Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 14:34

L’euro, ou la machine à créer de la dette

 

 

 

 

           La politique monétaire restrictive de la BCE a conduit durablement à des niveaux de taux  réels supérieurs à la croissance économique qui détermine la hausse des recettes fiscales . S’en suit un effet ‘boule de neige’, ou d’accroissement mécanique de la dette.

          Cet différence entre le taux d'intérêt réel de long terme  et la croissance économique est de 0.93 % par an depuis 1999 pour l'ensemble des pays de la zone euro, quand elle n’est que de 0.21% aux Etats-unis.

          Depuis la récession de 2008, elle est double en Europe (3.34 % en moyenne annuelle de début 2008 à début 2011) par rapport aux Etats-Unis (1.68%).

          L’impact inflationniste de ce différentiel négatif sur le niveau de la dette est triple : il déprime la croissance, donc les recettes fiscales, il accroît mécaniquement le rapport dette / PIB, et le niveaux élevé de taux réels augmentent le futur poids du service de la dette.

 

 

 

          Le tableau suivant quantifie sur plusieurs périodes cet effet boule de neige à travers le solde PIB – taux réel de long terme, étant entendu que plus le solde est négatif et plus cet effet dommageable sur les finances publiques est prononcé.

 

 

boule de ne 4 

          Le graphique suivant nous montre les évolutions annuelles de ce solde. On observe un mécanisme pro cyclique redoutable : en période de reprise de la croissance, la dette se réduit d’elle-même alors qu’en période de récession, période où il conviendrait de laisser jouer les stabilisateurs automatiques, l’effet boule de neige joue à plein.

 

 boule de neige 1

 

 

         Le dernier graphique nous montre que s’agissant des Etats-unis, l’évolution du différentiel PIB - taux réel, répond comme souvent à la logique du cycle électoral. La déprime de l’activité en début de mandat fait tomber le solde à des niveaux très négatifs alors que la reprise de fin de mandat, (plus précoce en cas d’alternance démocrate compte tenue de leur appétence pour les politiques de relance)  rend la situation budgétairement plus aisée….peut-on pronostiquer cela pour 2012 ?  

        Un anomalie est à noter lors du début de la mandature 2005/2009 : les niveaux faibles de taux d’intérêt repoussèrent la période de différentiel négatif…….on sait quelles seront les conséquences de ces taux artificiellement faibles sur l’immobilier….puis l’économie plus tard.

 

  boule de neige 2-copie-1

 

 

 

boule de neige 3 

 

 

                               Christian Guy – décembre 2011

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages