Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 14:50

Salaires :

Après des années 2010 et 2011 difficiles, la traditionnelle hausse préélectorale aura-t-elle lieu en 2012 ?

 

 

           Le gouvernement sensible à la vision néo-classique d’un chômage expliqué par le coût du travail n’a pas donné ‘de coup de pouce’ pour le SMIC.

       Les autres rémunérations, en l’absence de pression sur le bas de la grille des salaires et dans un contexte de chômage élevé, risquent fort d’être à l’image du secteur public d’être soumis à la diète.

 

      Pourtant, ainsi que nous le montre le graphique suivant, la hausse du coût du travail l’année de l’élection, et donc plus largement des salaires, est assez systématique.

 

      Notre graphique montre les évolutions du coût du travail en terme réel, cela permet de suivre l’évolution du pouvoir d’achat. On sait que l’inflation est également en hausse en fin de mandat, ce qui pourrait compenser les hausse nominales.

 

 

F coût du TR

 

      Avant chaque élection non anticipées (1997), on observe une élévation du coût du travail. Les hausses ne se sont d’ailleurs pas contractées car celle de 2007 égale celles de 1981 ou 2002. On observe que ce mouvement de hausse apparaît en moyenne dans les 6 trimestres précédents l’élection.

     Les débuts de mandats sont par contre à différencier. La Droite cherche à maîtriser le coût du travail. Ainsi, au début de des mandats conservateurs, on observe une baisse du coût du travail en termes réel, ce qui est souligné d’une flèche bleue.

    Inversement la gauche inaugure ses mandats par de traditionnelles politiques expansionnistes, y compris sur le plan salarial comme nous le montre les flèches rouges.

  

        

                Que peut-on prévoir pour les trimestres à venir ?

 

 

       Le profil de la mandature actuelle est assez particulier.

Cette mandature de droite avait bien débuté par une contraction du coût du travail, les suppressions de charges sur les heures supplémentaires y ont participées.

 

       La forte hausse intervenue en 2009 s’explique par un décalage entre des rémunération indexé avec retard sur la subite hausse des prix de 2008 et le contexte quasi déflationniste de l’année suivante.

L’année 2010 et 2011 sont dans le contrecoup de cette hausse.

       

      Que nous réserves 2012 ?

 

 

 

      Si le désir de contenir les coût salariaux de la majorité actuelle sont évidents, les baisses de pouvoir d’achat du secteur publique si elles ont une explication budgétaires on cependant bien une valeur exemplaire voulue, on voit mal comment un Président en peine dans les sondages pourrait se priver d’un relâchement préélectoral….surtout lorsque l’on s’est proclamé ’le Président du pouvoir d’achat’.

      On peut-on considérer qu’il y aura bien une hausse , peut être moins intense et plus tardive qu‘à l‘habitude , en 2012, les baisses actuelles libérant en quelques sortes quelques marges de manœuvre….dans le cycle électoral comme en toute chose, après la pluie vient le beau temps….

     Un beau temps qui sera de faible durée en cas de reconduction de Nicolas Sarkozy, un peu plus durable, mais pour quelques trimestres en cas de victoire de la gauche, car une autre maxime du cycle électoral est que lorsqu’on commence par manger son pain blanc…..

                   

                          

                                  

                                     Christian Guy – Mai  2011

 

    Ces prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs)

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages