Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 07:58

L’utilisation de l’or, de l’immobilier et de la bourse à des fins de prévisions conjoncturelles.

 

Que nous apprennent l’or, l’immobilier et la bourse

pour 2013 ?

 

 

          "Or, immobilier et bourse :  à défaut de pouvoir les prévoir, utilisons-les pour prévoir la conjoncture"  pourrait-on proclamer, car c'est bien connu, quand on ne peut combattre un ennemi, mieux vaut s'en faire un allié .

        Les ennemis du conjoncturiste, "or, immobilier et bourse, la prévision impossible" pourrait-on dire,  peuvent devenir ses meilleurs alliés pour la prévision à une ou deux années...on aura alors plus des tendances que des prévisions exactes.

 

 

         Nous présentons une méthode de prévision à moyen terme à basées sur ces 3 actifs mythiques que sont l’or, l’immobilier et la bourse. A force de tenter de les prévoir, on a oublié qu’ils constituaient de bons instruments de prévisions à moyen terme. L’horizon des prévisions peut être porté à deux ans, si le modèle anticipe des périodes de fragilité, par contre il prévoit mal lesquelles seront les plus marquées…un indicateur de moyen terme  n’est par définition qu’un indicateur de moyen terme…

        Comment expliquer cette capacité prédictive ?

Ils sont en les témoins de problèmes différents : l’or illustre la montée de l’inquiétude et de l’inflation, la bourse est un indicateur de confiance avancé, l’immobilier en est un retardé mais très cyclique, sa déprime d’une ou deux années se mue généralement en reprise à moyen terme.

 

 

 

         De bonnes capacités prédictives à moyen terme

 

 

         En procédant à des régressions de 1956 à 1992 , nous obtenons des prévisions de qualité pour la période 1993-2011 que cela soit pour le PIB, l’inflation, le chômage ou  les taux d’intérêt à court terme. Les capacités prédictives sont particulièrement élevées pour le PIB et le chômage, mais ce sont plus des périodes de plusieurs années de hausse ou de faiblesse que les accidents conjoncturels qui sont bien prévues, même si ceux-ci surviennent dans des périodes de fragilité ou basse conjoncture prévues ( 2001, 2008 ) . De plus, ces projections sont souvent meilleures dans leurs tendances, hausse ou baisse,  que dans les niveaux absolus, on le perçoit notamment pour l’inflation ou le PIB. 

 

       Point fort du modèle par contre, ces prévisions sont établies  à 1 ou 2 ans. Pour les prévisions à 1 an on peut obtenir une amélioration des capacités prédictives en introduisant des variables politiques, à 2 ans l’inconnue sur la nature de la majorité qui exercera la première année du mandat altère les capacité prédictives des variables politiques.

 

 

 

        Nous présentons ci-dessous les projections réalisées pour la période 1993-2011.Les tableaux des régressions ainsi que les représentations sont présentés en annexe.

 

 oripo pib prev glob

 

 

oripo u prev glo

 

 

uo prev glob

 

 

 

oripo inf prev glo

 

 

oripo ict prev

 

 

 

 

                Prévisions pour 2012 et 2013.

 

 

 

 

        La qualité des prévisions obtenues pour la période 1993-2011 incite à espérer qu’il en sera de même pour les deux années à venir

       Nous présentons dans le graphique suivant les prévisions.

 

 

  oripo prev tout

 

       Un synthèse rapide permet de prévoir pour le premier trimestre 2012 une situation difficile marquée par la progression du chômage et un plat dans la croissance, croissance qui semble ici surestimée dans sont niveau. L’inflation et les taux d’intérêt seraient orientés à la hausse. Le second semestre 2012 ainsi que le premier de 2013 seraient plus positifs en terme de croissance et d’emploi, avant que la situation ne se détériore à nous.

 

      La forte baisse de l’immobilier américain brouille beaucoup nos prévisions car utilisant ces statistiques avec 8 trimestre de décalage elles enregistrent les contre  - coups d’une violente crise immobilière il y a deux ans auxquels s’ajoute des cours de l’or durablement élevés…donc prudence dans l’interprétation des résultas d’une méthode qui brille plus par ses capacités de prévision à moyen terme et de variation plus que de niveau.

 

 

 

              Conclusion

 

 

         Notre modèle de moyen terme parvient mal à prévoir les accidents conjoncturels marqués, mais sur le plan théorique, le fait que les récessions (2001, 2008) surviennent à des périodes de fragilités (ou plus précisément de ralentissement prévus) n’est pas sans intérêt. Les tenants de la méthode du cycle électoral y verront la mise en place de mesures restrictives inappropriées (2000-2001, 2006-2007) qui ont précipités des fins de cycles  de croissance.

 

 

                 Christian Guy – Décembre 2011

 

 

Annexes

 

L’or, l’immobilier, la bourse et le PIB  sont en données trimestrielles déflatées, et en glissement sur 1 an.

 

 

oribo PIB

 

 

oripo pib histo

 

  oribo TX u

 

oripo u histo

 

  oribo U o

 oripo uo histo

 

 

oribo inflation

 

oripo infl histo

 

 

 

oripo ict tab

 oripo ict histo

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages