Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 18:17

Au cœur de la crise, le partage de la valeur ajouté.

 

 

            L’économiste Jacques Attali le rappelle, la compression de la part des salaires, au bénéfice de celle des profits, est la raison de fonds de la crise actuelle.

Ainsi souligne-t-il, les ménages américains ont recouru à l’endettement pour soutenir leur consommation. Ajout-on que si dans le monde Anglo-saxon le financement de la demande s’est réalisé par l’endettement privé, dans le modèle Rhénan c’est par l’endettement public qu’il s'est fait. Ainsi a-t-on alimenté des bulles spéculatives sur la gestion de ces dettes privées (les fameux prêts hypothécaires notamment) et à présent sur les dettes publiques (attaques spéculatives sur les dettes souveraines).

       Cela a également alimenté un déphasage entre la sphère réelle et la sphère financière : les actions étant de mieux en mieux rémunérés, partage déséquilibré de la valeur ajouté oblige, la hausse de la bourse n’avait de commun que celle du chômage…et c’est logique puisqu’elle s’en nourrissait : plus le chômage augmente et plus il est aisé de faire pression sur les salaires…

 

        Le seul problème est que si le diagnostic est assez facile à poser, le déséquilibre est plus facile à résoudre.

Si on considère que cet inégale répartition  du partage des gains de productivité est dû :  

 1) au chômage, sans solution depuis 30 ans

 2)  à la dynamique salariale de la mondialisation, qui écarte l’échelle des salaire entre ceux du haut comparés aux plus élevés aux Etats-unis et ceux du bas, comparés aux plus bas en Asie…

 

…on voit mal comment inverser ces évolutions structurelles.

 

         Le monde Anglo-saxon après les taux d’intérêt faibles des années 2001-2005, quand nous recourions aux déficits,  s’est lancé dans un cycle de crédit classique, il traverse une période de ‘credit crunch’. Même lendemain de fête, de l’autre coté de l’atlantique c’est à un ‘credit crunch’ à l’échelle publique que l’on s’attelle par compression des dépenses et hausses des prélèvements….les mêmes qui en 2009 appelaient au secours l’Etat, ne jurent plus que par le moins d’Etat et plus de marché…on s’en remet au marché alors qu’il à prouvé en 2008 son irrationalité et en 2010 son ingratitude…étrange maître à penser !

         Ces retours à l’équilibre par la déflation sont connus, ils avaient été initiés…avec malheur par le président américain Hoover entre 1929 et 1933 et en 1935 avec autant de zéle que de retard en France par le Président du conseil....Pierre Laval….au début de la précédente crise de surproduction à résonance financière…

        1929, 2009, les mêmes maux…….dommage que l’on n’est pas retenu les leçons de l’histoire et que l’on se croit obliger de passer par la case 1929 -33….avant d’aller vers celle d’un nouveau compromis fordo-keynésien, celui-la même qui avait sorti le monde de la crise…avec la seconde guerre mondiale….

 

 

                                           Christian Guy  - Décembre 2010

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages