, à son plus bas historique, Emmanuel Macron tente de faire oublier son passé de conseiller aux affaires économiques puis de ministre de l'économie de François Hollande....

De cet oubli, naîtra peut-être la victorieuse défaite de François Hollande....

C. G. Dimanche 26 avril 2017

Repost 0
Published by Christian Guy
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 12:50

 

Quelle réaction  la bourse aura le lundi 24 avril 2017 ?

Quatre scénarios sont possibles, partons de plus positif pour la bourse, qui ne manquerai pas d’être salué ainsi par une hausse pour aller vers le plus négatif, en n’oubliant pas que de l’élection de Mai 1981 en France à celle des Etats-Unis en novembre 2016, en passant par le brésil de juin de la même année , la bourse s’est toujours avéré talentueuses…pour se tromper dans ses prévisions électorale !

Le rêve : le second tour entre Fillon et Macron, si BFM et la presse économique ont souvent affiché leur préférence pour le second, rebuté par le conservatisme moral prêté au premier, le programme très libéral de l’ancien premier ministre serait tout même susceptible de fortement plaire au milieu financier. Pour le second tour, à tous les coups la bourse gagne….le rêve donc !

L’optimisme : un second tour Fillon –Le Pen, ou Macron-Le Pen, serait susceptible de laisser entrevoir la victoire de ses poulains préférés, même si la présence du FN au second tour augure de difficulté à faire passer des thèses très favorable à l’Europe et à la mondialisation à long terme.

Le doute : un second tour Mélenchon-Macron ou Mélenchon-Fillon montre qu’un courant hostile au libéralisme est en train de se constituer, et laisse poindre les risques d’un troisième tour social. Le deuxième cas, Fillon-Mélenchon est un scénario à la grecque, que la similitude dans l’effondrement du PS, rend possible alors que le FN peut ne pas être présent au second tour du fait de candidatures (Dupond-Aignan, Asselineau, Cheminade) chassant en partie sur les mêmes terres…

La cata ! : un second tour Le Pen-Mélenchon, là on est retourné 36 ans en arrière le 11 mai 1981…car c’est un enterrement de première classe proclamé sinon garanti, pour l’euro, le libéralisme, l’Europe et la mondialisation …le 11 mai 81 la baisse avait été de l’ordre de 20 %....

Après un an ou deux, elle comprit que le socialisme recentré peut très bien lui convenir, des études de long terme montrent que les actions prospèrent plus sous la gauche, que sous la droite…Il a fallu moins de temps encore à Alexis Tzipras pour passer des proclamations révolutionnaire à un programme de privatisation et de coupe dans les budgets sociaux sans précédents…donc acheter au plus bas quelques semaines après la secousse pourrait être alors judicieux, toutes choses égales par ailleurs…

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans BILLET D'HUMEUR
commenter cet article
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 07:58

 

La France qui va bien ou qui y croit encore contre la France qui va mal et qu’y n’y croit plus.

Comment expliquer à une semaine du premier tour des présidentielles, l’existence de 4 blocs de niveau à peu près comparables : Fillon, Macron, Le Pen, Mélenchon ?

A l’intérieur des deux blocs traditionnels droite-Gauche, une Fissure est apparue au fur et à mesure que chacun des deux blocs tour à tour au pouvoir échouait dans ses promesses essentielles.

A droite on peut opposer le vote Fillon, sociologiquement composé d’indépendants, de retraités et de hauts revenus, qui constituent globalement la France pour qui cela ne va pas trop mal ; à la France de Marine Le Pen dont une récente enquête a démontré que plus on était mécontent de sa situation et plus on était tenté par ce vote, c’est incarnation même du vote protestataire. Si de façon caricaturale le vote Fillon est celui de la France qui va bien, ou pas trop mal, le vote Le Pen incarne la France qui n’y croit plus, tant au niveau intérieur par les échecs successifs de la droite et de la Gauche, que sur le plan extérieur, pour les promesses de la mondialisation et de l’Europe.

Même dualisme à gauche de façon moins clivant entre le vote Macron qui est celui de personnes intégrées, ceux qu’on a longtemps appelé avec moquerie les bobos, soucieux de modernité économique et sociétale, opposé au vote Mélenchon, aux contours marxisants, cherchant à ressusciter la fonction tribunitienne du presque feu Parti communiste Français. Dans « la gauche de la gauche » comme elle aime à s’appeler on ne croit plus dans les institutions, on appelle même à la fondation d’une 6 éme république, et encore moins à la mondialisation libérale ou à l’Europe de Madame Merkel. Sur le plan sociologique, les choses sont plus confuses à gauche qu’à droite, car il y a dans le vote Macron un vote de jeunes entrepreneurs, issus parfois des cités, qui galèrent et ne croit plus que dans l’économie ‘Uber’ pour leur permettre de s’en sortir avec leur « petite entreprise » comme le chantait si bien Baschung. Inversement le vote Mélenchon abrite quelques « bobos » qui s’amusent à se faire peur et trouve que cela fait très tendance.

Evidemment, d’autres clivages peuvent servir de grille de lecture, et celui-ci est forcément simpliste comme toute opposition binaire, mais cette coupure entre une France qui croit dans les évolutions actuelles en jouant à fonds la carte de la compétitivité (Fillon) ou de la modernité (Macron) et celle nostalgique d’un ordre ancien, socialement (Mélenchon) ou identitairement (Le Pen) est tout de même assez apparent. De ce morcellement interne de la droite et de la gauche, naissent 4 blocs….à la fois différents et pas si dissemblables de ceux des années 70 entre le RPR-UDF et le PS-PC….la grande différences étant sans doute la très faibles automaticité des reports de voix à l’intérieur de la droite ou de la gauche pour le second tour…de cela on pourra traiter la semaine prochaine……

 

Repost 0
Published by Christian Guy - dans BILLET D'HUMEUR
commenter cet article
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 07:01

Chômage et bourse : le couple maudit.

 

Qui n'a déjà entendu les commentateurs s'exclamer de stupeurs devant une bouse haussière alors que le chômage se dégrade....Et pourtant le phénomène est tout a fait normal, il signe de façon positive la venue d'une reprise signalée d'un 1 dans notre graphique.

Le second mouvement est celui ou la reprise gagne la sphère réelle....mais quitte un moment la sphère financière, qui a pêché par optimisme, sur-réagissant comme à l'accoutumé..c'est notre moment 2. Les années cinquante et 70 ont beaucoup connu ces cycles assez court, entrecoupées d'une phase de crise ou la bourse baisse et le chômage augmente, phase aussi aîgue que courte en général.

Apparue durant les années 60 avec la double mandature démocrate  (1961-68), des cycles de 8 années à peu près sont aussi présents. Au deux premiers mouvements s'ajoute un très long, appelé moment 3 de phase de croissance régulière et de long terme, ou la bourse prospère et le chômage baisse. Cette longue phase tire à sa fin, c'est un peu notre cas en ce début 2017, quand le chômage cesse sa décru et que la bourse à près un ultime rebond spéculatif, nous avions évoqué ces retour de flamme dans un article antérieur, se retourne de façon baissière...cela serait pour la fin de ce printemps, le début de l'été.

C'est alors une phase de baisse forte parfois assez longue (2000-2003) ou intense (2007-2009) avant que renaisse un nouveau cycle. Ces crises de fin de cycle ne sont pas à confondre avec la pose de début de reprise indiquée verticalement (1962,1977,1984,1987,2011) ni le krash de cours de cycle ( 1966,1987,1998,2015).

Il reste donc a bien examiner les chiffres du chômage dans les semaines à venir en pariculier retardé d'un an à des fins de prévisions, qui risquent donc de signifier pour nous  que de l'été 2017 à l'automne 2018, le moment de la soupe à la grimace est arrivé...

Chômage et bourse

On observe donc que ce sont à présent avant tout des cycles longs qui sont présent : 1982-91, 1993-2000, 2003-2007, et actuellement 2009-2017. Ces cycles comprennent 4 phases numéroté de 1 à 4 :

- 1 reprise forte de la bourse et hausse du chômage, la sphère réelle rebondi plus lentement que la financière.

- 2 baisse de la bourse et du chômage., c'est la pose d'après rebond noté verticalement.

- 3 reprise durable de la bourse t poursuite de la baisse du chômage, phase de longue croissance, avec la traditionnelle tendance de la bourse à surréagir, donc un krach en cours de route ( 1987,1998,2015).

- 4 remontée du chômage, ou en tous cas arrêt de sa décrue,  qui marque la fin du retour de flamme post krach, ( 1898-90, 2016-17).

Notons que le cycle 2003-2008 à été particulier car si la reprise réelle à été présente dés 2002, la financière a attendu la fin des bruits de bottes et avril 2003 autour du golfe, de ce décalage au traditionnel enchaînement qui l'a finalement inversé  née le fait que les phases 1 et 2 ont diparues.

Notons 

Chômage et bourse

Les cycles des années 50 et 70 sont donc beaucoup plus court, car on est en plein dans les politiques de "stop and go", les niveaux d'inflation et de chômage étant sensiblement comparable. Seul le cycle 1961-68 intègre les 4 phases, l'inflation était très faible dans la première moitié des années 60, et le programme de réarmement de 1964-65 du fait de la guerre du Vietnam à empêché la baisse qi aurait donné naissance aux cycles traditionnel en deux phases, d'ou la naissance des 3 éme et 4 éme phases. Un cycle long semblera nâitre dans les années 1975-1980, mais sa 4 éme phase sera emporté par le second choc pétrolier..

Chômage et bourse

 Si on compare le cycle actuel aux autres cycles longs (1961-68,1982-90,1993-2000,), on constate qu'il a été plus marqué par un chômage record, ce qui a peut-être libéré des marges déflationniste plus forte pour qu'il dure plus longtemps sans redémarrage de l'inflation, la hausse des taux d'intérêt marquant traditionnellement la fin des cycles. Il comporte par contre bien comme les autres les pose d'après rebond, ici en 2011, le krach ( lent mais durable en 2015), et le retour de flamme (2016-17).

Repost 0
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 06:35
Prévisions de court terme à 14 mois

Il existe un paradoxe dans l'utilisation d'indicateur avancé : il est parfois plus aisé de prévoir le long terme de façon forcément imprécise, comme nous le faisons avec notre indicateur à 5 ans, que de prévoir précisément à court terme..or c'est cela qui est finalement l'information la plus précieuse..à long terme on se doute forcément qu'il y aura d'autres périodes de hausse et de baisse, même s'il n'est pas inintéressant à quelques mois près de connaitre la date de ces mouvements.

Avouons le, cela fait longtemps que nous nous heurtons à une difficulté en la matière, et nous venons partiellement de la lever. Partiellement, car il ne s'agit pas à strictement parler de la prévision de l'évolution mensuelle, ou même du trimestre. Il s'agit simplement de l'évolution en glissement annuel d'un mois comparé à la moyenne des deux précédents.C'est donc une indication moins précieuse, par contre nous arrivons en la matière à un indicateur assez fiable,avec un coefficient de corrélation de 0.45 entre les prévisions et les résultats effectifs, et cela avec une avance de 14 mois ce qui n'est pas rien.  De plus il existe une grande stabilité du modèle car testé depuis 1921 il est asse régulier dans es bons résultats, alors que notre indicateur à 5 ans ne donne de bons résultats "que "depuis 1984. Enfin la forme des évolutions d'une année est assez bien prévu, si l'indicateur prévoit par exemple des hauts en début d'année et un mauvaise été, il est rare qu'il fût pris en défaut.

Pour l'obtenir on peut soit faire le négatif de cette progression en glissement annuelle sur un mois comparé à celle des deux mois précédents retardée de 14 mois, soit ce qui améliore très finement les résultats, déduire cela de l'inflation en rythme annuelle calculée de cette même manière.

Ce qui est tout de même rassurant c'est que cette instrument confirme les prévisions établie avec l'indicateur à 5 ans d'un retournement d'ici juillet au plus tard, avec une reprise sans lendemain à la fin 2017 début 2018, août - septembre - octobre 2017 serait particulièrement douloureux..

Prévisions de court terme à 14 mois
Prévisions de court terme à 14 mois
Prévisions de court terme à 14 mois
Prévisions de court terme à 14 mois
Prévisions de court terme à 14 mois
Prévisions de court terme à 14 mois
Prévisions de court terme à 14 mois
Prévisions de court terme à 14 mois
Prévisions de court terme à 14 mois
Repost 0
Published by Christian Guy
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 06:24
Bourse , où en sommes nous ?

Nous poursuivons régulièrement notre comparaison entre les évolutions actuelles de la bourse New-yorkaise et les cas semblables lors qu"un républicain à succédé à un démocrate à la maison blanche, ou en tous les cas sans distinction de couleur politique ou de rang de mandat, lorsqu'on est en première année d'un nouveau mandat faisant suite à la fin d'un mandat précédent.

Chaque fois on aura la satisfaction de constater la forte corrélation entre les cas précédents et les évolutions en 2016 - 2017, avec des corrélations de 0.68 ( tout mandat) et 0.71 ( président républicain succédant à un démocrate.

On constatera cependant que depuis février 2017 on s'écarte dangereusement des évolutions habituelles, qui marque de toute façon le pas, dans le cas d'une alternance républicaine , à partir de la fin du printemps.

Repost 0
Published by Christian Guy - dans PREVISION ECONOMIQUE Bourse
commenter cet article
26 mars 2017 7 26 /03 /mars /2017 09:27

                     Un modèle politique modifié de ses résidus.

Le creux se rapproche...

Nous présentons ici les prévisions obtenu par un seul modèle politiques. C'est à dire que les mandats d'alternances républicains , comme l'actuel, sont prévus à l'aide des expériences similaires et ainsi de suite pour les reconduction républicaines, alternances démocrates et reconductions de cette dernière tendance. Il n'y a que le cas particulier du troisième mandat consécutif des républicains (1989-93) qui soit prévu de façon particulière à l'aide de tous les mandats républicains, sans distinction de rang.

Voici les résultats obtenus dans un premier temps.

Le creux se rapproche...

Nous obtenons un coefficient de corrélation qui n'est pas inintéressant s'agissant de prévisions à plusieurs années, mais tout de même un peu décevant, seulement de 0.14 pour la prévisions des cours boursiers. On sait que pour celles du PIB on obtient ainsi facilement de 0.36.

On parvient finalement aux mêmes performances en faisant le différentiel des résidus entre les évolutions prévus et les effectives  de deux et trois dernières années années, le tout retardé de 36 mois et inversé. C'est ainsi que nous avons obtenus le graphique présenté au début, qui semble considére que la reprise actuelle vit un peu ces dernières semaines, même si comme souvent l'ampleur de a chute est difficile à apprécier, mais en commun avec le modèle économique à 5 ans, chaque fois on prévoit des périodes de difficulté au moins jusqu'à l'automne 2018.

Repost 0
Published by Christian Guy
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 13:17

Prévisions de la bourse de New-York à 5 ans à l'aide d'un modèle

politico-économique

2017-2021 :Un modèle politico économique

Nous présentons nos prévisions pour la période 2017-2021. Cela peut sembler largement présomptueux..et cela l'est !....mais il s'agit comme auparavant avant  tout de s'intéresser aux évolutions à long terme, et non de considérer que ces prévisions sont valables au mois voire aux trois mois prés.

Elles ont été obtenues en faisant la synthèse de nos prévisions par modèle économique à 5 ans présentées précédemment, et notre classique modèle politique reprenons les résultats des expériences politiques similaires, pour la période 2017-2020, les expériences d'alternances républicaines. Elles sont ont été présentes en 1953-56,1981-94,2001-04, soit 4 expériences. On fait également le pari afin d'établir des prévisions pour 2021 d'une reconduction républicaine, ce qui s'est toujours produit après une alternance de ce même nom.

Nous présentons également les simulations historiques faites ainsi pour les mandats précédents depuis 1985. On obtient parfois des coefficients de corrélation intéressants entre les prévisions et les résultats effectifs. Parfois moins, mais il est rare que les prévisions soient franchement négatives. Il n'y a pas heureusement de corrélation négative. Globalement, le modèle politique est surtout efficace pour les alternances, les reconductions sont mieux prévues par le modèle économique.

 

2017-2021 :Un modèle politico économique
2017-2021 :Un modèle politico économique
2017-2021 :Un modèle politico économique
2017-2021 :Un modèle politico économique
2017-2021 :Un modèle politico économique
2017-2021 :Un modèle politico économique
2017-2021 :Un modèle politico économique
2017-2021 :Un modèle politico économique
2017-2021 :Un modèle politico économique

15 mars 2017 C. G.

Repost 0
Published by Christian Guy
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 05:08

                                           Prévisions des cours de l'or 2017-2024

Cours de l' or : où en sommes nous ?

Nous établissons un rapport d'étape par rapport à notre publications de mars 2016 relative à l'évolution des cours de l'or.

Le premier graphique ci-devant présenté montre l'évolution suivie depuis ce printemps en fonctions des deux doubles mandatures démocrates précedantes. On a connu erreur plus marquée...

Cette méthode s'étant avéré assez fructueuses, nous établissons donc des projections à partir de précedantes doubles mandatures, car on sait que pour les cours de l'or, il importe de distinguer les mandats d'alternances de ceux de reconductions, les seconds se réalisant dans un contexte plus expansionnistes en terme de croissance économique.

On le fait à partir de doubles mandatures républicaines, puisque c'est à une première mandature républicaines que nous avons à faire à présent avec D. Trump, mais aussi en fonctions de l'ensemble des doubles mandatures survenues depuis 1953 , à l'exception de la républicaine de 69-77 ou les circonstances historiques ont été bien particulières s'agissant de l'or.

Cours de l' or : où en sommes nous ?

C.G. 5 mars 2017.

Repost 0
Published by Christian Guy
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 15:59

Nous publions les résultats d'un indicateur avancé à 5 ans , testé sur la période 1984-2016.

Regardons en déjà les simulations historiques pour la période 2008-2016, ainsi que ces projections pour 2017-2022.

Bourse : creux de mi 2017 à mi 2018.

On observe un creux conjoncturel de la mi 2017 à la mi 2018.

Si on se veut plus détaillé, ce qui est forcément plus risqué, la bourse marquerai le pas en mars, reprendrai des couleurs en avril-mai-juin, avant qu'à l'été, selon le modèle principalement en août débute la grande glissade. Il faudrait attendre l'été suivant pour que les choses redémarre.

Ce modèle a été obtenu en faisant la différence les cours boursiers retardés de 2 et 3 ans, le négatif de ce différentiel étant lui même retardé de 3 ans . Nous l'avons testé avec succès pour la période 1984-2016

Bourse : creux de mi 2017 à mi 2018.

Ainsi obtenons-nous un coefficient de corrélation de 0.45 pour la période 1984-2016 entre les prévisions à 5 ans et les résultats effectifs, ce qui est tout de même intéressant.

Bourse : creux de mi 2017 à mi 2018.

Pour rendre les choses plus lisibles, nous pouvons effectuer un centrage réducteur +/- 9 mois.

Le coefficient de corrélation s'améliore alors légèrement, passant à 0.51.

Cet indicateur avancé est donc assez efficace à partir de 1984, période qui voit le début d'une certaine spéculation après notamment les réformes du big-bang, au milieu des années 80.

Pour les 30 années antérieures, c'est un autre indicateur qui est efficace, autorisant malheureusement qu'une avance à 16 mois.

Pour l'obtenir, on fait le négatif entre les cours de la bourse et leur valeur retardé de 12 mois, le tout étant retardé de 4 mois.

Bourse : creux de mi 2017 à mi 2018.

Alors qu'il s'agit là encore d'une période de 30 ans, on obtient un assez bon coefficient de corrélation, de 0.57. Centrée et réduire les évolutions de +/- 9 mois apporte comme toujours plus de visibilité , mais fait baisser très légèrement le coefficient de corrélation, à 0.56?

Bourse : creux de mi 2017 à mi 2018.

Conclusion 

Notre indicateur avancé à 5 ans , nous donne le même résultats d'autres effectués à travers l'addition de la croissance du chômage et des taux d'intérêt de long terme, ou de l'inverse des bourses japonaise et françaises: chaque fois on va vers une baisse de la mi 2017 à la mi 2018. Un seuil de résistance, voire une reprise sans lendemain apparaîtrai fin 2017, début 2018.

L'indicateur d'aujourd'hui nous permet d'aller plus loin, et de voir qu'un nouveau creux ferait suite à la reprise de 2019-2020. Que ces formes de cycles en baisse en début de mandat et en reprise en fin rappelle le cycle électoral républicain, ne peut pour nous que confirmer la crédibilité de ces prévisions, malgré leur caractère de très long terme qui peut sembler fantaisiste...certains se désoleront q"un creux nouveau à partir de 2021-22 suggère une reconduction républicaine....

Repost 0
Published by Christian Guy
commenter cet article

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages