Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 11:54

 

Bulles immobilières et finacières : quand une bulle éclate, l'autre ne tarde pas à la suivre... 

 

 

 

  usa bati histo vrai

 

 

 usa mise - 90

 

            On sait le rôle qu’a jouer l’immobilier dans la crise américaine : l’effondrement des mises en chantier à partir de 2006,  la spéculation effrénée des ‘subprimes’ qui propagea  la crise réelle à la sphère financière.

 

            Pour étudier dans quelle mesure l’évolution de la bourse est justifiée, on la compare souvent avec celle du PIB avancé de un ou deux trimestres, donnée que les marchés financiers sont censés anticiper.

En fait, nous observons ici que les mises en chantier sont un indicateur encore plus performent, car si le coefficient de corrélation entre le PIB à deux trimestres et la bourse des Etats-unis est de 0.33  sur la période 1956/2010, le coefficient pour les mises en chantier monte à 0.49, avec en plus aucun retard.

           Ainsi, les mises en chantier constituent un bon indicateur instantané de la justesse de l’évolution des cours boursiers, afin d’évaluer les risques de formation de bulles en cas de déphasage…bulles qui tôt ou tard (la date est plus difficile à prévoir) éclatent. Nous observons ainsi que de 2004 à 2007 l’écart a été grandissant entre ces deux grandeurs, ce qui ne pouvait que donner lieu à correction, ce qui se fit douloureusement de l’été 2007 à l’automne 2008.

           Le déphasage entre sphère financière et sphère réelle peut se faire dans le sens inverse : ainsi en 2001-2003 la dépression de la bourse apparaît comme exagérée par rapport à la bonne tenue du bâtiment. C’est pourquoi nous avons positionnée une flèche jaune vers le haut, anticipation d’une future correction haussière de la bourse, ce qui fût chose faite en 2003-2004.

          Depuis l’automne 2008 les deux courbes évoluent outre atlantique dans le même sens, ce qui prévient la formation de nouvelle bulle ,tout juste note-t-on une surrection de la sphère financière assez traditionnelle.

 

            Nous observons qu’entre 1956 et 1998, le cycle électoral dans le bâtiment est assez régulier. Il est assez proche du cycle électoral traditionnel : après une dépression en début - milieu de mandat, on observe une expansion à partir de la seconde moitié. Ce cycle est par contre de forme beaucoup plus perturbée à partir des années 90. Seule la chute intervenant à la charnière du nouveau mandat marquée par une flèche blanche continue à intervenir immuablement.

 

 

          Que prévoir pour les trimestres à venir ?

 

 

           Il est évident qu’il faudrait prendre en compte beaucoup d’éléments tels que les taux d’intérêt, l’évolution du chômage, pour anticiper justement les mises en chantier….mais alors les prévisions ne seraient qu’à quelques trimestres. Nos anticipations ne sont basées que sur la duplication des cycles observés, lors d’une alternance de gauche pour la période 2011/12; à l’occasion des seconds mandats Démocrates ou des mandats d’alternances Républicains pour 2013/2016.

           La traditionnelle reprise du bâtiment en début de mandat démocrate (signalée par le sigle GA) à la faveur des politiques de relance à bien été au rendez-vous en 2009 et  fin 2010, en 2011 nous sommes dans le creux de mi mandat.

           2012 serait normalement une année de reprise de l’immobilier, reprise qui marquerait une pause à l’automne 2012, les incertitudes politiques incitant à attendre quelles seront les mesures annoncées par le pouvoir sortant des urnes en Novembre 2012 concernant le bâtiment. Alors qu’un second mandat Démocrate verrait une nouvelle reprise du marché immobilier, il serait au contraire orienté à la baisse en cas de victoire républicaine, leurs mandats d’alternance débutant par des politiques restrictives.  

 

 

                                                                           Christian Guy - Novembre 2011.

 

 

 

         Toutes les prévisions sont exprimées :

-  en valeurs relatives par rapport aux évolutions mondiales (une hausse prévue signifie une moindre baisse ou une plus forte hausse qu'ailleurs)

-  toutes choses égales par ailleurs  (évènements non prévisibles tels les chocs pétroliers, les crises financières non pris en en compte)

-  la précision visée est semestrielle.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages