Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 05:11

Lutte contre le chômage…à front renversé.

Jadis, on considérait que la lutte contre l’inflation était une priorité des gouvernements de droite, avec l’analyse monétariste ou plus anciennement la théorie quantitative de la monnaie comme fondements théoriques, La lutte contre le chômage était au contraire une priorité de la gauche, avec tous les fondements théoriques keynésiens, sur la nécessaire acceptation de l’inflation, une monnaie réduite à la dimension de « fétiche ». Au-delà, on opposait un électorat favorisé à droite, épargnants soucieux d’éviter l’érosion monétaire, et un électorat plus populaire à gauche frappé par le chômage, et en tant que débiteur net, intéressé par un taux d’intérêt réel négatif.

N’est-on pas parvenu en 35 années de pratiques gouvernementales à une inversion des priorités ?

La gauche au nom du réalisme et de l’Europe, engagement servant de cache misère à l’abandon de la lutte contre les inégalité sociales, tout en renforçant cet abandon, s’est montrée zélée et efficace dans la lutte contre l’inflation à partir de 1983…elle aura même de meilleurs et plus rapides résultats que Raymond Barre, incarnation , finalement fausse avec le recul, des politiques d’austérité. Elle saura utiliser sa légitimité vis-à-vis des classes populaires pour obtenir dans les années 84-85 la fin d’une échelle mobile des salaires, à la base d’une course-salaire profit, qui pour n’être pas officiel, n’en n’était pour autant pas bien réelle en encrée dans les esprits de la France des années 70… Cela entrainera un décrochage des salaires dans le partage de la valeur ajouté. L’UEM, et ses règles aussi drastiques en matière monétaire et budgétaire qu’elles sont inexistantes sur le front de l’emploi et de la croissance ne fera que pérenniser l’abandon du thème de l’emploi par la gauche gouvernementale.

La droite a à son tour évolué, faisant le chemin en sens inverse, la mue est plus récente, et porte sa manifestation concrète depuis que le président du MEDEF ne sort plus sans son incontournable pins « 1 million d’emploi ». Le patronat nous avait déjà habitués aux promesses fracassantes, ce même chiffre fantasmagorique était jeté à la figure des politiques dans les années 85-86 pour obtenir la suppression de l’autorisation administrative de licenciement. On sait ce qu’il en advenu, ce qui n’empêche pas de rééditer le coup 30 plus tard...mais avec des fondements revisités par le « sarkozisme » et l’image des pauvres paresseux oubliant la réalité des pauvres laborieux : Faut-il mieux avoir un modèle français, forte protection sociale et chômage élevé, ou un modèle libéral, chômage faible et faible protection sociale. Ainsi la lutte contre le chômage est devenu un des objectifs affiché de la droite, prétexte à réduire la protection sociale, et dans les faits à comprimer encore un peu plus la part des salaires dans le partage des gains de productivité faisant naitre une nouvelle ligne de partage dans la politique française : entre chômage et pauvreté il faut choisir…à chacun sa réponse…, mais ce n’est plus la même ligne de frontière que celle d’une droite attachée à la lutte contre l’inflation, qu’il s’agirait plutôt de réanimer, et d’une gauche attachée à la lutte contre le chômage pour laquelle elle a perdu depuis longtemps toute crédibilité.

Mai 2016.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation Générale

  • : PREVISIONS ECONOMIQUES ET POLITIQUES - LES GRAPHES NOUS PARLENT
  • : Prévisions économiques et financières de long terme sur plusieurs années basée sur le cycle électoral pour différents pays portant sur plusieurs domaines: bourse, PIB, chômage, Taux d'intérêt, de change.
  • Contact

Pages