Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 08:56

L’immigration :

 fantasme politique, réalité économique

 

 

 

 

 

    Thèse :

 

          Le thème de l’immigration est pour l’opinion publique bien plus au coeur de la politique que de l’économie. L’impression générale est que sa maîtrise ou son acceptation relève de mesures politiques, or notre étude montre que les variables économiques l’expliquent beaucoup mieux.

      Certes lorsqu’elle arrive au pouvoir, la droite procède à une réduction des flux migratoires, une politique plus favorable à ceux-ci s’observe inversement lors des alternances de gauche.

    Mais à long terme, lorsqu’on prend en compte les mandats de reconduction,  les différences s’inversent !  C’est sous la droite que l’immigration est la plus forte  car la droite est généralement reconduite au pouvoir en période de prospérité.

    Les seules données politiques ayant quelques influences sont internationales : l’immigration est plus forte lorsque la droite est présente au États-Unis…mais là encore n’est-ce pas du fait qu’elle est au pouvoir en période de prospérité.

     Les variables économiques ont un impact statistique beaucoup plus prononcé, et montrent que l’immigration augmente une fois qu’une reprise est bien avancée, et qu'après le recul du chômage elle tend même à devenir inflationniste à mesure que l’on butte sur une pénurie de main d’œuvre…

     Les vagues migratoires deviennent alors fortes alors même que la conjoncture commence à se retourner…Ce décalage entre croissance et immigration peut montrer l’intérêt économique de l’immigration, éviter que la pénurie de main d’oeuvre accentue le caractère inflationniste d’une croissance en fin de cycle, mais peut également expliquer les tensions sociopolitiques : les vagues migratoires sont au plus haut alors même que la conjoncture économique commence à se dégrader.

 

 

          Argumentation

 

 

    L’impact des variables économiques.

 

        Le sujet prêtant à polémique, nous précisons que nous utilisons les données présentes sur le site eurostat pour 16 pays européens de 1990 à 2010 compris, sauf pour la France ou curieusement le champ chronologique ne débute qu’en 1998.

      L’immigration apparaît comme une donnée ayant un certain retard par rapport au cycle de croissance. C’est en effet avec le PIB retardé de deux ans qu’elle est le plus fortement corrélée. Elle est également corrélée positivement avec l’inflation immédiate, là encore symptôme de la fin d’un cycle de croissance : celle-ci commence à devenir inflationniste. Ce phénomène nous est confirmé par la corrélation inverse de l’immigration avec la croissance du chômage retardée de deux ans : c’est lorsque le vivier de travailleurs nationaux commence à se tarir que les vagues d’immigrations arrivent. Il faut également prendre en compte le décalage temporel pour que l’information circule quand au besoin de main d’œuvre…tant du coté des autorités patronales, politiques que des immigrés eux-mêmes.

 

     

       L'impact des variables politiques

 

     Globalement, c’est donc avant tout sous la droite que l’immigration est la plus forte…la couleur politique au pouvoir aux Etats-unis comptant plus que celle du pays ! Il s’agit clairement d’un effet de structure, la droite étant au pouvoir, surtout lors des reconductions, en période de prospérité.

    Par contre, lors des alternances de droite (lorsqu’elle arrive au pouvoir, variables DA ) un coup de frein à l’immigration est donné…mais n’est-ce pas aussi en partie parce qu’elle commence ses mandats d’alternance par un coup de frein sur la croissance économique ?

     Inversement, si la gauche se montre favorable à l’immigration lors de ses alternances ( variables GA ), la première année ( GA1) reste marquée d’une corrélation négative, la gauche arrivant généralement au pouvoir en période de crise.

 

    Soulignons que les coefficients de corrélations attachées à des variables politiques sont nettement plus faibles que ceux illustrant les évolutions économiques, des coefficients inférieurs à 0.05 pouvant même être considérés comme non significatifs.   

 

     

        Conclusion

 

 

      L’immigration apparaît bien comme un fantasme politique et une réalité économique : qu’elle y soit hostiles ou favorables, droite et gauche ont avant tout les flux migratoires de leur situation économique !

 

 

                     

                                   Annexes statitiques

 

 

 

                          Tableau 1 : corrélations économiques

  

immgr eco 2-copie-1

 

 

 

 

                           Tableau 2 : corrélations politiques

 

  immigr po 3

 

 

                                 Chritian Guy - septembre 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages