Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 07:58

 

La France qui va bien ou qui y croit encore contre la France qui va mal et qu’y n’y croit plus.

Comment expliquer à une semaine du premier tour des présidentielles, l’existence de 4 blocs de niveau à peu près comparables : Fillon, Macron, Le Pen, Mélenchon ?

A l’intérieur des deux blocs traditionnels droite-Gauche, une Fissure est apparue au fur et à mesure que chacun des deux blocs tour à tour au pouvoir échouait dans ses promesses essentielles.

A droite on peut opposer le vote Fillon, sociologiquement composé d’indépendants, de retraités et de hauts revenus, qui constituent globalement la France pour qui cela ne va pas trop mal ; à la France de Marine Le Pen dont une récente enquête a démontré que plus on était mécontent de sa situation et plus on était tenté par ce vote, c’est incarnation même du vote protestataire. Si de façon caricaturale le vote Fillon est celui de la France qui va bien, ou pas trop mal, le vote Le Pen incarne la France qui n’y croit plus, tant au niveau intérieur par les échecs successifs de la droite et de la Gauche, que sur le plan extérieur, pour les promesses de la mondialisation et de l’Europe.

Même dualisme à gauche de façon moins clivant entre le vote Macron qui est celui de personnes intégrées, ceux qu’on a longtemps appelé avec moquerie les bobos, soucieux de modernité économique et sociétale, opposé au vote Mélenchon, aux contours marxisants, cherchant à ressusciter la fonction tribunitienne du presque feu Parti communiste Français. Dans « la gauche de la gauche » comme elle aime à s’appeler on ne croit plus dans les institutions, on appelle même à la fondation d’une 6 éme république, et encore moins à la mondialisation libérale ou à l’Europe de Madame Merkel. Sur le plan sociologique, les choses sont plus confuses à gauche qu’à droite, car il y a dans le vote Macron un vote de jeunes entrepreneurs, issus parfois des cités, qui galèrent et ne croit plus que dans l’économie ‘Uber’ pour leur permettre de s’en sortir avec leur « petite entreprise » comme le chantait si bien Baschung. Inversement le vote Mélenchon abrite quelques « bobos » qui s’amusent à se faire peur et trouve que cela fait très tendance.

Evidemment, d’autres clivages peuvent servir de grille de lecture, et celui-ci est forcément simpliste comme toute opposition binaire, mais cette coupure entre une France qui croit dans les évolutions actuelles en jouant à fonds la carte de la compétitivité (Fillon) ou de la modernité (Macron) et celle nostalgique d’un ordre ancien, socialement (Mélenchon) ou identitairement (Le Pen) est tout de même assez apparent. De ce morcellement interne de la droite et de la gauche, naissent 4 blocs….à la fois différents et pas si dissemblables de ceux des années 70 entre le RPR-UDF et le PS-PC….la grande différences étant sans doute la très faibles automaticité des reports de voix à l’intérieur de la droite ou de la gauche pour le second tour…de cela on pourra traiter la semaine prochaine……

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian Guy - dans BILLET D'HUMEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages